AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 « - La famille n'est que le symbole d'une descente dans notre propre enfer »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Originel
Messages : 140
Date d'inscription : 22/04/2017


MessageSujet: « - La famille n'est que le symbole d'une descente dans notre propre enfer »  Dim 8 Oct - 1:05

« - La famille n'est que le symbole d'une descente dans notre propre enfer »
ft. Hope  & Niklaus



« Les liens du sang diffèrent suivant ses affiliations. »  


Caressant d'une main emplie de tendresse enfouie, le poil soigneux de Shirel - ma hyène - et chuchotant à son oreille : « - C'est l'heure de notre promenade gustative ! ». Quelle serait la leçon du jour sans verser une quantité abondante de sang ? Surement aucune. Le pouvoir au sang, ne l'oublions pas. Toujours. Empruntant le passage caillouteux derrière l'immense demeure atypique qui me servait de refuge, je marchais avec plénitude et avec cette hâte de voir ma hyène de garde s'exécuter.

Soudainement, nos gestes s'arrêtèrent pour détecter des bruits sourds, des voix faibles sortant d'un silence terne. Scrutant la réunion de groupe, surement en classe de découverte de la beauté de cette ville, je comptais cinq adolescents et deux accompagnateurs. J'ordonnais, d'un simple claquement de doigts, à Shirel de les agresser avec bestialité. Pendant ce temps, j'inspectais mon pistolet ancien de cavalerie et bondissais vers leur rencontre. Braquant l'arme sur l'animal, je tirais alors dans sa direction, la bête fit semblant de s'écraser au sol. Avec sourire aux lèvres, je regardais un à un les visages de mes interlocuteurs, pour voir gagner le soulagement dans leur regard. Je roulais alors des yeux, avec un certain amusement, : « - Mauvaise réaction ! », tandis qu'une balle venait se loger dans la tête de leur jeune camarade. Je claquais une nouvelle fois des doigts pour réveiller Shirel et l'observer s'acharner sur le corps de celui-ci. J'étais admiratif de ce spectacle, d'ailleurs, je devrais peut-être ouvrir un cirque. Non ? Puis, avec vivacité, j'arrachais le cœur de deux gamins fuyards avec un large sourire satisfait et hypnotisais les autres pour réclamer le silence. Qu'allais-je en faire ? Les donner vivant aux dents aiguisées de Shirel ? L'idée me fit rire aux éclats, alors je venais poser une épaule sur un tronc d'arbre pour observer ses exploits. Elle commençait toujours par le cœur, elle avait, elle aussi, sa marque de fabrique.

Le chemin du retour était plus agréable surtout quand je voyais le museau de ma bête, quelle magnifique couleur rougeâtre ! Mais hélas, cette sensation était de courte durée quand j'apercevais une silhouette brune, assez petite et au visage enfantin. Hope était perchée sur le perron de la demeure Mikaelson. Devrais repousser chemin, utiliser une autre alternative ? Non, je n'aurais qu'à prétexter, une chasse où les proies n'étaient que seulement des animaux. Dans la réalité, ce n'était pas mensonge, les humains n'étaient que des animaux face à des prédateurs.  

Avec une attitude nonchalance, je m'approchais tout en décrochant un sourire cassant : « - Hope ! Déjà réveillée ? ». Je marquais une pause puis le visage moins impassible, j'enchaînais : « - La journée s'annonce revigorante, l'air est frais, les oiseaux chantent leurs mélodies funèbres. En soi, une belle journée merveilleuse nous attend ! » disais-je avec une pointe de sarcasme.

(c) made by panic!attack






Dernière édition par Niklaus A. Mikaelson le Mer 18 Oct - 17:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Originel
Messages : 5
Date d'inscription : 04/10/2017


MessageSujet: Re: « - La famille n'est que le symbole d'une descente dans notre propre enfer »  Mer 11 Oct - 5:51

...

À la demeure des Mikaelson, un matin comme les autres arrivait à maturité, la jeune hybride faisait la grâce mâtinée dans son lit comme la plupart des ados de son âge, bien que cela ne soit pas dans ses habitudes. Simplement, ce matin, elle ne sentait pas avoir l’énergie de virevolter au travers la maison, exclament sa bonne humeur maladive, mais plutôt de rester un peu à l’écart, un peu plus songeuse. Hope ne comprenait toujours pas ce qui se passait avec son corps, cette poussée de croissance que même sa tante Freya n’eut pas su expliquer malgré son expérience avec la magie. Cette question sans réponse restait une énigme irrésolue pour la petite louve, ce qui la tracassait un peu plus chaque jour. La brunette avait longuement regardé par la fenêtre de la chambre, le temps était si beau, ensoleillé et malgré les fenêtres fermées, le chant des oiseaux réussissait à trouver leur chemin jusqu’aux oreilles d’Hope.

Une fois toute son énergie rassemblée, la jeune femme sortit de son lit pour enfiler sa robe de chambre afin de se diriger vers la salle de bain. Face au miroir, Hope ne put s’empêcher d’observer son reflet comme si elle voyait une inconnue, ce n’était pas humain de vieillir ainsi, bien qu’elle devait admettre être tout sauf humaine justement. Ce dont elle avait réellement envie était tout aussi confus que la raison pour laquelle aujourd’hui elle ne sentait pas en pleine forme, la pleine lune qui arrivait à grand pas pouvait-elle avoir un lien aussi ? Surement. Après un long questionnement devant cette réflexion d’elle-même, Hope fila sous la douche, laissant chaque gouttelette d’eau chaude perlée et longer son corps, l’amenant petit à petit vers se vide complet dans son esprit. Rien de plus relaxant que le silence, l’absence de questionnement en continue qu’avait la petite Mikaelson depuis son arrivée à Blacktown. Cependant, tout bon moment à une fin, le manque de courant fit sursauter l’hybride qui sortit aussitôt de la salle de bain en s’enroulant dans une serviette.

Hope sortit de la maison une fois sa jolie robe blanche enfilée et ses cheveux brossés, prenant avec elle quelque chose à grignoter, l’appétit n’étant pas très présente elle se força au moins à se mettre quelque chose dans l’estomac. Bien entendu, elle ne laissa pas son cahier de dessin à l’étage, c’était une belle journée pour exprimer son ressentit au travers les traits de crayons. Le terrain était si grand, c’était à peine s’ils parvenaient à voir les extrémités de celui-ci, mais la verdure, l’air frais, l’aménagement était à la fois accueillant et énergisant. Le contact avec la nature était une chose très importante pour Hope, aussi petit pouvait-il être à l’occasion, il n’y avait aucun endroit, ou presque, plus rassurant pour elle que cette forêt derrière la maison. Certes, cela pouvait sembler un peu lugubre, mais il y avait tant à découvrir pour la jeune sorcière qu’elle était. Assise sur la première marche du perron, Hope savourait se croissant chocolat qu’elle avait prise sur la table de la cuisine, alors qu’elle aperçut au loin ce qui lui semblait être la silhouette de son père. C’était à peine si elle avait réalisé qu’il avait quitté la maison ce matin, il savait être des plus silencieux lorsqu’il s’y mettait. Un fin sourire se dessina sur les lèvres de la brune lorsque son paternel lui adressa la parole.

— Il est près de treize heures et tu te surprends que je sois réveillée ? Répondit-elle, sur un ton amusée. Cela me semble être une journée des plus ennuyante, renchérit la jeune femme en quittant le regard de son père.

Cacher comment elle se sentait n’avait jamais été complètement son fort, pourtant, elle persistait à vouloir le cacher puisque cela signifiait souvent qu’elle devait admettre que quelque chose la tracassait. En reposant son petit-déjeuner, Hope referma par la même occasion son cahier de dessin et le posa près d’elle.

— D’où reviens-tu comme ça ? Tu as des nouvelles de maman ? Demanda Hope. 

Codage par Libella sur Graphiorum


Hope A. Mikaelson
Every family has a legacy, and this is mine. I intend to fight for Always & forever, even if it destroys me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Originel
Messages : 140
Date d'inscription : 22/04/2017


MessageSujet: Re: « - La famille n'est que le symbole d'une descente dans notre propre enfer »  Mer 18 Oct - 17:29

« - La famille n'est que le symbole d'une descente dans notre propre enfer »
ft. Hope  & Niklaus



« Les liens du sang diffèrent suivant ses affiliations. »  


Le temps était à lui seul, qu'un assassin à la recherche d'écraser toutes formes de vies existantes. C'était l'arme ultime impossible à maîtriser même par le meilleur des sorciers, l'arme était d'humeur intemporelle, fluide, massacrante. Pourtant, j'étais parti dès le premier rideau de lumière laissant la déchéance de la nuit raconter son histoire. Me voila, dépourvu de ce fichu sablier, et me trouvant nez à nez devant cette petite chose, ma fille. Elle avait tellement grandi, même si la magie était responsable de sa croissance, jamais je n'aurais trouvé le temps pour l'inciter à rester qu'une enfant. Pourtant, son existence n'avait pas été des plus communes, sa création n'était que le coup d'un soir dont la bestialité était maître et son acception, un vrai supplice. Désorienté, je refusais Hope dans un premier temps, n'acceptant pas d'avoir un enfant dans les pattes. Je n'avais jamais regardé un bambin avec autant d'intensité que lorsque je l'avais dans mes bras. Là, c'était le déclic, d'un espoir pour notre famille, mais en premier lieu pour moi. Étais-je idiot de penser au mot espoir ? Mot dont l'attente était interminable et douloureuse, voilà pourquoi, je ne croyais pas à l'Espoir. Pourtant, elle le portait si bien, son visage mélancolique pouvait traduire l'histoire des Mikaelson et son sourire si innocent la recréer en une harmonie plus appropriée. Elle apportait un souffle nouveau, des nouvelles responsabilités que chacun d'entre nous n'hésiterait pas à mettre sa vie en péril pour la famille. Avec son arrivée et ses histoires qui en découlèrent, j'avais changé mes visions tranchantes du monde qui m'entourait, mûri pour enfiler le costume du père de famille - responsable, tout était relatif -. Changer était un vaste mot puisqu'on restait toujours le même au fond, seul avec ses démons.

D'un claquement de doigts, je donnais l'ordre à Shirel de se coucher sur le perron où le soleil réchaufferait son pelage ensanglanté. Je fis quelques pas pour saisir le recueil de dessin entre les mains accompagné d'un sourire crispé, mais qui se fallait doux. Un instant, je revoyais cette petite fille crayonnée ses rêves à coup d'optimisme, le temps nous tuait, mais le temps ne pouvait prendre nos souvenirs. Ils nous appartenaient. Je ne l'ouvrais pas, laissant à Hope, ses récits colorés pour son jardin secret, même si la curiosité me démangeait. Il parait qu'une simple représentation d'un arbre pouvait révéler la noirceur de votre âme et les problèmes liés. Mais de quel droit cette manière de trouver les éventuels problèmes était recevable ? Néanmoins, j'étais heureux de voir qu'elle avait hérité de cette partie artiste de son géniteur, une chose qui l'aidera pour le futur, c'était certain. Je reposais le livre à sa place et posais mon épaule contre l'encadrement de la porte extérieur, le regard fixé sur l'étendue occultant Hope assisse :  « - Toute nouvelle journée comporte ses lots de bonheurs et ses lots de malheurs Hope, mais j'ai peur que nos journées ressemblent à un triste dessein semé de catastrophes. Blacktown n'est pas une ville si tranquille, d'ailleurs, je ne sais toujours pas pourquoi je suis venu m'installer ici. Mais cette question est en bonne voie de trouver sa solution » rétorquais-je d'une voix lasse. Je marquais une pause et croisais les bras sur ma poitrine : « - Je reviens d'une partie de chasse revigorante pour Shirel. C'est assez surprenant de voir dans cet animal manquant cruellement de charme pour certains, quelques familiarités avec soi-même. Après tout, l'homme n'est qu'un animal parmi tant d'autres. » disais-je avec une pointe dérisoire. Je décroisais les bras et retournais face à l'horizon dans la position où mon épaule épousait le bois :  « - Ta mère aura un peu de retard, mais rien d’inquiétant, enfin, j'imagine. Pourquoi ? Tu sens qu'elle est en danger ?   »  en pivotant à peine la tête pour fixer la silhouette de ma fille.

(c) made by panic!attack






Dernière édition par Niklaus A. Mikaelson le Ven 20 Oct - 18:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Originel
Messages : 5
Date d'inscription : 04/10/2017


MessageSujet: Re: « - La famille n'est que le symbole d'une descente dans notre propre enfer »  Mer 18 Oct - 20:24

...

L’art dans son intégralité, ou presque, était une passion pour la jeune Mikaelson. Elle pouvait perdre la notion du temps simplement à s’isoler que ce soit avec une plume, un simple crayon, un pinceau ou bien même uniquement du papier, Hope s’évadait dans son petit monde, et cela, même si elle savait pertinemment que la réalité finirait toujours par la rattraper. Ce matin, assise sur le perron avec son cahier à dessin à la main, la brunette avait dessiné ce magnifique paysage qui bordait le petit étang égaré dans la forêt derrière chez eux. Cette esquisse en disait long sur le moral actuel de l’hybride, ses traits étaient beaucoup plus sombres, plus prononcé, le feuillage autour était inexistant et l’étang pratiquement asséché, c’était une version beaucoup plus noire que la réalité. Il y avait ce petit ombrage, cette silhouette toute noire assise près de la grosse roche situé sur le bord de l’eau, difficile de dire si c’était un humain ou un animal. Elle s’y rendait souvent, uniquement pour profiter de la nature, du calme que lui procurait cet endroit sans avoir de compte à rendre à qui que ce soit. Il y avait ce petit ombrage, cette silhouette toute noire assise près de la grosse roche situé sur le bord de l’eau, difficile de dire si c’était un humain ou un animal. La pleine lune jouait sur les ressentis, les sentiments de la louve alors qu’elle était déjà en pleine crise d’adolescence, son gêne animale qui s’y mêlait ne faisait qu’amplifier le tout. Même si ce dernier n’avait pas été enclenché, Hope pouvait le ressentir, vivre certaines choses qu’elle ne devrait pas étant encore si innocente. Elle n’avait pas besoin d’avoir les mains noyées dans le sang pour reconnaître ces pulsions, qui avait tendance à lui faire peur. C’était le genre de chose qu’elle racontait à sa mère étant plus petite, mais maintenant que celle-ci n’était plus là, c’était un peu plus compliqué. Elle se disait que ce genre de craintes qu’elle avait, ne devait pas pour autant se rendre aux oreilles de son père, elle devait être plus forte que cela, être digne de son paternel, de sa famille.

Au moment où elle aperçut son père au loin, Hope avait refermé son carnet pour se concentrer plutôt sur ce substitut de petit-déjeuner qu’elle avait pris dans la cuisine avant de sortir prendre l’air. Elle échangea brièvement son avis face à cette journée qui s’annonçait pourtant bien ensoleillée, plutôt vivante avec le gazouillis des oiseaux et pourtant, pour Hope ça allait être une journée des plus platonique. Elle n’avait envie de rien, le dessin la lassait, manger lui donnait envie de vomir, se balader la fatiguait plus qu’elle ne l’était, enfin bref, moins elle bougeait, mieux elle se portait. Journée typique de paresse chez la jeune adolescente qu’elle était, du moins espérons-le. Blacktown jouait énormément sur son bien-être, cette ville donnait l’impression du commencement d’une série d’horreur plus terrifiante de jour en jour. Les questionnements sans cesse de la brunette la tracassait toujours autant qu’à son arrivé ici, l’absence soudainement de sa mère puis cette relation avec son père, tout était étrange pour elle. Visiblement pour lui aussi, vu cette façon qu’il avait d’agir envers elle, celle d’un père pas très à l’aise face à une enfant, fallait l’admettre cela amusait bien Hope qui percevait malgré tout son père comme un grand chevalier, un des héros de son histoire à elle. Beaucoup de créativité séjournait dans l’esprit de la petite Mikaelson, et cela, même lorsqu’elle ne faisait pas part de ses mille et une idée. Puis les paroles de son père la poussère une énième fois à ce questionner, comment se fait-il que lui non plus ne se souvienne pas de son arrivé ici ? Pourquoi cette ville ? L’endroit où se trouvait son père la sortie de ses pensées lorsqu’elle constata l’état de Shirel, de la tête au pied, elle était recouverte de ce liquide visqueux de dieu ne sait quoi ou plutôt qui. Même si au fond d’elle, Hope connaissait les histoires que l’on racontait à propos de son père, directement, elle ne le percevait pas ainsi comme jamais il n’avait agi de la sorte devant elle.

— Maintenant, elle aura besoin d’un bon bain, répliqua Hope avant de soupirer. Sinon d’ici quelques heures, elle aura l’odeur de… Commença-t-elle, avant de secouer la tête presque dégouté. Je ne savais pas que tu t’identifiais aux hyènes, elles sont bien différentes des loups pourtant, non ?

Hope se tourna légèrement vers son paternel par la suite, alors que ce dernier avait pris la pose contre l’encadré de la porte d’entrée. En demandant des nouvelles de sa mère, Hope savait qu’un truc n’allait pas, mais était-ce encore un truc qui allait de travers depuis son arrivée ici ? Devenait-elle simplement anxieuse ? Peut-être que sa mère lui manquait tout simplement donc qu’elle se faisait des scénarios tous plus horrible les uns que les autres. Si il venait à arriver malheur à sa mère, Hope culpabiliserait, après tout, elle était avec elle et Freya lorsque celle-ci a cesser de donner des nouvelles. Elle aurait simplement pu partir à sa recherche plutôt que d’atterrir ici ? D’ailleurs, pourquoi ne partait-elle pas à sa recherche maintenant ? Tant de questions toujours sans réponses pour la jeune femme.

— Et si maman était en danger… À cause de moi ? Répondit Hope. Je ne saurais même pas comment l’aider… Depuis quelque temps, je n’arrive même plus à contrôler les sorts les plus banals que tata Freya m’a appris, admit Hope, honteuse.

Codage par Libella sur Graphiorum


Hope A. Mikaelson
Every family has a legacy, and this is mine. I intend to fight for Always & forever, even if it destroys me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Originel
Messages : 140
Date d'inscription : 22/04/2017


MessageSujet: Re: « - La famille n'est que le symbole d'une descente dans notre propre enfer »  Ven 20 Oct - 20:56

« - La famille n'est que le symbole d'une descente dans notre propre enfer »
ft. Hope  & Niklaus



« Les liens du sang diffèrent suivant ses affiliations. »  


Pourquoi avais-je embarqué Hope dans cette escale ? Plus le sablier du temps ébrutait ses grains de sable, plus l’inquiétude rongeait mon âme. Il était rare de me voir si songeur concernant notre avenir qui demeurait incertain. Ses phénomènes étranges n'étaient que le fruit d'un diablotin, et je craignais qu'il fasse de nous, des pantins, une nouvelle fois. J'avais contacté le reste de ma famille pour remplir l'immense sanctuaire et aussi me sentir plus à l'aise, mais en vain. Rester avec Hope était loin d'être un supplice, mais je ne possédais pas le mode d'emploi pour éduquer une gamine. Il paraissait que l'instinct paternel faisait le travail inconsciemment, mais encore fallait-il trouver ses signaux. Brusque ainsi que maladroit était les principales caractéristiques de mon comportement avec elle. Pourtant, je savais à quel point, je me ferais un plaisir malsain à déchiqueter de mes dents - non de mes crocs revanchards, ces parasites qui oseraient s'approcher de ma fille. Elle était de mon sang, j'avais eu enfin ma propre famille, ma propre descendance à qui je réservais, un destin royal.

J’avançais de pas lourds transpirant l'anxiété dans son champ de vision et m'installais sur le rebord du banc. Je souriais à la proposition de donner le bain à Shirel après son aventure sanguinaire, enfin notre aventure. Si cela arrivait à l'oreille de ma fille ou d'un membre de ma famille, je serais bon pour une conversation conflictuelle bourrée de morale. Néanmoins, mon rictus se brisa à la suite de ses propos, je n'aurais jamais dû dire cela, elle devait conclure ses propres films. Des idées où sa mère se ferait torturer si salement qu'on ne reconnaîtrait plus les traits de son visage. Malheureusement, je ne pouvais ressentir ce sentiment étant le fruit de l'assassinat de sa grand-mère et de combats acharnés durant mon existence. Mais lors de notre dernière confrontation, étrangement, les choses avaient un peu changé grâce ou à cause de son enfant retrouvé et le retour d'une sœur hystérique, Esther avait enfin trouvé la paix ou pas et nous aussi d'un sens. Mais la question qui me titilla était de savoir : comment rassurer une adolescence ? Comment créer un contact plus familial ? Mon regard était toujours fixé sur l'horizon tandis que ma posture montrait une gêne. Pourtant, je me rappelais nos étreintes, nos conversations matures pour son âge. Je me souvenais des mots qui se valaient rassurant tard la nuit pour évincer ses tourments. Mais à l'heure actuelle, je ne savais plus où j'en étais, entre le retour soudain de Cami et la mésaventure d'un sifflement réveillant les morts, j'étais devenu obsessionnel de ces nouvelles questions. Je fermais à plusieurs reprises les yeux tout en vacillant du regard pour me concentrer à trouver les mots justes. Je relevais la tête et gagnais en confiance à ses cotés, je ne devais pas me montrer distant, pas avec elle.  

Je me raclais la gorge et prenais la parole avec un doux sourire aux lèvres : « - Je ne souhaitais pas t’inquiéter Hope. N'aie crainte, Hayley est une personne combative, elle ne se laissera pas faire. Tu l'as déjà remarqué, à maintes reprises, se défendre non ? Et puis, tu l'aides déjà en existant. N'oublie pas que tu nous aide tous, notre famille avait besoin d'un moteur, d'un but commun. Alors ne te fais pas de souci pour elle, elle viendra et le reste de la famille aussi pour enfin montrer à cette ville l'étendue des couleurs sombres dont la famille Mikaelson règne en maître ». Je tournais mon visage pour combattre le sien, l'expression grave : « - Même si, tu ne seras jamais une personne normale, il ne faudrait pas que ton adolescence soit obstruée par ce que tu représentes Hope. Respire le parfum de l'éternité, apprends à vivre en tant qu'être humain en te posant les questions de ton âge, nous gérons le reste et on te protégera toujours». J'émettais un ricanement savourant la moquerie : « - Comme, par exemple, donner le bain à la bête. Je suis certain que cela t'amuserait, elle n'est pas si agressive qu'elle n'y parait. Les hyènes sont différentes des loups, elles sont vicieuses, sadiques, carnassières disons que je fais la comparaison psychologiquement. L'aspect du loup n'est qu'un déguisement que je respecte tout autant d'ailleurs» finissais-je en claquant des doigts pour faire venir Shirel plus proche de nous et d'une main, je venais à la caresser : « - Partante ? Cela ne nous empêchera pas de converser et d'échanger un moment ensemble, nous pourrions parler d'arts, d'histoires, de choses banales de la vie éternelle. Qu'en penses-tu ? ».  

(c) made by panic!attack




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
« - La famille n'est que le symbole d'une descente dans notre propre enfer »
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» MAISON BARATHEON ▲ nôtre est la fureur [4/8]
» Promouvoir la planification familiale
» Le coup marketing de Leslie Voltaire ; un coq comme symbole électoral
» Le Palais National un symbole puissant dans la mémoire collective
» DAN X BICHON MALE 2 ANS (SANS FAMILLE 89)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Crossworlds :: ¦ Monde 1 : The Dark Theater :: Votre destin est entre nos mains :: › Habitations :: Manoir Mikaelson-
Sauter vers: