AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Mary Fraser

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité

MessageSujet: Mary Fraser  Ven 8 Déc - 20:52




Come out and play


Mary Fraser ▬ Aucun ▬ Hétérosexuelle ▬ Katherine McNamara ▬ Vampire


I live   Caractère
Je supprime le bruit autour de moi pour découvrir qui je suis vraiment.



Qui suis-je ? Beaucoup m'ont posé la question. Et pourtant, je n'ai qu'une seule réponse : je serais celle que tu veux que je sois. Pardon ? Tu oses penser que je n'ai pas de personnalité ? Voyons. Ne sois pas idiot.
La vie m'a appris bien des choses. La première étant de ne pas me dévoiler, j'aime le mystère m'entourant, cette aura rougeoyante qui me suit partout. Pourtant, pour toi, mon ange, je vais me dévoiler.

Tout d'abord, oui, toujours, je te paraîtrais froide, distance, presque hautaine. Je n'aime que très peu le contact humain, cynique, acerbe et un tantinet vieux jeu... Voilà ce que tu penseras de moi. Et je ne pourrais te donner tort. Voilà bientôt 858 ans que j'erre sur cette terre. Je n'aurais pu survivre jusque là emplie de bons sentiments et d'amour de l'être humain. D'ailleurs, parlons en de l'être humain... De bons petits toutous, des bouteilles ambulantes, un jeu des plus amusants.  

Enfin... Que dire d'autre sur moi.... Il y a tant à dire en fin de compte...
Des défauts ? J'en ai beaucoup. Égoïste, sanguinaire, raciste, violente, sans coeur... Et je pourrais continuer.

Ho pourtant je n'ai pas toujours été ainsi. Première femme du clan Fraser, j'étais la douceur et la gentillesse incarnée. Mère, épouse, amie, maîtresse de maison. J'étais aimée, j'étais la joie et la tendresse. Mais ne parlons pas du passé. Ce dernier est bien enfoui et le restera à jamais.





Before   Histoire
Le plus lourd fardeau, c'est d'exister sans vivre.





Je suis née en 1146, d'Azelaïs et Léothéric de Blaison, au sein de la forteresse de Blaison. Fille d'un petit bourgeois, je n'étais destinée à grande vie, mais mes parents, aimant et justes comme peu d'entre eux ne l'étaient, on fit en sorte de me donner un éducation féminine à la hauteur de ce que je pouvais espérer. Rien ne me fut donc épargner, maternité, travaux domestiques, lecture de la Bible. Rien.

A 14 ans, je fus mariée à Simon Fraser, premier du nom. Un gentilhomme d'Anjou, assez fortuné pour plaire à mes parents mais trop peu pour nous acheter un domaine. Ainsi la décision - sa décision - fut prise de quitter mon beau pays, ma région, ma vie. A 15 ans, Simon et moi partîmes ensemble en écosse. Bien moins cher que notre belle France, Simon acheta un domaine, celui de Keith, dans l'East Lothian. Une forteresse magnifique dans des lands tout aussi belles.
Simon avait 15 ans de plus que moi. Brave et courageux, je me dois d’avouer qu’il était un mari plus qu’aimant. Jamais une parole plus dure qu’une autre, jamais ne m’a-t-il frappé ; brave et juste, il réussit à bâtir une communauté dans notre domaine. Le clan Fraser des Lowlands était né.
J’eus 6 enfants, Simon, William, Ann, Margaret, Elizabeth et Jaime. Nous étions comblés, entourés de nos gens et de nos proches.

La vie aurait pu continuer ainsi. J’aurais vieilli, j’aurais marié mes filles et mes fils, je serais morte à l’âge de 50 ans, entourée de ma famille. Mais rien ne s’est passé comme prévu.
J’avais 26 ans, nous étions donc en 1172. Comme à mon habitude, j’étais allée à la messe du dimanche soir en compagnie de mes enfants. Mais cette fois, ce fut la gouvernante de la maison qui ramena ma progéniture… Mes chers enfants.
Ho non, n’allez pas croire que ces derniers ont été tués ! Ils ont eu d’ailleurs une magnifique vie. Simon, l’ainé, repris le domaine à la mort de son père. William et Jaime se marièrent à deux françaises riches et bienheureuses. Enfin, mes trois filles furent mariées à de gentilhommes écossais de clans voisins. Tous eurent des enfants et perpétuèrent la lignée. Le nom Fraser persista d’ailleurs jusqu’à la Guerre d’Ecosse qui décima tous les clans. Pauvre époque…
Enfin. Là n’était pas le sujet.

Ainsi... Dans mon entourage proche, il y avait cet homme. Donald Dubh. Un gentilhomme, proche de mon époux, et fin politique. Un homme mystérieux, disparaissant le jour et revenant à la tombée de la nuit. Un homme fidèle à notre clan, à notre famille.
Alors que j'errais dans la land, persuadée de connaître mon chemin, à travers le brouillard, Donald vint à ma rencontre. Il était grand, ténébreux, les yeux vert émeraude. Un teint magnifique pour un écossais.
"Madame ?" Comme à son habitude, son ton était clair, distinct, calme. Pourtant quelque chose n'allait pas. Je le sentais plus... Distant et en même temps si proche...
Un geste inexplicable, impardonnable eut alors lieu. Je sentis son corps derrière le mien en une fraction de seconde, puis un gout ferreux dans la bouche, désagréable, malvenu. Et enfin... Plus rien que le silence, le froid et l'obscurité.

Je me réveillai je ne sais quand, sur le sol dur et humide de ma land, au beau milieu de la nuit. Mes vêtements trempés et sales, je me redressai en geignant légèrement. Face à moi. Donald était là, adossé à un arbre mort. "Bienvenue" Murmura-t-il. Bienvenue... Quel drôle de façon de m'aider, moi qui m'était évanouie... Ma tête avait dû se cogner durement, tout dans ma mâchoire, dans ma gorge, dans ma tête, tout me faisait souffrir atrocement. Je massai doucement mes tempes. "Tu as le choix, Mary." Continua mon agresseur. "Vivre ou mourir." De quoi diable parlait-il... Et ce bruit... Pourquoi y avait-il autant de bruit ? Pourquoi diable tous ces gens parlaient-ils si fort ? Au beau milieu de la nuit ! Je grimaçai avant de relever la tête vers Donald. Ce dernier semblait serein. "Ramenez-moi chez moi..." Grinçai-je. "Mary..." Dit-il calmement en s'accroupissant près d'une masse à ses pieds. "Tu as le choix". J'eus une envie irrépressible d'hurler, de lui arracher les yeux tant l'envie de rentrer chez moi était forte alors que j'en étais bien incapable... Cette envie s'envola néanmoins aussi vite qu'elle était venue. Cette odeur... Entre les mains de l'homme, se trouvait une autre main, rougeoyante. Cette vue... Ma mâchoire semblait se rompre à chaque instant... Mon visage entier semblait être affecté par cette odeur. Instinctivement, je me ruais vers la main et mordis, à pleine dents, sentant ce liquide salvateur couler lentement dans ma gorge, cette douce drogue s'emparer de chacun de mes sens...

Ma vie était alors terminée. A moins que cette dernière ne commençât... Je n'ai jamais réellement pu répondre à cette question.

Donald m'expliqua alors être venu dans cette contrée afin de chercher une femme, mariée ou non, qui lui serait digne. Son choix c'était alors porté sur moi, maîtresse de maison, mère de famille, dame de clan. Il lui avait semblé que je pourrais remplir ce rôle. Ainsi, avait-il fait de moi son infante pour l'éternité.

Le reste, à vrai dire, n'a que peu de valeur à mes yeux. Contrainte et forcée d'admettre que mon retour à la vie Fraser n'était plus possible, je me vis dans l'obligation de suivre cet homme et disparu à jamais des vies de mes proches. L'on ne retrouva que mes vêtements, tâchés de sang et arrachés. Agressée par un animal féroce, avait-on dit pour expliquer cela. Mais cela ne m'importait guère. Seule la colère et la haine resta alors en moi. Des émotions amplifiées à mesure que le temps passait.

Pourquoi avoir suivi cet homme, vous demandez-vous sûrement. La réponse en est simple. La peur peut vous faire faire des choses inconsidérées. Je n'étais pas femme de grand courage. L'on ne m'avait pas appris à me battre ou à défendre mes intérêts. Ainsi, et sous quelques menaces pour ma famille, je m'étais résignée, dans la tristesse de quitter la chair de ma chair, me promettant seulement de sauvegarder le clan Fraser à travers le temps.

J'eus bien du mal à accepter cette condition de vampire, bien plus qu'à le croire. Nos légendes étaient telles que je n'eus que peu de problème à me rendre à cette évidence : j'étais devenue une damnée du Seigneur, bannie à jamais du Paradis.
Pourtant, à travers les âges, j'appris à vivre, à revivre et à m'affirmer. Donald et moi créâmes alors vers la fin du XIVème siècle, après des années d'errance, le clan Cameron, qui devint allié dès les XVIIIème siècle des Fraser.
Ce fut là le début de la fin de mon cher sauveur, comme il aimait à s'appeler, car cette alliance signa alors la fin de notre union illégitime.
Si j'avais finis par me faire à cette vie, je n'en restais pas moins attachée à mes valeurs, ma famille. Mon visage, bien sûr, s’était perdu dans les limbes du temps, et aucun de mes descendants ne me connaissait. Mais moi… Oui, moi je les connaissais, je connaissais leurs liens, leur passion, leur caractère, leurs proches… Depuis tout ce temps, je les avais surveillés, j’avais veillé sur eux, les avais protégés de leurs ennemis qui me fournissaient alors une large quantité de sang.
Les Fraser nous entraînèrent dans la guerre qui les opposait aux anglais. Et la fin arriva.

Le 16 avril 1746 marqua la fin de ma vie de Lady écossaise, comme la fin de tous les écossais. Je vis, en une journée, ma famille, mes amis tombés, morts. La bataille de Culloden fut la plus meurtrière de toutes… Au soir de cette journée, les clans indépendantistes n’existaient plus. Les Fraser n’existaient plus. Les Cameron n’existaient plus.

Je n’eus le temps de réfléchir quant à mon futur. Je ne pouvais fuir indéfiniment l’armée anglaise qui traquait les survivants de chaque clan qui ne s’était pas rendu. Je ne pouvais non plus me battre, au risque de révéler à tous ma nature. Que faire alors, à part fuir… Et ce fut la décision prise. Le lendemain même, je pris un bateau, en route vers les Amériques, ayant pour seuls bagages une valise et les économies de mon sauveur.
Cette fuite, pourtant, me ramena à la réalité. Je n’avais plus rien, ni famille, ni proche. Rien. Jamais je n’avais ressenti plus grande douleur… Ho ce n’était pas une douleur physique. C’était une douleur plus profonde, plus insupportable encore. A tel point, que je n’eus d’autre choix que de faire taire chacune de mes émotions.

Depuis cet instant, l’instant où mon pied foula le sol de l’Amérique, j’erre en quête d’un endroit où vivre, où pouvoir m’amuser. Les hommes sont devenus l’un de mes passe-temps préférés. J’aime les voir se prosterner à mes pieds, tout comme j’aime les voir morts après leur affaire.
Je pensais enfin avoir trouvé la paix. Et pourtant… Je me retrouve ici, dans cette ville, sans comprendre comment je m’y suis rendue.
Je vous avoue que cela m’irrite très légèrement. Espérons alors pour vous que vous ne croiserez pas ma route.





Now   Test RP
Saute... Et laisse-toi pousser des ailes pendant ta chute.



Je tournai en rond. Passer la journée enfermée ne me ressemblait pas. Et pourtant… J’avais perdu la bague solaire lors de mon transfert dans ce trou. Me voilà donc coincée, chaque jour, dans un endroit clos et sombre.
Enfin ! Le soleil avait fini par laisser place à la lune. Dans un long soupir de lassitude, j’ouvris la porte du bâtiment. Cette nuit allait être belle. Tant mieux. La pluie n’aurait fait qu’aggraver ma mauvaise humeur. Il faut dire que je n’avais même pas un endroit décent ou loger. Non que l’argent ne manquât, mais je n’avais guère eu le temps de prospecter les agences immobilières, ces dernières étant légèrement closes la nuit. Ainsi, mon hébergement n’était qu’un vieux bâtiment industriel qui s’était placé là sur ma route, par hasard.

Enfin. Je n’aurais au moins pas à me plaindre de la météo. Doucement, en avançant dans l’allée, je m’étirais. J’avais soif. Non… Je m’ennuyais. Il me fallait un jouet. Et quoi de mieux pour trouver un jouet que la boîte de nuit du coin ?

Lorsque j’arrivais près de l’établissement, j’humais doucement l’air. « Mmmmh… » Soupirais-je. De douces fragrances me chatouillaient les narines. Fragrances venant exactement de l’intérieur du club. Il ne restait plus qu’à rentrer… J’observais la queue. Bien trop longue. Non. Je n’allais pas me rabaisser à attendre voyons ! D’un pas décidé, je m’approchai du videur qui me barra la route. « Hop hop hop ! On fait la queue comme tout le monde ! » Je serrai les dents. Ce sale… Je le regardai dans les yeux. « Laisse-moi passer. Je crois que le club manque de présence féminine » Soufflais-je. Avec un peu de chance, il n’aurait pas de veine de venus dans le sang… Bingo. C’est avec un sourire charmeur qu’il se dégagea de ma route. « Allez-y. On manque de fille. »

La musique était forte, l’air ambiant humide, moite, la moitié des participants déjà bien imbibé. Ne restait plus qu’à trouver une brebis égarée. Et je ne tardai pas à la trouver. Isolé dans un coin, un homme observait les alentours. Blond, les yeux verts, bien bâti, il était plutôt mignon et ferait un quatre heures très appréciables. Ne restait alors plus qu’à le séduire…

La suite au prochain épisode !




Mon pseudo est Mary, j'ai 25 ans et je suis disponible quand je veux et quand je peux (souvent le soir et le WE). J'aime beaucoup de choses que je ne saurais citer et j'apprécie moins les guêpes. J'aimerai ajouter que je ne mords pas trop fort. J'ai connu DWRA par le forum L&T (j'en suis l'une des administratrices Very Happy). Je souhaite signaler que ce personnage est un n'est pas un DC. Pour finir, je je ne veux pas être ajouté(e) à la conversation sur la plateforme Discord (je n'aime pas vraiment cette plateforme et n'arrive pas à y accrocher...)


© Halloween de Never Utopia



Dernière édition par Mary Fraser le Ven 15 Déc - 20:50, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Originel
Messages : 297

MessageSujet: Re: Mary Fraser  Ven 8 Déc - 20:58
Olleh What a Face,

Bienvenue sur le forum chère partenaire . J'hésitais à prendre cette actrice pour un PV, il y'a pas si longtemps que cela, ravi de voir ce visage ici en tout cas Cool !

Si tu as des questions, n'hésites pas à nous contacter !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Humain
Messages : 107

MessageSujet: Re: Mary Fraser  Ven 8 Déc - 21:09
Hello petite rouquine !! Ravie de voir te joindre parmi nous ! J’adore ton ava et j’espère que tu emmèneras ton perso loin avec nous ! Au plaisir de te découvrir un peu plus.


       

   
« I'm the wall beetween your reality and mine. »
I'm touched, I'm touching and sensitive. People destroy me and people soothe me. I'm the one that I want you to see.
I have feelings. I'm not a robot. I'm in the shadow and the light. I'm Cami and me too, I'm human. © .bizzle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Mary Fraser  Ven 8 Déc - 22:42
Bienvenue, courage pour la suite de la rédaction. ♥️
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Vampire
Messages : 65

MessageSujet: Re: Mary Fraser  Ven 8 Déc - 22:58
Claryyy
Bienvenue par ici avec ce magnifique choix d'avatar ♥️
Bonne chance pour ta rédaction



Depuis qu'il est mort, je suis détruite de l'intérieur.

by lizzou.


I will love you.. Forever:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Humain
Messages : 26

MessageSujet: Re: Mary Fraser  Sam 9 Déc - 9:28
Bienvenue parmi nous ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
BLACKTOWN
Admin
Messages : 136

MessageSujet: Re: Mary Fraser  Jeu 14 Déc - 19:25
Hey Demoiselle Fraser What a Face,

Nous venons aux nouvelles concernant ta fiche. As-tu besoin d'un délai ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Mary Fraser  Jeu 14 Déc - 19:27
Hello !

Je crois oui X) j'ai presque finis l'histoire mais je n'ai pas pris le temps pour le Rp... Il me faut jusqu'à dimanche et ce sera fini Smile
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
BLACKTOWN
Admin
Messages : 136

MessageSujet: Re: Mary Fraser  Jeu 14 Déc - 19:29
Hey Demoiselle Fraser What a Face,

Aucun souci je te met le délai de ce pas et bon courage la validation & le jeu est proche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Mary Fraser  Ven 15 Déc - 20:51
C'est terminé !

Désolée pour l'histoire, elle est un peu longue - du coup j'ai raccourci le RP test xD
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Mary Fraser  
Revenir en haut Aller en bas
 
Mary Fraser
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Darkness Will Rise Again  :: Les archives administratives.-
Sauter vers: