AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Love is a battlefield

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Hybride
Morsures : 69

MessageSujet: Re: Love is a battlefield  Dim 18 Fév - 17:07


   
   Elijah et Hayley
    Love is a battlefield

L
es choses s'étaient corsées. Je m'étais transformer en louve, prête à attaquer mon double. Je redressais la tête pour contempler Elijah. Toujours aussi élégant, l'expression faciale impassible comme si toute cette agitation ne l'affectait pas le moins du monde. Avec le regard qu'il me lançait en cet instant, ce mélange d'admiration, peut-être un peu d'affection et de ce petit quelque chose dont je n'arrivais pas à mettre le doigt dessus me confirma qu'il s'agissait bien du bon Elijah. Même la plus parfaite des copies ne pouvait pas imiter avec autant de justesse tout ce qu'il dégageait. Ni la sensation dans laquelle je me sentais lorsqu'il me regardait de la sorte. La louve que j'incarnais était une fois de plus charmée par ce vampire millénaire. Même sous ma forme animale, il m'était difficile de lui résister. Mais pour l'instant, nous avions d'autres chats à fouetter et je mourrais d'envie de défaire le portrait de cette femme qui avait osé me voler mon apparence. Les poils hérisser le long de ma colonne vertébrale, je portais mon attention sur mon double. Montrant les crocs, je mourrais d'envie de planter mes dents dans sa chair tendre et la déchiqueter en morceau. Elle aurait été une vampire que je me serais contenté de la mordre afin qu'elle ne meure dans d'atroces souffrances. C'était tout ce qu'elle méritait pour avoir volé mon identité. Et m'avoir fait croire que mon petit bébé se trouvait dans ce lieu sans pitié. Non, elle ne méritait pas de vivre encore plus longtemps. Même si je n'étais pas convaincue que je la tuerais réellement. Après tout, étaient-ils seulement réels ?

Je fus ravie de voir qu'Elijah décidait de ne pas lui prêter main-forte et qu'il la laissait se débrouiller seule. Cela confirma mes appréhensions. Double contre double, Hayley contre Hayley, Elijah contre Elijah. Voici un combat qui promettait d'être intéressant. Dès que l'Originel quitta mon double pour la laisser à elle-même, je fonçais. Bondissant avec toute la force et la puissance de mes pattes arrière j'atterrissais sur ma proie. Je tentais de planter mes crocs dans sa gorge pour lui arracher la gorge, mais elle plaqua ses mains contre ma gorge au dernier instant afin de me tenir à distance. Mes dents claquaient alors que je forçais pour l'atteindre. J'entendais les hommes parlés derrière moi, les écoutant d'une oreille distraite. Trop occupé à faire de cette pâle copie mon repas de la journée. Je défoulais toute ma rage contenue depuis que j'étais arrivé à Blacktown contre elle. De la mort de Jackson, à Niklaus qui m'avait traitement volé ma petite fille jusqu'à Katherine Pierce qui dansait tendrement avec Elijah lors du bal de la St-Sylvestre. C'était elle, mon défouloir. Celle qui allait recevoir toute la rage et la haine que je ressentais. Peut-être me sentirais-je mieux pas la suite ?

Dans ma vision périphérique, je voyais un des Elijah frapper l'autre de toutes ses forces. Et c'était peu dire. Visiblement, je n'étais pas la seule à avoir quelques surplus d'émotion à évacuer. Je parvins finalement à mordre mon double dans l'épaule. Elle m'asséna un solide coup à la mâchoire de son autre bras et je dus reculer de quelques pas pour reprendre mes esprits, emportant avant moi un long morceau de chair. Comme j'allais foncer de nouveau vers mon double, j'entendis le double d'Elijah parler. Je ne pus m'empêcher de tourner la tête vers eux en comprenant ses paroles. "…tu n'as toujours pas dit à Hayley à quel point tu étais fou amoureux d'elle. Tes manières nobles te coûtent ton bonheur, encore une fois." Je ne savais pas comment réagir face à une telle révélation, mais je devais avouer qu'à l'intérieur de moi, je souriais. Malgré le monde d'incertitude dans lequel nous nous trouvions, il devait certainement avoir une part de vérité dans ces propos et j'avais envie d'y croire. Mais je n'avais pas le temps de penser à cela pour le moment. J'avais d'autres préoccupations qui n'hésiteraient pas à me liquider si je me laissais distraire trop longtemps. Mais… peut-être que tout cela n'était qu'une distraction justement. Pour me faire oublier mon objectif premier et me rendre faible, qu'il n'y avait rien de réel dans ses propos. Secouant la tête, je fonçais de nouveau vers la fausse Hayley pour l'attaquer. Elle s'était relevée entre temps et elle était prête à se battre. Son épaule pendait étrangement le long de son corps, montrant que j'avais arraché un tendon ou un muscle important lors de ma première attaque. Je fonçais de nouveau vers elle afin de mettre fin à toute cette mascarade. Je couinais lorsque je sentais une côte craquer, mais je ne ralentissais pas la cadence pour autant. Je lui arrachais alors la tête d'un coup puissant de mâchoire. Je m'attendais à voir le sang jaillir de la blessure et de me faire éclabousser de plus belle, mais rien. Elle disparut, tout simplement. Elle s'était volatilisée comme si elle n'avait jamais existé, le laissant aucune trace derrière elle. Ce qui était plutôt étrange, par ailleurs. Mais devais-je encore m'étonner de ce que ce monde nous réservait ?

Lorsque j'arrivais à la mettre hors service, je tournais la tête vers Elijah. C'est à ce moment-là que je vis la scène à me glacer le sang. Elijah avait disparu. Du moins un des deux. J'aurais pu me réjouir en croyant que mon Elijah, le bon avait réussi à vaincre l'autre, mais ce que je voyais me hurlait le contraire. La deuxième était agenouillée tel un chevalier près de la rivière. Sa main survolant l'eau de la rivière, il psalmodiait des mots incompréhensibles. Il était concentré, comme s'il était en train de jeter un sort. En fait, c'était exactement ce qu'il était en train de faire. Je n'attendais pas une seule seconde de plus de foncés vers lui. L'homme que je connaissais si bien n'était pas un sorcier et même si certains membres de sa famille avaient cette faculté, il n'en faisait pas partie. Je sautais sur lui et nous roulâmes de l'autre côté de la rivière. Dès que je me relevais, il avait lui aussi disparu. Je grognais ma rage, sachant qu'il allait surement réapparaître d'un moment à l'autre, mais je n'avais pas le temps d'attendre. Je jetais un regard frénétique autour de moi et je ne voyais aucune trace d'Elijah. C'est alors que je compris qu'il était dans l'eau. Prise d'un élan de panique, je me transformais pour redevenir humaine. La douleur étant encore plus puissante à cause de ma côte cassée. Puis, je plongeais dans l'eau glacée. Mon corps nu se crispa sous le choc du froid. Chaque partie de mon anatomie criait à l'hypothermie, mais je ne m'arrêtais pas. Jusqu'à tant que ma main se referme sur le bras d'Elijah et que je le sorte de l'eau. Je l'étendais sur le dos de mes mains tremblantes.

-Elijah ! Elijah, réponds-moi !

Je lui tapotais doucement le visage dans l'espoir d'avoir une réponse de sa part. J'étais angoissé et tout allait à la fois beaucoup trop vite pour moi et pas assez. Je voulais entendre le son de sa voix me dire qu'il allait bien. Tout ça n'était que de ma faute. Si je l'avais écouté et que j'étais resté près de lui, rien de tout ça ne serait arrivé. Mais non, j'avais dû être imprudente et laisser mon instinct maternel me guider lorsque j'avais vu ma petite fille seule dans les bois. Je regrettais mon imprudence et j'espérais de tout cœur qu'il n'y aurait pas de fâcheuses conséquences à mes actes…


WILDBIRD


Remind me again why I should give a damn?
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Originel
Morsures : 102

MessageSujet: Re: Love is a battlefield  Dim 25 Fév - 14:59
Infinie et chaotique hallucination

Hayley & Elijah

L'enfer, un mot si courant, mais pourtant si malsain à utiliser. Il était le lieu où les démons de toutes sortes venaient un peu plus périr la vie pourtant belle et bien finie. Il était l'endroit dans lequel personne n'était là pour écouter les pleurs ternes, déchirants et pathétiques des ignobles victimes qui essayaient de décrocher leur rédemption, qui, par ailleurs, ne viendra jamais. L'enfer, dans le monde dit réel, pouvait être tout et surtout n'importe quoi. Une mauvaise journée, des embouteillages, des passants qui n'avancent pas rapidement dans une rue, des pizzas froides... Le mot était devenu si courant que son vrai sens était parfois oublié... Cependant, nul doute qu'Elijah utilise ce mot à mauvais escient. Lui, qui maîtriser le vocabulaire anglais et parfois étranger à la perfection, réfléchissait toujours à ses mots avant de sortir une potentielle bêtise.

Néanmoins, aujourd'hui, Elijah n'hésitait pas à qualifier sa vie "d'enfer pur." Il est vrai que depuis l'acquisition du chaos, l'originel était bien loin de vivre une vie utopique. Entre maux de crâne brutaux, évanouissements, pertes de contrôle et hallucinations, il était loin d'être le noble, charismatique et impérial originel. En ce moment, il ressemblait plus à Niklaus, lorsque celui-ci avait enfilé une vingtaine de verres dans une soirée. Trève de plaisanterie, il voulait que tout ceci s'arrête, bien qu'il ne le fit part à personne. Il ne pouvait se montrer faible devant sa fratrie, car, sans prétention, il était celui qui gardait les Mikaelson en place, et à leur plus haut niveau. En d'autres termes, c'était lui qui "tenait la baraque" alors il était hors de question qu'il s'écroule ; car il entraînerait tout le monde dans sa chute.

L'eau froide, qui, en réalité, aurait du le rafraîchir, ne jouait pas son rôle prévue. La brûlure qui réduisait en poussière ses vaisseaux, ses muscles, et sans doute ses os de son corps, était bien plus chaude que la froideur de l'eau. La sensation qu'il ressentait pouvait être comparée à des brûlures d'estomac, mais, bien évidemment, beaucoup plus conséquentes que ces petites douleurs que de simples humains ne supportent pas plus d'une heure. Tirant sur sa chemise pour la déchirer brutalement, afin d'observer sa peau de son torse rougir au fil des minutes, il laissa sa veste de costume tomber au fin fond de la rivière. Son manque d'air le pénalisa crucialement pour remonter à la surface, et ses réserves d'énergie diminuaient rapidement. Il laissa ses paupières se fermer. Après tout, à quoi bon lutter ? Il avait trouvé quelqu'un de beaucoup plus fort que lui, qui, même s'il n'était pas entièrement humain, aurait la fierté de tuer un originel. L'une de ses dernières pensées s'adressait à Niklaus. S'il mourrait dans cette rivière imaginaire, son petit frère serait à présent à la tête de la fratrie, et devra maintenir les Mikaelson en vie le plus longtemps possible, et ça...Elijah n'était pas convaincu qu'il réussirait.

Il se laissait couler au fond de la rivière, sentant le manque d'air euthanasié la sensation de brûlure. Une nouvelle fois, l'inconscient venait frapper à la porte de son esprit, pour venir l'enlever de ce monde-ci. Après tout, mourir était peut-être la solution pour se réveiller dans le monde réel, mais, Elijah ne misait pas beaucoup là-dessus. Il ne put sentir la main ferme d'Hayley qui s'agrippait autour de son bras....

Lorsqu'il ouvrit les yeux, il sentit la terme ferme sur son dos, et l'air, frais, qui remplissait de nouveau ses poumons. Sortir de l'eau avait aidé sa guérison à se mettre en place et ainsi, à soigner ses blessures profondes. Son regard moyennement vif croisa celui de Hayley, qui semblait, sans surprise, effroyablement paniquée. Était-ce la bonne Marshall ? Oh, à ce stade-ci il ne se posait plus la question. Voyant le regard affolé de Hayley, il n'eut aucune hésitation, et savait pertinemment que c'était elle...À vrai dire, il avait vu ce regard bien trop souvent.
Posant sa main sur la cuisse de Hayley, il prenait appuie sur elle pour se relever, afin de s'asseoir. Sa chemise blanche étant trempée, elle collait à son torse, révélant les marques rouges qui s'atténuaient petit à petit.

-Est-ce que tu vas bien ? Dit-il, privilégiant, comme toujours, la santé des autres avant la sienne. Es-tu blessée ? Reprit-il en observant rapidement son corps.

© Chieuze



“Family means no one gets left behind or forgotten".
When everything goes to hell, the people who stand by you without flinching, are your family. Always and forever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Love is a battlefield
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Darkness Will Rise Again  :: The dark theater :: | Votre destin est entre nos mains. :: Blacktown-
Sauter vers: