AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Stop this ridiculous game brother.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Originel
Messages : 95

MessageSujet: Stop this ridiculous game brother.  Jeu 11 Jan - 12:59
Stop this riduculous game brother

Dans une famille, nous avons beau avoir vécu les mêmes événements, nous n'avons pas les mêmes souvenirs, les mêmes points de vues de ce moment-là.

L'épaisse et condensée brume couvrait la ville de Blacktown, la rendant encore plus morbide. Le froid, dégagé par ce brouillard peu habituel dans cette région des Etats-Unis, cristallisait les bourgeons des fleurs, déjà prêtes à se montrer sous leur plus belles tenues ainsi que l'herbe, devenue humide grâce à la rosée du matin. La fraîcheur matinale forçait les habitants à rester chez eux, auprès de leur imposants feu de cheminée, et de leur réconfortant chocolat chaud. La ville était donc devenue une ville fantôme ce matin. Même les commerçants, pourtant à l’affût des moindres clients, avaient gardé leur stores fermés, tellement l’afflux était...dense.

La ville était muette, pas un bruit ne pouvait être entendu par les humains lambda. Pas une voiture ne circulaient, pas un piéton ne demandait son chemin, personne...hormis Elijah Mikaelson. Ce dernier, enfin réveillé de son monde imaginaire qui n'avait rien de féerique, découvrait une ville abandonnée à une heure si matinale. Ses chaussures noires parfaitement cirées frappaient rapidement le béton du trottoir, brisant le silence angoissant d'une petite ruelle. Il était encore marqué par ce qu'il avait vu, par ce qu'il avait vécu si...Réellement. Il avait vraiment eu l'impression de vivre pleinement cette aparté dans son éternité. Cependant, il apprenait, jour après jour, à vivre de nouveau, en oubliant, quand il le pouvait, ce qu'il avait vu. Après tout, ce n'était pas la première fois qu'il faisait face à ses démons.

Marchant silencieusement dans les rues, il s'apprêtait à retourner au manoir où Niklaus habitait, avec Cami, à présent. Il ne savait pas s'il était d'humeur à parler, à vrai dire, il semblait n'être jamais d'humeur à parler, mais peu importe, tous les deux devaient mettre les choses en clair entre eux. Il allait, sans doute, devoir faire face à l'intrépide caractère de son frère et à ses remarques désobligeantes envers lui, mais cette fois-ci, il n'allait pas quitter le manoir, non, c'était décidé. La soirée de la St Sylvestre s'était terminée sur une note à la fois positive et négative. Niklaus avait enfin révélé ce qu'il pensait sur Elijah, quelque peu trop tard cependant...Il était temps que l'hybride originel brise le bouclier qu'il brandissait instinctivement en l'air.

Vêtu de son fidèle manteau noir, il arrivait, d'un pas déterminé, au manoir, plongé dans la brume, et...qui semblait bien vide. Il n'entendait aucun bruit, ni aucun battement de cœur. Le manoir respectait bien la solitude de la ville. Il entrait dans les pièces principales, où l'odeur de sang était particulièrement forte dans l’atmosphère, même si aucune trace de sang n'était présente. Quelqu'un avait du nettoyer le précédent massacre, sans pour autant masquer l'odeur.
Déposant son épais manteau noir sur le porte manteau, il n'eut pas besoin de faire le tour des pièces pour savoir que personne n'était dans le manoir. S'asseyant dans l'un des somptueux mais quelque peu poussiéreux fauteuils du manoir, il se versa un verre de bourbon en attendant son frère qui...n'allait pas tarder à arriver, il en était convaincu.
Codage par Libella sur Graphiorum


“Family means no one gets left behind or forgotten".
When everything goes to hell, the people who stand by you without flinching, are your family. Always and forever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Originel
Messages : 349

MessageSujet: Re: Stop this ridiculous game brother.  Ven 12 Jan - 17:31




« Stop this ridiculous game brother »


L'endroit éclatant sous les néons rouges tamisaient la pièce dont le maître-mot était celui du pouvoir au sang. Nettoyant les murs ainsi que le sol imbibé de ce liquide précieux dont on pouvait facilement croire à une patinoire rougeâtre d'un hiver tardif, je me promettais de ne plus massacrer des gens innocents. Depuis que Cami et Elijah possédaient le Chaos, la partie responsable possédait un peu plus ce masque impassible. Agir pour son simple plaisir personnel de voir des corps démembrés n'avaient plus lieu d'être, bien que je gardais ce souvenir fantastique de toutes mes escales mortelles. Le dernier cadavre placé en rayon derrière une vitre, était la voisine de Cami, une certaine Valentine dont l'étiquette était accrochée minutieusement sur la cage transparente. Alors depuis quelques jours de cette fichue soirée, j'occupais mon esprit à ranger tout ce capharnaüm pour ne pas succomber à mes visions cauchemardesques de leurs morts. Coupable de leurs sorts, je tentais de ne pas me laisser pousser par une certaine culpabilité dont les failles s'entaillaient dans ma poitrine. Mes nuits, même si elles étaient en très bonne compagnie avec Cami, réveillèrent une insomnie indomptable, pire qu'avant. Un fort soupire traversait la pièce à la vue de la pile de cadavres pourrissaient dans une odeur nauséabonde au fond de la pièce. Il fallait les détruire, les découper ou les brûler tout simplement.

Les semelles de mes rangers imprégnées de sang parcouraient la traversée jusqu'à la cave véritable du manoir Mikaelson. Fermant la porte blindée et scellée avec une clé dont elle faisait la parfaite transparence avec les babioles d'un collier soigneusement porté autour de mon cou. Bien évidemment, j'avais plusieurs trousseaux de ce jardin secret que je voulais garder jusqu'à ma mort. C'était comme un patrimoine mortuaire délégué à ma fille, à ma famille, vision chaotique de la chose, du Chaos. Je remontais mes pas lourds à la surface utilisant un chiffon pour nettoyer mes mains sales, entrant dans le salon avec cette conviction de rechercher une solution inflammable. Néanmoins, mon but s’effaça à la vue de mon frère sagement assit dans un fauteuil, dans mon fauteuil.

J'arquais un sourcil sans expression visible, fusillant sa silhouette. Je caressais le chiffon de mes mains, gardant un silence déconcertant dans un premier temps. Les scènes brutales de cette soirée mondaine s'implantèrent, une nouvelle fois dans mon esprit, et la colère s'amplifia intérieurement. Néanmoins, les choses évoluaient et à cet instant, la provocation ne sortira pas de ma bouche. Heureux de le revoir se tenir devant moi, pourtant, aucun geste, aucun mot ne traduisaient ce soulagement. J'évoluais dans la pièce pour débouchonner une bouteille de bourbon et y servir deux verres. Précautionneux de savoir quoi dire, quoi faire, je ne supportais pas ces moments-là, ces moments où, je devais planter des excuses et montrer ma culpabilité de mon comportement enfantin parce que l'acceptation de cette vérité était trop fragile.

Alors doucement, je brisais cette distance pour tendre le verre rempli :

« A ton retour, Elijah. J'espère que le sommeil a été revigorant » sur un ton sec. Je n'oubliais pas les nombreux coups portés sur ma personne, je n'oublierais pas. J'allongeais un sourire sarcastique : « - J'imagine qu'une conversation sérieuse s'impose. N'attends surtout pas à d'amples excuses de ma part, cela ne sert à rien » et épousa le fauteuil en face de lui. Je joignais mes mains appuyant mes avants bras sur l’accoudoir, dévisageant mon frère.       

▬ Elijah Mikaelson & Niklaus Mikaelson


© TITANIA






Dernière édition par Niklaus Mikaelson le Mer 24 Jan - 17:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Originel
Messages : 95

MessageSujet: Re: Stop this ridiculous game brother.  Dim 14 Jan - 14:25
Stop this riduculous game brother

Dans une famille, nous avons beau avoir vécu les mêmes événements, nous n'avons pas les mêmes souvenirs, les mêmes points de vues de ce moment-là.

L’étrange calme qui régnait dans la pièce du salon était à la fois suspicieux mais terriblement relaxant. Pas un bruit, une parole, un geste, ne venait déranger l’originel, parfaitement assis dans le fauteuil marron, un verre de bourbon à la main. Souvent, lorsqu’il était encore à la Nouvelle-Orléans, il aimait se retrouver seul, dans une pièce ou dans un lieu abandonné, afin de réfléchir, encore et toujours, aux décisions qu’il devait prendre ou à la situation qui pesait sur sa famille. Peu de personnes le savaient mais, bien qu’il ait l’air serein lorsqu’il prenait la parole, il était, en réalité, toujours inquiet, se demandant s’il prenait la bonne décision, se demandant aussi, si, sa décision n’aurait pas des conséquences dévastatrices sur l’avenir des Mikaelson. Une chose est sûre, son esprit était en continuel réflexion.

Son moment de tranquillité et de relaxation se termina brusquement, lorsqu’il entendit les pas lourds mais rapides de son frère arriver. Il le connaissait parfaitement qu’il savait le reconnaître rien que par sa démarche. Il ne daigna pas le regarder, sentant, son regard noir, peu original, sur sa personne. Ironique était son comportement, alors que, lors de la soirée de la St Sylvestre, ses pupilles si inexpressives, avaient révélées une inquiétude extrême lorsqu’il avait frappé le sol. Mais, après tout, Niklaus était vêtu d’un bouclier presque incassable qui le rendait très antipathique et qui cachait sa vraie personnalité, qui, pour lui, était une faiblesse. Ce comportement courrait à sa perte, mais, bien évidemment, il le savait, et ne voulait en rien, changer sa personnalité. Cependant, Elijah n’était pas venu pour se battre. Après les images qu’il avait vues, son seul but était de trouver un terrain d’entente avec son frère, afin de combattre au mieux, cette entité qui était en lui.

Elijah, malgré le silence perplexe de son frère, pris volontiers le verre de bourbon que son frère lui tendait. Il but quelques gorgées, sans pour autant, répondre aux propos que Niklaus venait tout juste de conclure. Des excuses ? Elijah le connaissait assez bien pour savoir qu’il détestait s’essayer à cet exercice qu’il jugeait inutile. A vrai dire, il se fichait des regrets de son frère, encore une fois, il n’était pas venu ici pour ceci. Posant délicatement son verre, à moitié vide, sur la table du salon, il remit en place sa veste noire sur sa chemise, avant de prendre la parole.

-Niklaus, si j’avais voulu des excuses, je ne serais tout simplement pas venu, sachant que tu es incapable d’en faire dû à ton hypocrite, égoïste et arrogant « faux » caractère que tu adoptes pour ne pas paraître faible, je te remercie, je te connais assez bien.


Ce n’est pas parce qu’il avait dit à son frère qu’il l’aimait, qu’il allait demeurer sympathique et convivial, loin de là. Elijah était le spécialiste pour ce genre de paroles sèches et directes qui pouvaient, de temps à autre, faire réagir l’un des membres de sa famille.
Il levait, pour la première fois depuis son arrivée ici, les yeux sur son frère, qui, sans surprise, le fixait d’un regard peu agréable. Il passait ses doigts sur la lèvre inférieure, avant de poser son regard sur un meuble quelconque du salon.

-Il faut que nous ayons une bonne conversation toi, et moi, avant de vivre de nouveau la scène presque morbide de la soirée de la St Sylvestre. J’ai pris conscience que ton comportement, ainsi que le mien, pouvait engendrer des conséquences désastreuses pour l’avenir de notre fratrie. Redevenons autant alliés qu’à la Nouvelle-Orléans Niklaus car, il marquait une pause, pour planter de nouveau, son regard sur son frère, j’ai vu à quel point tu étais paniqué à cette fameuse soirée, lorsque Camille, et moi-même, sommes tombés au sol. Alors je te demande d’arrêter de porter cette ridicule carapace, et de te comporter naturellement, en montrant tes vraies émotions, mon frère.

Codage par Libella sur Graphiorum


“Family means no one gets left behind or forgotten".
When everything goes to hell, the people who stand by you without flinching, are your family. Always and forever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Originel
Messages : 349

MessageSujet: Re: Stop this ridiculous game brother.  Mer 24 Jan - 17:07




« Stop this ridiculous game brother »


L'atmosphère ne ressemblait guère à notre première rencontre, elle respirait moins la frustration ainsi que l'incompréhension. Elle semblait même agréable bien que la rancœur amère prédominait l'aura de l'ambiance. Ma colère diminuait petit à petit, mais sans pour autant s'effacer pour laisser place à un faciès plus aimable. Certainement pas. Frustré encore de ce qu'il s'était passé de ma faute, je ne savais pas si le visage impassible était pour mon frère ou simplement pour moi-même. C'était comme-ci, mes maladresses me rendaient mes coups ainsi que mes pensées à cette soirée. Avec du recul, j'avais agi avec arrogance, convaincu de mes actes et paroles dans le but de les éloigner. Et là, la véritable réalité était différente, néanmoins, il y avait toujours deux vérités, la mienne et celle de mon interlocuteur. Il fallait juste trouver un terrain d'entente dans cette conversation, qui à vrai dire, j’appréhendais fortement.

Je ne décroisais pas les doigts entrelacés jouant à émettre des pressions plus ou moins fortes sur ceux-ci pour contrôler une certaine anxiété. Je ne quittais pas non plus, ce regard noir toisant la silhouette de mon frère. Il semblait calme et serein et ne laissait pas échapper son coté moralisateur. Il avait raison, lui qui me connaissait aussi bien pour voir à travers ce masque imperturbable. Je détestais cette sensation d'être mis à nu, de n'être pas pris au sérieux aussi. Cela me vexait, tout simplement. Son regard était levé sur moi, et il était impossible pour moi, de vaciller le mien et contre toute attente, il me proposa d'être de nouveau soudé. Un discours différent de sa venue porté par l'agression de ses mots, de ses gestes. Étrange, il n'agissait pas en repoussant les siens pour les protéger comme je l'avais salement souhaité. Enfin, étrangeté n'était pas le bon mot à employer, lui, qui avait une vision différente du mot famille. Il était le seul, à la garder unie pour le pire et le meilleur parce qu'il était le véritable pilier de la famille Mikaelson détrônant Finn ainsi que Freya, peu importe la hiérarchie. Les os de mes mains craquaient à la fin de son monologue concernant mes sentiments profonds exposé à la vue de tous, concernant ce revirement de situation fracassant. Et là, je ne pouvais cacher cela devant mon frère. Alors, je poussais un soupir et quittais mes yeux des siens préférant observer la bouteille placée sur la table.

Je décroisais mes mains pour tremper mes lèvres dans le bourbon et réfléchir à ce que j'allais rétorquer. Il voulait que j'exprime, que je dévoile cette partie qui me faisait atrocement mal. Le coude rejoignant l'accoudoir, je tournais le verre entre mes mains pour y observer la danse de ce liquide. Mes yeux se noyèrent dans ce tourbillon, je prenais alors la parole :

« Il me semblait nécessaire de t'éloigner de cette chose, de vous éloigner Elijah, parce que je tiens à vous, je tiens à ma famille et à Cami, plus que tout. Même si j'ai été arrogant, égoïste, hypocrite, je ne regrette pas mon comportement. Si c'était à refaire, je ne changerais rien. » disais-je avec calme. Pourquoi ressentir des regrets ? Cela ne servait à rien.

Je détournais le regard fixant mon frère, cette fois-ci :

« Tu veux me faire comprendre que mon comportement aurait mis en péril notre famille ? Ce n'était pas mon but pourtant mon frère. Je ne suis plus dans l'optique de remettre en cause chaque membre de notre famille maudite. » lâchais-je sèchement. Mes paroles pouvaient divaguer d'une sensation à une autre.

Je claquais ma langue sur mon palet, puis rapportais le verre à mes lèvres ne vacillant toujours pas mon regard :

« Très bien. Essayons ta méthode, essayons d'être unis même si je serais à tes côtés et que je verrais ta destruction avec ce Chaos. Il m'est insupportable de le voir dans ton corps, cela est certain, mais si tu as besoin de moi pour l'apprivoiser ou le surmonter, je serais là. » avouais-je à demi-mot d'une voix fataliste.


▬ Elijah Mikaelson & Niklaus Mikaelson


© TITANIA




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Originel
Messages : 95

MessageSujet: Re: Stop this ridiculous game brother.  Sam 27 Jan - 15:35
Stop this riduculous game brother

Dans une famille, nous avons beau avoir vécu les mêmes événements, nous n'avons pas les mêmes souvenirs, les mêmes points de vues de ce moment-là.

Il n’avait pas prévu un tel changement de situation. A la fois déconcerté mais extrêmement et agréablement surpris, l’originel sentait, et voyait, l’atmosphère se détendre au fil des silencieuses minutes, symbolisées par le bruit incessant et monotone des aiguilles de l’horloge murale. Elijah, avait pourtant prévu, à tort, une nouvelle confrontation soutenue par des reproches crachés par la haine et des menaces peu légitimes de la part de Niklaus. Il s’était préparé, à se battre, que ce soit mentalement ou physiquement, avec son frère qui avait le fameux défaut de ne pas se montrer sous son plus beau jour. Cependant, le spectacle qui se déroulait en ce moment-même sous ses yeux était d’une exceptionnelle et belle rareté. Sans doute encore marqué par la soirée de la St Sylvestre, où Elijah, ainsi que Camille, avait été victime d’une attaque du Chaos, Niklaus semblait adopter une nouvelle personnalité, enfin…sa vraie personnalité. Il était enfin temps qu’il brise sa carapace étouffante qu’il portait comme protection face au monde extérieur et à sa famille. Il était enfin temps qu’il ouvre les yeux face à la situation chaotique et périlleuse qui se déroulait en ce moment-même. Malgré les paroles toujours déplaisantes de la part de son frère, qu’Elijah n’arrivait pas à oublier, l’originel remarquait un certain effort et une certaine authenticité dans les paroles de Niklaus. Il ne pouvait qu’être heureux.

Avec du recul, il avait compris ce que son frère voulait faire. Faire face au problème seul, ne voulant pas que sa famille, ainsi que Camille, soit confronté à ce danger pesant qui planait sur les Mikaelson. A vrai dire, ce n'était pas la première fois qu'il adoptait un comportement aussi énigmatique et insupportable face à un danger. Pourtant, Niklaus, au fond de lui, savait très bien que d'éloigner ses frères et sœurs le rendait plus vulnérable face à la menace. Mais que voulez-vous, l'hybride originel continuait de faire les mêmes erreurs siècle après siècle.
Refaire avait-t-il dit ? Refaire l'erreur qu'il venait de faire ? Remettre les Mikaelson au bord du gouffre, encore ? A quoi pouvait-il jouer ? Elijah n'écoutait à présent, plus vraiment les paroles de son frère. Le fait qu'il ne ressentait aucun regret le laissait perplexe, surtout, après le passage dans ce monde effroyable, où il avait vu, si réellement les cadavres de chacun de ses frères et sœurs. Il savait qu'un jour ou l'autre, cela allait arriver, d'une manière ou d'une autre et, peut-être bien, à cause de ce comportement peu exemplaire.
Regardant son verre, il attendait que le silence revient dans le salon pour reprendre la parole. Il lançait soudainement son verre à travers la pièce, qui se brisa violemment sur l'un des murs du salon. Se frottant le front, il fixait amèrement son frère.

-Tu ne changerais rien ? Il se mit à sourire faussement en déviant son regard sur les baies vitrées du salon. -Sais-tu ce que j'ai vu lors que j'étais inconscient Niklaus ? Au pied d'un arbre, se trouvait ton cadavre, ainsi que celui de Rebekah, Kol, et Freya. Vous étiez tous, sans exception, ensanglanté, de la tête au pied. Il reposait son regard sur son frère, se levant, tout en le pointant du doigt. -Tous les Mikaelson étaient décédés Niklaus ! Tous ! Et je ne serais pas surpris que cela arrive réellement, par TA faute brother, par ton ridicule comportement ! Camille a failli mourir, j'ai failli mourir à cette fameuse soirée de la ST Sylvestre, et tu veux refaire la même chose ? Tu veux agir de la sorte car tu es incapable d'avoir des regrets ? Que va-t-il falloir pour que tu prennes conscience de tes erreurs ? Que Camille meurt vraiment ? Que la ramener en vie n'est pas possible ?

Il laissait de nouveau le silence regagner la pièce. Il partit se servir un nouveau verre, au bar, avant de le boire directement.

-J'apprécie grandement ton aide Niklaus, mais je ne pense pas avoir besoin d'un frère qui met en péril sa famille à mes côtés. Tu veux nous protéger, c'est très remarquable de ta part, mais, s'il te plait, fais le de la bonne manière.

Codage par Libella sur Graphiorum


“Family means no one gets left behind or forgotten".
When everything goes to hell, the people who stand by you without flinching, are your family. Always and forever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Originel
Messages : 349

MessageSujet: Re: Stop this ridiculous game brother.  Mer 7 Fév - 16:59




« Stop this ridiculous game brother »


« L'atmosphère ne ressemblait guère à notre première rencontre » pensais-je quelques instants plus tôt. Je suivais du regard, le jet du verre qui se brisait en mille éclats, aurais-je titillé les nerfs de mon grand frère ? Visiblement oui. Le climat reprenait, alors, le chemin d'une confrontation aux discours moralisateurs de mon frère. Que savait-il avec exactitude du déroulement si j'avais encore dans mon sang, la possession du Chaos ? Une simple vision ? Personne ne pouvait prédire l'avenir, personne. Dans mon esprit en tout cas, la situation n'aurait pas été ainsi, elle demeurait plus euphorique si je mourrais par ma rédemption. Et lui, il se contentait de cracher des mots, sous le simple fait qu'il avait vu l'avenir ? Cette blague, quel crétin.

Pourtant, son regard pistant ma silhouette d'un noir extrême me glaçait le sang. Alors, je prenais son regard comme un défit que j'exécutais sans une once de compassion en abordant le même que le sien. Quand allait-il comprendre que les regrets n'étaient qu'une futilité puisque les événements passés ne changeraient pas. Ils ne servaient strictement à rien, et là, j'étais entêté de le croire. Peut-être à déclencher le pardon ? Encore un mot absent de mon vocabulaire. Il était dénudé de sens, lui aussi, si ce n'était pour se soulager de son erreur, qui finira, un jour ou l'autre, à refaire surface dans diverses conversations. Alors, non, l'indifférence des sens était une de mes meilleures armes, même si, il avait évoqué la mort de Cami. C'était si facile de me remettre tout sur le dos. Si facile.      

Suivant de mes yeux teintés de haine vers les déplacements de mon frère, je plantais mes ongles dans le fauteuil pour me contenir de ne pas lui sauter à la gorge par ses mots blessants. Il voulait, simplement que j'agisse dans son sens qui pour lui, lui semblait plus palpable. Non, je ne me laisserais pas gouverner par son attitude, et ses intentions de me faire prendre un autre chemin. Il fallait toujours se fier à soi-même, pour ne pas perdre, justement, cette confiance en soi. Tandis que mes doigts se crispèrent de plus en plus, le silence fut revigorant, laissant place à un apaisement mental contrairement à mon corps. Je pensais aux mots de Cami, aux mots de mon frère soufflés lorsque son âme s'était éteinte à cette soirée du Nouvel An. Peu importe, s'il ne comprenait pas mon cheminement, il n'entendra rien de ce qu'il voulait entendre. Je ne le pensais pas, je n'allais pas lui faire plaisir et taire au plus vite cette conversation si ?

« Tu veux nous protéger, c'est très remarquable de ta part, mais, s'il te plaît, fais le de la bonne manière. » pointait-il et dont cette phrase résonna dans mon esprit. Quelle était alors la bonne manière ? La mauvaise manière ? Aucune puisque les motivations étaient propres à chacun. Son jugement était faussé parce qu'il ne comprenait pas mes agissements, alors oui, il se trompait sur toute la ligne.

Je poussais un long soupire de lassitude, venant à reprendre mon verre pour le tourner entre mes doigts. Ma voix, quant à elle, semblait être sous le signe de l'apathie.

« Serait-ce à toi que l'apprentissage des chimères renferment que des utopies Elijah ? Comment peux-tu te baser sur des éléments d'un autre monde parallèle ? Es-tu si naïf que cela pour y croire ? Tu devrais faire attention, ton esprit te joue des tours, une nouvelle fois.  » fixant le peu de liquide stagnant au fond de mon cristal.

Je relevais mes yeux sur mon frère, m'installant plus confortablement sur le fauteuil :

« Les regrets sont créés pour les perdants, pas pour les vainqueurs. Je demeure sûr de mes actes, j'aurais pu vous sauver Elijah, mais visiblement, tu peines à croire que je suis incapable de sauver ma famille. Quelle triste constatation. C'est comme tu veux, si tu ne veux pas de mon aide, alors ainsi soit-il. » rétorquais-je d'un sourire sarcastique cachant ma blessure.  

Je quittais ce sourire pour briser mon visage de tout sentiment et fusillais la silhouette de mon frère :

« Sache juste, que je reprendrais le Chaos. Peu importe votre désaccord à toi et à Cami. Vas-tu encore me frapper de coups ? » susurrais-je d'une voix sévère.

▬ Elijah Mikaelson & Niklaus Mikaelson


© TITANIA




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Originel
Messages : 95

MessageSujet: Re: Stop this ridiculous game brother.  Sam 17 Fév - 17:40
Stop this riduculous game brother

Dans une famille, nous avons beau avoir vécu les mêmes événements, nous n'avons pas les mêmes souvenirs, les mêmes points de vues de ce moment-là.

Avoir toujours raison faisait partie de son caractère varié et compliqué. Depuis des années, il s'était de nombreuses fois pris la tête avec son frère, tant sa détermination à argumenter ses propos était extrêmement forte et parfois, certes, pertinente. Être à ce point têtu n'avait pas que des qualités, au contraire, cela comportait un florilège de défaut. Obstination, égocentrisme et parfois même renfermement, il n'y avait rien de positif à avoir toujours raison. Elijah adoptait parfois ce comportement peu mature, mais, pouvait, dans certains cas, changer son point de vue. Niklaus, quant à lui, resterait toujours un homme qui soutiendra son avis coûte que coûte.

Son frère n’allait jamais regretter les actes hideux et odieux qu’il avait fait soi-disant, pour sauver sa famille. Elijah, quant à lui, n’allait jamais pardonner Niklaus pour ce qu’il avait fait, même si ce dernier clamait haut et fort que ce petit manège était bénéfique pour les Mikaelson. Soit. Cependant, c’était loin d’être leur premier désaccord. Il fallait qu’ils avancent, qu’ils passent à autre chose rapidement, afin de ne pas traîner cette confrontation, qui, de toute manière, ne va que dans un sens des deux côtés. Ce conflit ressortira sans doute, au milieu d’une nouvelle dispute entre les deux têtes fortes des originels, afin d’illustrer leurs nouveaux arguments, mais, à l’heure d’aujourd’hui, il devait être comme oublié pour ne pas rester bloqué dans une impasse infinie.

Le cristal froid de son verre rafraichissait ses doigts qui le tenait fermement, peut-être même, un peu trop. Froid, comme l’expérience qu’il avait vécu dans ce monde parallèle mais pourtant si réel et impactant. « Tu devrais faire attention, ton esprit te joue des tours, une nouvelle fois ». Cet argument était certes, entendable, surtout lorsque l’on connaissait le passé tumultueux d’Elijah, mais il n’était pas acceptable pour quelqu’un qui avait vécu et ressenti chaque sensation de la mort, comme si elle était son ombre qui le suivait à la trace, à chacun de ses pas. Niklaus n’avait certes, pas vécu ce cauchemar, mais ce n’était pas pour cette raison d’insinuer que son frère se laissait manipuler par son propre esprit.
Posant délicatement le verre sur la table, il continuait de tourner le dos à l’hybride, avant de reprendre.

-Imagine-toi être seul dans une forêt, agenouillé dans une mare de sang, dans le sang de nos propres frères et sœurs, entouré de leurs cadavres. Imagine-toi sentir leur sang monter violemment dans tes narines pour te rappeler, d’une manière brutale, que tu ne peux plus rien faire pour eux. Imagine-toi Niklaus, dit-il tout en se retournant vers lui, sentir la mort t’attendre patiemment, tout en te disant que tu as été incapable d’accomplir la seule tâche qui t’étais donné : Protéger ses proches.

Marquant une pause, il reprit, plissant les yeux.

-J’ai peut-être des dysfonctionnements concernant mon esprit, mais je peux t’assurer que tout ceci me semblait bien réel, et que tout ceci, Niklaus, il fit siffler le "s" entre ses dents, va arriver, un jour ou l’autre. Ce n’est certes, qu’une vision, mais ne tu ne devrais pas l’ignorer.

Restant planté devant lui, il relevait quelque peu la tête en expirant doucement. Le fait qu'il voulait reprendre le chaos ne l'étonnait guère, il s'en doutait depuis plusieurs semaines à présent. Cependant, il n'allait pas lui céder si facilement, loin de là. D'une voix froide, qui exprimait son mécontentement, il reprit.

-Tu penses sérieusement que je vais te permettre de le reprendre Niklaus ? Tu veux que j'accepte tes choix, alors acceptes les miens. Il pointe du doigt son frère, avant d'enchaîner. -Tu ne 'auras pas car ce n'est pas à toi de l'avoir, à vrai dire, tu es sans doute la dernière personne qui mérite de l'avoir, et c'est ma décision finale, ce n'est pas la peine de la contester brother.

Codage par Libella sur Graphiorum


“Family means no one gets left behind or forgotten".
When everything goes to hell, the people who stand by you without flinching, are your family. Always and forever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Originel
Messages : 349

MessageSujet: Re: Stop this ridiculous game brother.  Sam 19 Mai - 15:30




« Stop this ridiculous game brother »


Flancher sur les paroles aigries du maître du sermon était difficile pour maintenir un cap d'entente. Évidemment, que j'avais tiré des moralités dans les péripéties antérieures, mais il semblerait qu'elles fussent teintées de faussetés, enfin, suivant l'avis de mon frère. La manière brute que j'employais pour résoudre les problèmes était la meilleure des solutions puisque la communication ne servait à rien juste à se voiler la face d'une entente meilleure bancale. L'expression de nos sentiments au moment T prônait la sincérité dévoilée et puis, j'étais assez rongé par toutes ses questions nouvelles qui entaillaient salement mon esprit farfelu.

Je ne quittais pas des yeux et saluais intérieurement sa grande perspicacité, il n'avait pas tord concernant mon masque tortionnaire à l'égard de lui ou de ma famille. Néanmoins, mes pensées positives s'envolèrent à la suite de son discours, lui qui souhaitant que je montre mes réels sentiments envers lui, envers notre famille. Devrais-je pleurer pour lui prouver les choses ? Était-il fou ? Pourquoi montrais-je la facette de l'homme aimant et intentionné à ma fiancée ? La solution était, tellement, logique que pour la première fois, je ne voyais plus de trouble à cette question : le jugement. Ils étaient toujours à critiquer mes actions ne voyant que mon incapacité à faire correctement les choses suivant eux.

Elijah demeurait ignorant de mon esprit à la soirée du Nouvel An, il ne savait pas comment la douleur était présente malgré ses dires. Il ne savait pas que mon monde s'était écroulé en même temps que le Chaos les possédait. Autant ressentir physiquement était assez facile autant poser des mots sur les choses était deux choses différentes. Il se levait pour souffler sa proposition alléchante, et il fallait bien arrêter cette mascarade poignante.

Un long soupire s'échappa de mes lèvres et me levais à mon tour vacillant mon regard sur la pièce. Je contournais celui-ci et frottais ma barbe d'une nervosité flagrante.    


« Paraître faible ? Notre famille l'est, Elijah. Te souviens-tu du discours que prônait notre petite sœur quand je souhaitais daguer son cœur pour trahison dans le cimetière de la Nouvelle-Orléans ? Nous sommes la famille la plus forte et pourtant nous sommes les plus vulnérables. Pour toujours et à jamais. Alors si le mot faible est décerné à mon âme, toi aussi. » rétorquais avec fatalité dans la voix. Je me retournais brusquement ouvrant les bras pour peaufiner mes propos.

Je reportais mon index sur mes lèvres souriant très légèrement et observais mon frère dont mon regard était plus détendu :

« Néanmoins, je suis d'accord avec ta plaidoirie concernant notre relation conflictuelle. Une famille ne se détruit pas, elle se préserve avec autant d'intégrité qu'on peut lui offrir. Et tu sais, la pire chose qu'une famille peut faire ? C'est d'être jugé, méprisé, catalogué comme un monstre sans sentiment. Si toi, tu le sais, pourquoi me pousser à bout pour que je les exprime ? » levant les yeux au ciel.

Je rajoutais évoluant dans la pièce :

« Non, tu ne sais pas. Un regard traduit certainement, mieux les choses que les mots, mais tu ne sais pas ma douleur. Alors cesse de dire ce genre d’âneries, même en mille ans d'existence, on est incapable de connaître quelqu'un de part ses choix. »


▬ Elijah Mikaelson & Niklaus Mikaelson


© TITANIA




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Stop this ridiculous game brother.  
Revenir en haut Aller en bas
 
Stop this ridiculous game brother.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Darkness Will Rise Again  :: The dark theater :: | Votre destin est entre nos mains. :: Habitations :: Manoir Mikaelson-
Sauter vers: