AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le pouvoir des deux [Fiche Sybille]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 2

MessageSujet: Le pouvoir des deux [Fiche Sybille]  Sam 27 Jan - 20:06




Come out and play


Sybille Matilla ▬ My angel blond ▬ Bisexuelle  ▬ Margot Robbie ▬ Sorcière


I live   Caractère
Je supprime le bruit autour de moi pour découvrir qui je suis vraiment.



La nuit tombe lentement sur cette petite ville du Sud des Etat-Unis. Quelqu’un pourtant marcher avec calme dans sa forêt. Son calme surprenait le peu de passant à côté car du sang semble couler le long de son bras, de sa jambe, de sa gorge, de sa lèvre... Son corps entier dégouline de ce liquide rougeâtre. Voilà ce qui caractérise parfaitement la jeune femme, le calme face à toutes circonstances. Elle aimait rappeler que la panique n’était que la démonstration de notre faiblesse, a-elle tord ? Son calme olympien continue de troubler les autres, elle ne s’arrête pas, digne et fière qu’elle est. C’est son quotidien. Sur son chemin, elle ne compte plus les têtes qu’elle fait tomber ni même les fois où elle risque sa vie pour sauver sa soeur, pour sauver sa famille ou son clan. Bien-sûr que Sybille est une femme dévouée. Elle possède de réelles valeurs. C’est ce qui fait d’elle une femme respectable et respectée.

Sa froideur apparente en décourage certains à se diriger vers elle pourtant c’est une femme pleine de joie et souriante. Bien qu’elle puisse paraître un peu tranchante parfois, elle préfère se qualifier comme sûre d’elle. La belle blonde c’est ce qu’elle veut, quand elle le souhaite et pour quoi elle le désire. Si quelqu’un doute de la force de caractère de cette tendre Sybille, il suffit de creuser un peu pour remarquer que c’est une femme bien plus stratégique qu’elle ne laisse paraître. Le monde est un échiquier et elle s’amuse à avancer les bons pions au bons moments. Cependant, elle défend des causes justes, tout du moins à ses yeux. La violence n’est pas une contrainte pour elle mais elle déteste l’oppression et la gratuité d’un acte sanguinaire. Tout ce qu’elle fait c’est pour le bien de sa communauté, de sa soeur ou de sa famille. Elle ne ferait jamais quelque chose de cruel sans avoir l’une de ses raisons en contrepartie. Parce que malgré ce que l’on pense de ses agissements, Sybille est une personne très fidèle à elle-même et surtout à ses amis proches.Sa soeur reste sa principale priorité.

Néanmoins, Sybille cherche toujours à atteindre le meilleur d’elle-même pour la cause qu’elle défend, elle attend de même venant de ses proches, c’est pour cela qu’elle garde un côté très possessif avec eux. Elle ne dévie jamais de son chemin. Certaines personnes la qualifieront d’opportuniste, elle s’amuse à dire qu’elle sait juste prendre ce qu’on lui propose lorsque cela est utile. N’est-ce pas les plus grands esprits qui arrivent à s’adapter à n’importe quelle situation ? Si vous ne le pensez, elle, en tout cas, en est persuadé. Son raffinement viendra vous surprendre mais son amour pour la culture l’oblige à avoir une certaine élégance, une certaine délicatesse. Vous la retrouvez notamment dans sa passion pour l’histoire ou encore pour la musique. Elle ne sait pas qu’uniquement lancé des sorts, Sybille a toujours appréciée ce dire qu’elle a quelque chose en plus, un certain charisme, un charme qui lui permet d’affirmer que la magie ne construit pas une personne. Tout est question de volonté. Elle le comprends mieux que quiconque, toute tête peut tomber, il faut juste trouver la meilleure manière de le faire. Pour cela, rien ne l'arrête, elle se divertie par la séduction. Elle use de ses charmes pour obtenir ce qu'elle souhaite. Oui, Sybille ne joue pas équitablement et bien-sûr qu'elle sait utiliser l'intégralité des facettes de son caractère à son avantage.

Ce qui la rend dangereuse ce n'est pas le fait qu'elle ait des pouvoirs mais c'est le fait qu'elle arrive à manipuler les gens sans user de la magie. C'est un art que de savoir ce que les autres attendent d'elle et ce qu'ils attendent des autres aussi. Elle est donc très observatrice aussi. Elle est persuadée, que même si nous étions dans un sombre monde, entretenu par la guerre, il y avait toujours un savoir à transmettre et toujours un bonheur, un sourire qui pouvait tout changer. En aucun cas, elle pensait que cet personne serait elle. Consciente que peu importe là où elle va, elle apporte la peine, la haine et le vol. Son agilité lui facilitait les choses ainsi que son ingéniosité. Croyez-moi, pour une personne comme elle, tout cela est inévitable, elle est prisonnière de sa famille, elle le savait mais ne fuyait pas, plus maintenant pour quoi faire ? 

C'est une combattante, elle a du cran et jamais elle ne tremble et si un jour, elle vient à le faire, elle fermera les yeux en se disant qu'il n'y a que les faibles qui ne ressentent pas la peur. C'était cela aussi une femme, une vraie. Il fallait subir, sourire sans jamais dire que ça ne va pas, sans jamais pleurer et un jour se dire, qu'on sera assez fort pour prendre leur place, pour les anéantir. 
Peut-être pourra-t-on trouver cette partie d'elle qui s'adoucit en présence de sa jeune sœur, peut-être qu'elle n'est pas cette femme forte, sans loi ? Et le monde changerait sans doute positivement si nous ajoutions des « si » devant toutes les phrases. Il reste à savoir, si vous, petit être faible, petit esprit qui se pliera à son dévolue, vous garderez espoir qu'il reste quelque chose de bon chez elle.





Before   Histoire
Le plus lourd fardeau, c'est d'exister sans vivre.




Ici tu dois nous raconter ton histoire dans un minimum de 350 mots.




Now   Test RP
Saute... Et laisse-toi pousser des ailes pendant ta chute.



La nuit était tombée, enfin presque. Il faisait froid, le vent passait entre les pierres, les rendant doucement glacés. Mon sang se glaçait aussi au contact de cet air s'engouffrant dans mes chauds vêtements. L'ambiance était sombre, un sombre qui ressemblait à cette ville... Quel étrange ville faite de peines et de bonheurs, de pleurs et de rancœurs. Il n'y avait pas d'intermédiaire, au tout du moins très peu. J'étais sans aucun doute la mieux placer pour le comprendre. J'avais connu la haine, la peine, le rire, les larmes. En ce jour, je n'étais plus ce que j'avais été. Plus cette personne qui attendait que le temps passe. J'avais pris ce temps, je l'avais saisi comme une chance et pour tout celui qui m'avait échappé, je le rattraperais. Je perdais du temps à vouloir apprendre ce que je connaissais déjà. Ma mère le comprit assez vite et m'offrit la liberté de marcher sur mon propre chemin. Je devais éduquer ma sœur tout en m'instruisant moi-même.

Je ne possédais pas le choix de l'échec car j'avais la vie de ma sœur entre mes mains. Garder la tête haute, l'image de ma famille propre, voilà ce dont j'héritais. J'incluais doucement le poids que supportait ma pauvre mère avant sa mort et peut-être un peu celle de ce qui correspondait à ma grande soeur. Thalie vivait avec moi, au manoir des Matilla. Quand à notre chère grande soeur, nous n’avions plus tellement de nouvelles d’elle et je ne m’en plaignais pas.

Je gardais un oeil sur la congrégation dont j’avais pris la tête depuis quelques années désormais. Elle n’avait jamais été aussi forte, aussi prestigieuse. Je rendais fière mes ancêtres. Ils aimaient la dévotion que je donnais à ceux que je considérais comme une forme de ma famille. Thalie n’en faisait qu’à sa tête mais cela ne changeait pas tellement. Je la gérais comme je le pouvais mais je ne comptais pas prendre une autre fois le rôle de ma mère avec elle. Nous étions bien trop vieilles pour cela. Je comprenais ces motivations. A sa place, j’agirais sans doute de la même manière.

Malgré la haine qui me hantait, qui me possédait comme un véritable démons dévorant mon intériorité, l'obligation s'imposait à moi pour l'image de ma famille, de ma branche de Matilla. Je me devais de garder les formes, ma chère génitrice me le répétait souvent : ''Sybille, les formes tu ne dois pas les entretenir que sur ton corps''. Oui, cela pourrait être vu comme très cru. Mais j'aimais ma mère pour sa franchise. Je tirais sans doute cela d'elle. Je repris ma balade, d'un pas sûr. Cela tournait dans mon esprit depuis quelque temps, leur faire payer leurs injures et leur crime. Notre mère nous aimait et elle nous avait concédé jusqu'à sa jeunesse.

Je me trouvais des excuses pour rendre cette acte horrible dès plus naturelle et normale. En aucun cas, j'étais pourvu de pitié ou même de sympathie. Mon rôle définissait deux choses : Je n'avais ni remord ni peine quand je faisais de ses personnes mes victimes, aucune. En aucun cas, je m'excuserais d'avoir fait de leur vie un cauchemar.

Nous n'étions pas des dieux, nous étions avant tout des hommes, des humains possédant un cœur lourdement noircit par l'horreur. La fidélité était un aspect si rare dans ma famille que je dus me faire à l'idée qu'un jour, les personnes que je pensais être utiles se retourneront vers moi, les armes à la main. Mes victimes le resteraient car je n'avais aucun remord de mes actes. Je devais faire vivre ma sœur et moi-même et si cela signifiait en détruire la vie des autres alors oui, je le faisais sans hésiter.

Je leurs marcherais dessus et les piétinerais car je serais dans l’égoïsme de ma famille. Cependant, mes victimes ne voyaient pas qu'avant de faire passer mon plaisir, j'optais pour le bonheur de ma sœur. Je préférais qu'on me voit ainsi, je me sentais bien mieux en tant que terrible chef de la congrégation qu'en tant que pauvre petite femme qui cherchait la grandeur qu'elle méritait avec Thalie. Un homme me sortit de mes pensées. Je le reconnaissais vaguement. Sans doute l'une de mes victimes qui venaient se plaindre. Je roulais des yeux puis me figeais en voyant l'arme qu'il pointait vers moi.

Son regard en disait si long... La déception, la haine, le regret et peut-être encore de l'amour. Je soupirais longuement, un soupir qui se devait être fatiguée et sans doute signifiant le peu de réaction que j'avais à ce moment. Le danger, cet enchaînement d’événement créant une hormone et poussant notre corps à ses plus grandes limites si on pense qu'il en possède. L'adrénaline quel doux sentiment qui me poussait à répéter mes meurtres, celui qui me disait que peu importe à quel point les personnes pourraient trouver cela, ce n'était pas à l'égal de la sensation que j'avais à cet instant là. Ce moment où je possédais l'entière capacité de contrôler, leurs mouvements, les miens, leurs pensées et leurs souvenirs.

Il me demandait une justification, non pas pour mon acte, je le savais ce qu'il voulait entendre c'était des excuses tel que je n'avais pas le choix mais je t'aime toujours, chaque jour, je pense à toi, tu me manques horriblement. Je sais que je t'ai blessé, je sais que je t'ai fais souffrir mais... STOP ! Je ne pensais rien de tout cela. Cet homme comme tout les autres ne me faisait ni chaud ni froid. Leur malheurs aussi triste que cela puisse l'être étaient la forme de mon pouvoir et s’il attendait des excuses alors autant qu'il me tire cette balle dans la tête, à l’instant. Je me souvenais de lui désormais, l'une de mes plus attachantes victimes. 

Il était vrai que c'était une bonne personne, ancien militaire. Alors, comme à chaque fois, j'utiliserais ma franchise pour répondre à ce problème. Je tendais de m'avancer vers lui d'un pas ou deux. « Tu as attendu ce moment depuis si longtemps... C'est sans doute ce que tu penses n'est-ce pas ? Je n'ai pas d'excuse, ni même de raisons valables à tes yeux. Je n'ai aucune justification qu expliquerait le fait que je t'ai volé tout, jusqu'à ton cœur. Je ne t'ai jamais aimé, ce n'était qu'une illusion que j'ai créé moi-même. Matilla... Un nom qui est connu pour sa puissance et surtout ses capacités de charme, n'est-ce pas ? C'était si stupide de ta part de croire que je portais un quelconque intérêt à ta misérable vie. Bien-sûr que tu me détestes et je sais, qu'au plus profond de ton cœur, tu es conscient que je n'en ai que faire. Tu attends bien trop de choses de l'humanité, bien trop de chose de moi.»

Je prenais une longue inspiration, en balayant mes cheveux d’une main, le replaçant derrière mon épaule. «Ça fait longtemps que j’ai troqué mes sentiments contre ma réussite. Je ne suis pas cette femme que tu crois connaître, je ne suis pas douce, attentionnée, attentive. Je suis le diable en personne, tentatrice mais si toxique. Tu pensais me connaître mais tu ne savais que ce que je voulais. Tu n'avais aucune capacité de penser par toi-même car comme dans quelques secondes, j'étais dans ton esprit et je choisissais tout jusqu'à tes sentiments. Tu ne m'a jamais aimé, j'ai juste fait en sorte que tu le penses. Je n'ai donc aucun compte à te rendre, aucun remord et aucune peine à ton égard mais avant de te montrer quel genre de femme je suis, je tenais à te dire, sans doute pour soulager ta conscience, que tu as été l'une des victimes les plus attachantes que j’ai eu jusqu’à maintenant. » 

J'étais dans le merdier qui lui servait d'esprit. Je sentais tout ses sentiments, j’esquissais un sourire. Nos sorts avaient un double tranchant. On pouvait finir par s’y perdre, dans l’immensité du néant sentimentale. Voilà pourquoi je restais sur cette position violente mais exacte : Les sentiments craignaient un maximum. Je murmurais quelques incantations et alors je faisais ce pour quoi j’étais née : Manipulée.

« Tu te pensais effrayant ? Je le suis bien plus. Je suis un diable déguisé un ange, je détruis tout ce que je touche. Ne te crois pas capable de m'atteindre car personne ne l'est. N'aies pas la prétention de penser que tu as été important, tu étais seulement utile à mes yeux. Aujourd'hui, tu me gênes et comme bonne Matilla que je suis, je n'ai aucune pitié. Tu as voulu barrer mon chemin, je ne te laisserais plus l'opportunité. Que ton âme repose en paix militaire, tu as accomplis ton devoir et je te remercie d'être venue me voir, je comprends à quel point cette ville mène les hommes vers le fond désormais. Ton esprit n'était pas assez fort pour supporter le poids de ce que je suis. » 

Il avait l'arme pointait sur lui et ne le laissant plus vraiment le choix, il glissa le canon froid dans sa bouche et une fois que j'étais assez loin pour ne pas avoir de trace, il se tira cette balle. Voilà ce que c’était d’être dans ma congrégation, d’être une Matilla, d’être moi. Indifférente, je repris mon chemin, déguisant cet acte en suicide. L'esprit humain était si simple, si manipulable... Il suffisait de manipuler ses sentiments de haines en impulsives envie de suicider et voilà ce que cela donnait, la mort. Je n'avais pas le temps pour cela enfin plus maintenant. L’heure tournait et ma soeur ne pouvait attendre.






Mon pseudo est Ashi/Ash', j'ai 19 ans et je suis disponible assez régulièrement. J'aime écrire de longs pavés, le chocolat, la glace,
le pop-corn, comment ça que de la bouffe ?
et j'apprécie moins L'hypocrisie, lorsqu'on m'ignore et l'odeur d'une nouvelle voiture   . J'aimerai ajouter que ce forum est l'élue de mon coeur. J'ai connu DWRA par Klaus. Je souhaite signaler que ce personnage est un DC. Pour finir, je suis déjà ajouté(e) à la conversation sur la plateforme Discord.


© Halloween de Never Utopia



Dernière édition par Sybille Matilla le Mer 21 Fév - 21:19, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Originel
Messages : 331

MessageSujet: Re: Le pouvoir des deux [Fiche Sybille]  Sam 27 Jan - 20:27
Olleh What a Face,

Bienvenue avec ce nouveau personnage ! Et Margot, très bon choix d'avatar


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Originel
Messages : 39

MessageSujet: Re: Le pouvoir des deux [Fiche Sybille]  Sam 27 Jan - 20:36
Re/Bienvenue ! J'ai hâte de connaitre un peu mieux ce nouveau personnage!



Wild boy
I'm itching to kill something▵
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Le pouvoir des deux [Fiche Sybille]  Sam 27 Jan - 23:02
Re bienvenue par ici
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Originel
Messages : 20

MessageSujet: Re: Le pouvoir des deux [Fiche Sybille]  Mer 31 Jan - 0:47
REBIENVENUE JE VEUX VOIR LA SUITE !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 2

MessageSujet: Re: Le pouvoir des deux [Fiche Sybille]  Dim 11 Fév - 5:20
Mi hermana, mi amorrrr!!! <3
Bien hâte de lire la suite de ta fichette!

Je commence à rédiger la mienne... MAINTENANT! Mouhahaha!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 2

MessageSujet: Re: Le pouvoir des deux [Fiche Sybille]  Hier à 13:08
Merci tout le monde !

My baby angel ! J'ai hâte de te retrouver, je m'affaiblis bien trop sans toi, mi amor !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Le pouvoir des deux [Fiche Sybille]  
Revenir en haut Aller en bas
 
Le pouvoir des deux [Fiche Sybille]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Darkness Will Rise Again  :: Administration :: | Ecrire son histoire. :: Les présentations.-
Sauter vers: