AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 « Soyez chienne et taisez-vous » - Hybrides.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Originel
Morsures : 366

MessageSujet: « Soyez chienne et taisez-vous » - Hybrides.  Sam 19 Mai - 1:00


Hybrides & Niklaus



« Soyez chienne et taisez-vous  » - Hybrides.


« Les liens du sang différent suivant ses affiliations. Ma fratrie ne comprendra jamais cette soif de créer sa propre famille qu'importe comment, du moment que le résultat soit au rendez-vous. Ma famille, c'est eux parce que c'est moi, moi, seul qui a crée cette machination.»


Elle semblait si paisible, si irréelle par moment et pourtant, elle était là. Cette bouille d'ange - démon - qui se laissait guider par le berceau de Morphée rêvassant de notre mariage, peut-être. Assis près d'elle, caressant son visage d'un geste tendre, je me surprenais à sourire niaisement devant ce spectacle magique. Et puis, la seconde suivante, mon rictus s’effaça pour une vision plus chaotique, elle allait hériter des péripéties de notre famille, un héritage lourd de conséquences. Les ennemis grandissaient de jour en jour en laissant place à quelque chose de plus coriace à chaque fois. Et, j'étais loin d'être confiant de notre avenir, un avenir très incertain même si actuellement, mon esprit était préoccupé par la cérémonie. Le chaos était toujours dispersé et silencieux, ce qui amenait à un tempérament plus présomptueux de ma part.  

Le bien, le mal n'existaient pas. Ces deux visions servaient simplement à manipuler, à se ranger dans une moralité futile et surtout illusoire. En conclusion, je ne voulais pas me voir ramollir à son contact, je ne voulais pas enterrer petit à petit mon âme pourrie de noirceur. Cette noirceur qui me rendait fort, qui me rendait si tyrannique, si caractériel. Oui, elle était l'une de mes faiblesses, et alors ? J'avais appris que, justement, les faiblesses n'étaient pas à exclure de l'immortalité, bien au contraire, elles pouvaient demeurer une force insoupçonnable.

A l'aube d'une nouvelle journée sur Blacktown, je désertais le lit conjugal sans informer d'une petite touche d'attention à ma future femme. Je lui ramènerais des roses noires bleutées pour me faire pardonner de ce désagrément bien que la confiance règne entre nos deux âmes. Enfin éviter d'éventrer des êtres humains en envoyant leurs boyaux à leurs familles respectives n'étaient pas d'actualité sauf mon musée des horreurs où des corps pourrissant dans leur sang apportèrent une odeur fantastique pour mes narines.

-∭-

Prêt à décamper de la bâtisse O'Connell, je rejoignais le rendez-vous fixé avec la nouvelle armée de mes hybrides. Auparavant, j'avais pris soin de les prévenir par messagerie de ma position, elles étaient trois visiblement pour accroître mon coté misogyne.

L'endroit était un vieux bâtiment délabré où personne demeurait présent pour cette entrevue. Poussières, débris, abandons reflétaient l'atmosphère que je souhaitais retranscrire envers elles. Je n'oubliais pas de rendre visite à mes invités mystères, les félicitant de ne pas à les découper en morceaux avec une planche en bois. Je leur réservais un sort plus délicat à ces hôtes déjà en recherche dans la ville agonisante, par leurs familles. Quelle tristesse ? Quelle euphorie. Tic, tac, l'heure tournait et aucune femme à l'horizon tandis que mes pas devenaient de plus en plus oppressant face à cette attente. Quelques éléments dans l'immense pièce pouvaient très bien servir dans mes prévisions puisque, avant de révéler mes plans, il était judicieux de tester la loyauté de mes sujets.  

codage par LaxBilly






Dernière édition par Niklaus Mikaelson le Sam 9 Juin - 20:21, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Hybride
Morsures : 58

MessageSujet: Re: « Soyez chienne et taisez-vous » - Hybrides.  Sam 19 Mai - 6:54
Qui ne sait que ces loups doucereux. De tous les loups sont les plus dangereux. (Crédits : beerus)
« Soyez chienne et taisez-vous » - Hybrides.
☆PV Elijah ☆

Je retrouvais de plus en plus ma mémoire et encore plus depuis que j’ai rencontré Elijah, le frère assassin de ma famille, celui qui m’a transformé, celui que je haïssais, mais aussi celui qui ne m’avait pas laissé de marbre, sans comprendre vraiment pourquoi, enfin pas encore.

Malgré tout cette nuit là après ma ronde à ramasser les alcools, arrêter quelques bastons de rues, pour une fois pas de meurtre, je me suis installée à mon bureau pour faire des recherches, un café pour me faire tenir éveillée. Je cherchais dans tous les fichiers mais rien de probant, rien de rien, j’étais frustrée, poussant mes dossiers de colère.

Je n’allais pas demander à mes collègues, je devais garder ce secret pour moi, je n’avais pas le choix, je devais en savoir vraiment plus mais comment trouver ce Niklaus ? Même dans les fichiers papiers rien, je ne savais plus ou chercher. Nous avons un lien tel qu’il soit, il devra bien venir à moi, pouvoir me venger de la vie qu’il m’a privée.

Après avoir vraiment tout fouillé mais rien trouvé, je finis ma tasse de café, je me préparais pour rentrer chez moi, cette nuit ne me fus pas très informative, heureusement je ne travaillais pas cette nuit, je pourrais me reposer un peu, essayer de me détendre.

Je sortais des bureaux quand la relève s’était pointée, comme tous les jours je traversais le parc à la fraicheur du matin, quand mon téléphone sonna, un message d’un inconnu qui voulait me voir, je connaissais l’endroit un vieux bâtiment.

Je me demandais qui c’était un indic, une personne qui m’en veut, une personne avec des problèmes, surtout un inconnu, comment avait il eu mon numéro ? Comment me connaissait-il ? Une personne de mon passé ? Je n’avais pas le choix, je devais y aller, mois qui voulait rentrer me reposer, c’était foutu, en soupirant, je me dirigeais vers le bâtiment, armée, je n’étais jamais trop prudente.

Arriver devant le bâtiment, j’entendais des pas pressants, je m’approchais de l’homme, de dos mais quand il se retourna, j’ai eu un électrochoc, qui me fit reculer, mettant ma main sur mon arme, c’était lui, lui que je cherchais, Niklaus et se ressentis encore ce sentiment, lâchant mon arme.

Je le regardais fixement, je ne savais pas vraiment à qui j’avais affaire sauf ce que je savais c'est-à-dire pas grand-chose pour le moment, mais me méfier tout ce que je savais.

Niklaus. Depuis le temps que je vous cherche, nous nous retrouvons.

Dis-je sûr de moi, restant à une distance convenable de lui, je l’avais sous la main enfin, je voulais me venger, c’était le moment.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Hybride
Morsures : 48

MessageSujet: Re: « Soyez chienne et taisez-vous » - Hybrides.  Sam 19 Mai - 11:00

So did I. But in fact, she is, because she's on every page of your imagination. You'll always have her there. Always ▬ J.M. Barrie

Ce fut à six heures tapante que la jeune Gregory se leva, regardant son réveil quelques secondes avant de l’éteindre, d’un geste lent. Elle resta allongée, éveillée, pendant quelques secondes. Les yeux fixes, regardant le plafond blanc, puis l’étagère où se trouvait sa collection de LEGO. Une longue étagère qui faisait la totalité du mur, rempli de ces fameux petits-jouets, empilé par couleur. Bien évidemment, sa collection n’était pas fini mais surtout, elle ne se terminerait jamais. C’était une certitude, à présent qu’elle était devenue hybride, elle n’arrêterait pas. Mais elle finit par détourner le regard, ses LEGO n’était pas là pour être jolie, faire une déco ou même être utile si un enfant venait chez elle. Non, c’était le rappel constant que son frère était là, avec elle, bien qu’il soit décédés il y a maintenant treize ans. Elle finit par détourné le regard pour regarder par la fenêtre, pour y chercher la vie. Et elle le vit, sur la branche d’arbre, en face de sa fenêtre, se trouvait un nid d’oiseau. A peine avait-elle eut le temps de remarquer celui-ci, qu’un énorme oiseau venu se posait dessus.

Ce fut sur cette image joueuse que Laurel se redressa, posant ses deux pieds chauds sur le parquet froid, avant de s’avancer automatiquement vers la cafetière. Il lui fallait un café. Elle s’était mit en tête d’écrire au moins quelques lignes pour sa thèse avant de partir au point de rendez-vous et sans café, elle n’arriverait à rien de cohérent. Suite au vacarme de la machine, elle fuit la cuisine pour s’approcher du salon, allumant son ordinateur portable, le posant au passage sur la table basse. Le déverrouillant, elle lança le document OpenOffice s’intitulant « Pop Art ». En effet, c’était le Pop art le sujet de sa thèse, pour être précise c’est « Le pop art : enjeux philosophiques et artistiques ». Pour elle, c’était une évidence qu’elle allait choisir ce thème là, car les quelques mois qu’elle a passé sur le campus lui avait suffit pour avoir quelques discussions avec des professeurs de renom. Étrangement, avec l’un d’eux, vient le sujet des LEGO, au début placé comme une anecdote mais fini vite en sujet principale une fois que Laurel eut mentionné sa collection. Le professeur fit le lien entre le Pop Art, qui transforme des objets du quotidien en art, comme la fameuse « Campbell's Soup Cans» , une simple cannette de soupe, de Andy Warhol. Et d’une certaine manière, ses LEGO était, en un sens, l’expression de son art. C’était cette proximité qui l’avait fait choisir pour sa thèse.

A peine s’était-elle assise que le café fut prêt, pouvant apprécier d’utiliser une vitesse vampirique pour chercher sa tasse et revenir. Elle posa alors celle-ci sur la table basse, commençant à taper quelques lignes, toujours en pyjama. Très vite, les heures se mirent à passé et il fut temps pour elle de se préparer. Allant à la douche, elle finit par enfin s’habiller, se coiffer et bien évidemment se maquiller. L’art passait aussi par là, l’image qu’on envoyer de soit.

Ce ne fut que quelques minutes après qu’elle arriva enfin à destination. Laurel était heureuse de faire partie de cette meute, c’était la première fois qu’elle avait l’impression d’appartenir à quelques choses, d’être entouré de personnes qui ne la voyait pas comme un monstre. Elle n’avait jamais vraiment eut d’amis, cependant, ici, cela n’avait plus d’importance. C’était sans doute pour cela qu’elle avait du mal à voir Klaus comme le méchant de l’histoire, il lui avait réellement offert cette « liberté ». Elle n’avait toujours pas compris qu’elle n’était pas en position de refuser quoique ce soit, mais après tout, elle ne voulait pas le faire. Ayant peur que sinon, elle n’aurait plus sa place dans la meute, qu’elle serait à nouveau seule. Évidemment, l’hybride avait apportait une petite pièce de LEGO avec elle, comme à son habitude. Après tout, c’était pour elle le moyen de toujours être avec son frère et de partager sa joie avec lui. Comme si un simple morceau de plastique de couleur avait le pouvoir de crée un lien entre la vie et à la mort, comme si cela le ramener à la vie. Bien sûr, c’était impossible, ce qui était mort était mort. Mais pas dans l’imaginaire de Laurel, pour elle, son frère était là, tel une aura à veiller sur elle.

Une fois arrivé au lieu-dit, elle fut agréablement surprise : elle n’était pas la première arrivé. Alexyanne était là. Laurel, ne pouvant s’empêcher de lui offrir un sourire amicale, contente de revoir sa chère camarade. Bien que cette joie fut vite ruiné par la présence de cette arme, dans ses mains. Pourquoi faisait-elle ça ? Elle allait tout gâcher.
   
 
▬ Je t’en pris, Alexyanne, range cette arme. Personne ici ne te veut du mal.

L’hybride ne put s’empêcher de se demander pourquoi Alexyanne ferait ça. Elles n’étaient pas suffisamment proches pour se confié, mais jamais la blonde ne lui avait paru démante. Elle devait forcément avoir une raison valable pour s’en prendre à Klaus de la sorte, mais ce détail l’échapper complètement.

©️ By Halloween sur Never-Utopia



I'll tell you want you wanna hear
Cause the truth is always in the way. I never wanted to live in fear.

 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Hybride
Morsures : 22

MessageSujet: Re: « Soyez chienne et taisez-vous » - Hybrides.  Sam 19 Mai - 21:55
Soyez chienne et taisez-vous
Les hybrides et leur maître

   
« And if the birds are just all the words flying along, singing a song, what would they do ? If they just knew what they could do.  »
Un tourbillon, je me sentais prise dans un tourbillon de sensations et d’émotions que j’avais parfois énormément de mal à canaliser. J’avais pensé que ce serait plus simple de gérer tout ce que je ressentais en ayant la faculté d’éteindre mes émotions mais je m’étais plantée et ça en devenait frustrant. Une petite parcelle de lucidité, la seule qu’il me restait sans doute, m’empêchait de passer le cap de vraiment fermer les vannes de tous ces émois qui polluaient mon esprit. Un petit événement qui s’était passé la veille m’avait fait prendre conscience que je devais trouver le moyen pour gérer mieux ce que j’éprouvais avant d’égorger quelqu’un. Un type m’avait bouleversé dans la rue et mon café brûlant s’était renversé sur moi. J’avais poussé un cri même si la douleur s’était bien vite évaporée comme neige au soleil. Merci nouveau statut. Mais à la place d’excuses, il avait osé me crier dessus que j’aurais dû regarder où je pose le pied. C’est vrai que c’est lui qui s’était retrouvé au sol car mes réflexes accrus m’avaient permis de me stabiliser, il en fallait plus pour me faire vaciller mais ça ne changeait rien au fait que c’est lui qui m’avait percutée. Il n’avait fallu qu’un quart de seconde pour que la frustration et la colère modérée se change en une rage appelant au sang. Il en avait fallu de peu pour que je l’assèche totalement, laissant un corps sans une once de vie. Ce n’était pourtant pas ma nature mais je ne gérais pas vraiment ma nouvelle nature aussi bien que je l’aurais voulu. J’avais passé les heures suivantes à me terrer loin de toute source de vie pour ne plus me laisser emporter. Je comptais bien poursuivre dans cette voie quand le message s’était affiché sur mon écran de téléphone. Grognement de frustration. La tentation de décliner ou de juste ignorer ce qui sonnait plus comme un ordre que comme une demande était forte mais je savais que les répercussions ne seraient pas jolies à voir.

Je m’étais finalement résignée mais non sans traîner les pieds. J’avais la capacité de me déplacer à la vitesse d’un courant d’air mais j’étais d’une lenteur effarante. J’aurais pu rire en prétendant me faire désirer si mon humeur avait été plus gaie, plus joueuse. Je regarde le bâtiment devant mes yeux hésitant entre y entrer ou faire demi-tour. Il n’était pas trop tard. Il se prétendait chef mais Niklaus n’était qu’un être misogyne qui se terrait derrière des filles vulnérables pour faire son sale boulot. J’entends des voix, féminines. Alexyanne et Laurel, ça ne fait aucun doute. Je m’entends assez bien avec Laurel car on partage un point commun de taille. Chacune de nous a activé sa malédiction d’une manière semblable. Je prends le temps de fixer chacun quelques secondes avant de finalement les saluer. « Bonjour à tous les trois. » Je regarde l’arme que tient Alexyanne mais je n’en dis rien car j’aurais davantage envie de lui dire de bien la garder et de l’utiliser au contraire mais ça risquerait de la faire tuer. C’est ce petit détail qui me fait prendre conscience que c’est mieux de la dissuader de chercher vengeance aussi directement. « Laurel a raison si tu ne veux pas te faire tuer et je ne veux pas qu’il t’arrive quelque chose. » Un sourire nait sur mon visage, un vrai, sincère et spontané. Je m’approche des deux demoiselles fixant notre créateur sans sourciller. Il ne nous considère que comme de la basse extraction juste utile pour ses plans. Je ne vais pas faire semblant que le voir va rendre cette journée meilleure car c’est tout le contraire. « Nous convoquer de si bonne heure, j’espère que ça en vaut la peine. Qu’attends-tu de nous ? » Droit au but, je ne vois pas l’intérêt de tourner autour du pot ou de faire semblant qu’on va gentiment discuter et faire connaissance avec ce monstre. Je ne crois pas qu’aucune de nous n’aient une opinion très valorisante de ce cher Niklaus car outre sa belle gueule et sa dégaine, il n’a rien qui soit très plaisant chez lui.
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Originel
Morsures : 366

MessageSujet: Re: « Soyez chienne et taisez-vous » - Hybrides.  Sam 9 Juin - 20:19


Hybrides & Niklaus



« Soyez chienne et taisez-vous  » - Hybrides.

Je pouvais facilement imaginer le son du vieux carillon du domaine familial dans l'attente de ces demoiselles ingrates. N'avaient-elles pas peur de leur créateur ? N'avaient-elles pas envie de vivre dans ce monde cruel ? Pourtant, il suffisait d'un geste de la main avec vivacité pour les retirer du monde des vivants. Elles ne manqueraient à personne, elles étaient perdues d'avance et surtout inconscientes de leur avenir très court. Puis, enfin une apparition d'une fidèle chienne dont la loyauté était sacrément à remettre en cause de part de son geste. Qui était-elle pour oser lever son arme sur l'assassin de ses parents ? Rien. Je fixais avec insistance son arme et ouvrais grand les bras penchant la tête sur le côté.

       « Tire. Faible chose. Je me ferais un plaisir d'arracher tes doigts pour te forcer à les dévorer. Est-ce ton rêve le plus cher Alexyanne ? » rétorquais-je d'une voix salée d'indifférence. Je rabaissais mes bras à la vue des autres invités et rajoutais expressément d'un éclat de rire psychotique : « Tout compte fait. C'est elles qui te forceront à devenir cannibale de ton propre corps. N'est-ce pas fantastique ? » esquissant un fin sourire sur le coin de mes lèvres fines.

Bien que la tentative de la jeune Laurel dont ses paroles charitables me réconfortèrent le cœur que je ne possédais pas à leurs présences, elle ne restait qu'une chose à manier selon ses désirs. Puis, la voix stridente de .. Comment s'appelait-elle déjà ? Elle reniflait l'assurance face à moi, peut-être un peu trop. Nous allions changer son sentiment. Aucune politesse ne sortait de ma gorge préférant agir avec cette cruauté dont la légende n'était plus à raconter. Je toisais d'un regard méprisant cette hybride dont j'avais perdu le prénom.  

       « L'impatience et ton assurance briseront chacun de tes os. Déjà, quelle est ton identité ? » disais-je avec fermeté dans la voix tout en croisant mes mains derrière mon dos. Puis, je m'approchais de Laurel en vitesse vampirique relevant le visage teinté de fierté, connaissant son histoire, je ne pouvais que jouir de cette situation :  

       « Laurel, bouge-toi pour aller ouvrir la petite porte au fond de cette pièce. Votre cadeau d'anniversaire reside à l'intérieur. De jeunes âmes innocentes et pures vont être sacrifiées en cette belle journée si resplendissante.  » 


codage par LaxBilly




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Hybride
Morsures : 58

MessageSujet: Re: « Soyez chienne et taisez-vous » - Hybrides.  Sam 9 Juin - 22:44
Qui ne sait que ces loups doucereux. De tous les loups sont les plus dangereux. (Crédits : beerus)
« Soyez chienne et taisez-vous » - Hybrides.
☆PV Elijah ☆

J’étais arrivée la première face à l’homme que je cherchais depuis temps de temps, me trouvant face à lui je sortis mon arme une balle entre les deux yeux, je devais juste appuyer sur la gâchette, qu’une envie de me venger de cet homme qui avait fait une vie un enfer, je ne le lâchais pas du regard.

Non mon rêve est de tuer depuis ce jour Klaus, ton visage me hante depuis aujourd’hui grâce à ton frère j’ai retrouvé la mémoire ce que tu as faits, ce que tu es.

J’étais prête à tirer peu importe les circonstances, j’étais contrainte à une vie que je ne désirais pas, en plus d’être une louve, j’étais un vampire quoi de pire, je n’avais plus de famille. Quand une autre personne fit son entrée connaissant mon prénom ce qui me choqua me demanda de baisser mon arme.

Tu es qui toi ? Comment me connais-tu ?

Ne lâchant pas du regard Klaus, j’attendais une réponse de sa part, la mémoire me revenait mais seulement sur celui qui avait fait de moi un monstre, j’avais eu faire à son frère qui m’a bien remis les idées en place.

Puis de surprise une autre nous étions combien comme ça ? Mais je la connaissais une vague rencontre dans les bois une nuit, déjà ça, elle aussi voulait que je baisse mon arme, ce que je fis visiblement je n’avais pas le choix, le rangeant à sa place.

, Bonjour, contente de te revoir, et donc Laurel.

Bon au moins je savais à qui j’avais à faire, je vis le regard de Klaus changé d’un coup envers Cameron dont il ne savait plus son nom, je tiquais. Puis il s’approchait de Laurel bon entre les trois, je savais laquelle était la mieux placée aux yeux de Klaus. La petite fidèle, celle qui avait trop d’assurance et celle qui rêvait de meurtre.

Non Laurel, on ne va pas faire cela, ils n’ont rien à voir avec notre histoire cela serait un massacre d’innocents. Je regardais Klaus de travers. Tu es un monstre, il n’y a pas besoin de sacrifice peu importe la raison.

Mon métier qui parlait, la protection des habitants de cette ville, je ne pouvais pas laisser faire cela, c’était impossible pour moi.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Hybride
Morsures : 48

MessageSujet: Re: « Soyez chienne et taisez-vous » - Hybrides.  Mer 13 Juin - 12:26

So did I. But in fact, she is, because she's on every page of your imagination. You'll always have her there. Always ▬ J.M. Barrie

Laurel ne se rendait pas compte de ce qui se passait réellement en face d'elle. Elle ressentait bien évidemment le danger, dû à la présence d'une arme à feu. Évidemment, elle savait que celle-ci ne pouvait pas la tuer, mais juste l'a blessée. La brune était donc prudente, ayant peur que tout cela gâche à jamais son sentiment d'appartenance à un groupe. Ignorant que ce fameux groupe n'était pas la meilleure chose qui lui soit arrivé, comme elle semblait le pensait. Ce fut à l'entente des mots de Klaus, concernant le fait de lui arracher ses doigts qu'elle fut estomaqué. Ses yeux équarillés, elle secoua négativement la tête, comme si cela était une formule magique pour tout arrêté. Lorsque Klaus annonça qu'il allait échanger les rôles et que ce soient les filles qui lui fassent cela, elle sentit son cœur loupé un battement. Elle se sentait trahie. Elle pensait sincèrement que Klaus était quelqu'un de bien, qu'il les aidés. Cependant, là, c'était s'en prendre à une amie, une camarade, un membre du groupe. Évidemment que Laurel était contre. À peine eut-elle le temps de réagir qu'elle sentit la présence de Klaus en face d'elle, sursautant, étant bien trop sous le choc pour faire vraiment attention au déplacement des autres. Elle entendit son créateur l'ordonner d'aller sacrifier des "jeunes âmes innocentes et pures". S'en fut trop pour elle. Elle s'apprêter à crier, à leur dire d'arrêter cette mise en scène. Cependant, la seule chose que son corps put faire, c'est se déplacer en direction de cette fameuse petite porte dont Klaus avait parlé. Alors qu'Alexyanne tenta de la ramener à la raison. Des larmes coulèrent sur ses joues. C'était la seule chose que son libre-arbitre la laisser faire : pleurer. Elle était incapable de se contrôler.

Elle traînait presque des pieds pour arrivés jusqu'à la porte, mais était forcé d'aller jusqu'à cette fameuse porte. Elle finit par poser sa main sur la poignée froide de la porte. Ce contact la fit frissonner, elle pouvait entendre les battements de cœurs des humains présents derrière celle-ci. Laurel savait qu'elle ne pourrait pas les sauver. Elle n'avait certes pas compris le pouvoir de Klaus sur elle, mais elle avait comprit qu'actuellement elle n'avait pas de libre-arbitre. Elle ignorait que tout cela s'appeler l'asservissement, qu'il y avait un moyen de lutter celui-ci et qu'elle n'était pas la seule à en être victime. C'était le cas de toutes les hybrides de Klaus. Au moindre ordres, elles devaient obéir.

Laurel appuya légèrement sur la porte, fermant les yeux, ne supportant pas de voir ce qu'elle allait apercevoir. Tirant légèrement la porte contre elle, ce fut assez pour arrêter la compulsion. La porte était ouverte. Laurel avait ouvert cette porte, comme il le lui avait demandé. Il n'avait pas encore dit de les tués, du moins pas directement. Elle se retourna alors vers Klaus, ouvrant les yeux, les joues trempés. Elle finit par s'écriait :

▬ C'est quoi votre problème, putain ! Alexyanne, pose ton arme ! La violence ne résous rien du tout ! On devrait plutôt parler de ce que je viens de faire, là ! C'est quoi ce délire !?

Elle était perdue, son cœur battait à cent à l'heure. Elle regarda l'un à près l'autre, Klaus, Alexyanne et Cameron, encore et encore. Sa respiration saccadée prouvait qu'elle était complètement perdue. Elle n'avait aucune idée de ce qui venait de se passer et elle se moquer bien de savoir que la blonde faisait une crise existentielle et braquée une arme contre Klaus, là, à ce moment précis, tout ce qu'elle voulait était une réponse.
©️ By Halloween sur Never-Utopia



I'll tell you want you wanna hear
Cause the truth is always in the way. I never wanted to live in fear.

 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: « Soyez chienne et taisez-vous » - Hybrides.  
Revenir en haut Aller en bas
 
« Soyez chienne et taisez-vous » - Hybrides.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Darkness Will Rise Again  :: The dark theater :: | Votre destin est entre nos mains. :: Blacktown-
Sauter vers: