AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Partagez | 
 

 What a theatrical Pierce

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
Elijah Mikaelson
Originel
Morsures : 154

MessageSujet: What a theatrical Pierce  Lun 30 Juil - 23:42

What a theatrical Pierce

Katherine & Elijah

Le grand Niklaus Mikaelson, celui qui terrorisait les plus faibles à chacun de ses pas, celui qui n’hésitait pas à planter ses crocs brillants et pointus dans le cou de ses frères et sœurs, l’homme qui hurlait qu’il décapiterait la tête des enfants si leurs parents n’exécutaient pas ses ordres à la perfection, avait rejoint violement l’univers biblique que l’on appelait communément le Paradis. Son envolée vers un autre monde s’était effectuée très rapidement, surprenant ses alliés comme ses ennemis. Aucun sauvetage n’avait pu être réalisé, aucun sacrifice n’avait pu être crée, aucune parole n’avait été suffisante pour calmer l’épaisse tristesse d’Elijah Mikaelson.

Voilà à présent une belle année que l’originel tentait de faire son deuil, tentait d’afficher ce bouclier de fer sur son visage pour que personne ne lise ses expressions les plus dépressives enfouies en lui. Il n’allait pas s’effondrer devant ses ennemis, ou pire, devant sa fratrie qui le pensait imbattable physiquement que moralement. Pour eux, Elijah tenait toujours ce rôle explosif de grand frère, celui qui prenait les discussions importantes, celui qui recadrait les plus récalcitrants, mais il n’était pas celui qui pleurait la mort de Niklaus…Et pourtant, ils avaient, tous sans exception, inconsciemment tort. Les autres Mikaelson avaient réussi à faire leur deuil, y compris pour la courageuse Camille O’Connell, mais pour Elijah, la tristesse enveloppait son cœur comme une main pourrait envelopper une pomme. Quelques fois, cette main serrait davantage son organe vital, ce qui causait généralement un surplus émotionnel qu’il libéra lorsqu’il était sûr d’être seul. En mille an, Elijah Mikaelson n’avait jamais touché autant le fond, mais pourtant, il faisait preuve d’une force exemplaire pour continuer à se battre, afin de ne pas entraîner le reste de sa fratrie dans sa chute.

Ainsi, depuis un an, il se battait sans relâche pour protéger ses frères et sœurs de ces chasseurs nouvelle génération qui s’étaient confortablement installés en ville. Ils s’avéraient être plus rapides, forts, et intelligents qu’un chasseur lambda. Il combattait également pour récupérer la Nouvelle-Orléans, berceau du jazz et cocon faussement chaleureux pour Hope. Elijah avait naïvement pensé qu’il aurait pu récupérer la Big Easy très facilement, alors grande fut sa surprise quand Katherine Pierce décida de s’opposer à lui pour la conquête du royaume. Elle n’était pas aussi forte que lui, mais elle possédait un excellent sens de la négociation et de la manipulation qui pouvait en faire craquer plus d’un. Additionné à tout ceci, il devait aider sa jeune nièce à travers sa nouvelle nature de tribryde et gérer cette infinie crise d’adolescente. Et puis, avant tout de chose, il devait s’assurer que Camille continue à vivre malgré la barrière artificielle qu’elle avait installé entre elle et lui. Il n’avait donc aucun moment de répit et certaines personnes continuaient d’avoir l’audace qu’il ne cherchait pas à faire ramener son frère.

Il essayait évidemment de trouver une solution, cependant, il n’avait pas assez de temps pour concilier plusieurs tâches en même temps. Son cœur s’était davantage détruit lorsqu’il avait appris que Camille avait rejoint le clan des chasseurs, sans aucune explication au préalable. Pour Elijah, c’était une trahison pure et simple et dès qu’il poserait la main sur Camille, il lui ferait comprendre que son comportement est intolérable. Aujourd’hui, il s’était discrètement éclipsé du manoir pour rejoindre, non pas la Nouvelle-Orléans, mais la célèbre et funèbre Blacktown. Il n’était pas venu ici pour analyser comment la ville avait évoluée en un an, mais pour rejoindre l’arbre sur lequel il avait gravé le nom de son frère. En y arrivant, il enleva le quelque peu d’écorce qui empiétait sur le nom et soupirait, regardant autour de lui.

-Tu l’as vu comme moi Niklaus, elle les a rejoints. Peux-tu me dire ce que j’ai fait de mal dans mes démarches et mes paroles ? J’essaie d’être le plus juste possible et pourtant, il inclinait sa tête, regardant le sol, elle m’a trahi, elle nous a trahi. Il hausse les épaules. Peut-être que je ne suis plus une aussi bonne oreille pour elle…Dans tous les cas je ne sais pas quoi faire Niklaus. Il fermait les yeux pour les frotter. Je ne sais pas quoi faire avec la ville, je ne sais pas quoi faire avec Hope, Camille, Rebekah, Hayley, et je n’arrive pas à accepter que tu sois parti mon frère. Je suis fier de notre fratrie, eux ont réussi à faire leur deuil, à croire que je suis le plus faible d’entre eux. Finit-il dans un murmure.

Il s’accroupit ensuite, pour déterrer la photo qu’il avait enterré la nuit du mariage, et sourit en voyant qu’elle était toujours là, bien que quelque peu détériorée par l’humidité de la terre. Il prit quelques minutes pour regarder l’image avant de l’enterrer de nouveau. Il posait sa main sur l’inscription, comme pour dire au revoir à son frère et reprit la direction de la Nouvelle-Orléans. Vu qu’il refusait de parler de son état à qui que ce soit, Elijah venait se confier à cet arbre symbolique, pour éviter d’accumuler trop de choses en lui.

En revenant à la Nouvelle-Orléans, il avait préparé le manoir pour la visite de Katherine Pierce. Il l'avait convié à passer une après-midi dans sa demeure pour parler négociation. L'originel avait donc demandé à ses hommes de placer des bouteilles d'alcool au frais avant l'arrivée de sa principale adversaire pour le règne. Quelques minutes plus tard, il entendit toquer et n'eut pas le temps d'aller ouvrir que la sublime Petrova rentrait comme une reine au manoir.

Vêtu de son élégant costume noir, accompagné d'un nœud papillon, Elijah celle qu'il avait envie de jeter dans sa cheminée s'avancer vers lui. Contrairement au passé, il ne prit pas la peine de la saluer, en déposant un baiser sur sa main, comme il avait l'habitude de faire.

-Katerina Petrova, dit-il en sifflant quelques syllabes tout en observant sa démarche. Quelle entrée incroyablement théâtrale et aguicheuse. Il arquait un sourcil avant de faire glisser deux verres sur la table où était posé divers sortes d'alcool. Si tu étais moins compétitive, je t'aurais servi moi-même ce verre. Finit-il en se servant un verre de bourbon, laissant l'autre verre vide. Il passait ensuite dans le dos de Katherine et s'arrêtait derrière elle, observant sa nuque. Parlons affaire veux-tu ?

Code Hesa #9a2d2d


“Family means no one gets left behind or forgotten".
When everything goes to hell, the people who stand by you without flinching, are your family. Always and forever
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Katherine Pierce
Vampire
Morsures : 110

MessageSujet: Re: What a theatrical Pierce  Ven 3 Aoû - 21:11
Deal with a Noble
"I don't even remembrer who I was when we first met, and... I wanna find out."

Un peu plus d'un an s'était écoulé depuis la mort du grand Niklaus Mikaelson, et le moins que l'on puisse dire, c'est que les choses avaient bien changé pour nous tous ici-bas. Les Mikaelson se faisaient discrets, préférant faire leur deuil à leur manière, certains avec plus de facilité que d'autres. Kol semblait continuer sa vie comme si rien n'était arrivé, Rebekah avait disparu, Hope aussi, Elijah lui, était sans doute celui qui avait le plus de mal à faire son deuil, en près d'un an, il m'avait rarement été donné de voir quelqu'un se refermer à ce point. J'avais apprécié Elijah par le passé et il le savait, voilà pourquoi sa peine n'était pas autant jouissif que cela, bien que la mort de son frère ait été une réelle victoire pour moi. J'avais complètement profité de la situation pour me faire une place dans la ville où rime joyeusetés en tout genre, fêtes, musique jazz et humains à foison.

J'avais passé ces six derniers moi à fonder mon empire Néo-Orléanais autour du matriarcat, voulant mettre fin au règne Mikaelsoniens déjà bien affaiblit par le décès de son chef de rang. Je sais, profiter de la mort de quelqu'un pour subtiliser le pouvoir à sa famille n'est pas très déontologique. Mais que voulez-vous, n'est pas Katerina qui veut. Elijah n'avait pas mis longtemps à comprendre mon petit manège et dans le but d'honorer la mémoire de feu Klaus, il était monté au front pour me tenir tête. La compétition ne m'avait jamais effrayée, et pas même avec Elijah Mikaelson, il était assez affaibli pour que prendre le dessus soit facile.

Durant de longs mois, nous avons bataillé l'un contre l'autre pour ravir le territoire de la Nouvelle-Orléans et en faire notre domaine. Chacun avait réuni dans son clan quelques partisans et nous nous faisons la guerre sans user de violence directe, plutôt de coups bas.

Ce que nous n'avions pas vu venir, c'est l'arrivée d'un troisième groupe, les chasseurs de l'ombre comme ils aimaient s'appeler. Ils faisaient parti de l'ombre tandis que notre but était de les mettre en lumière. C'est sûrement pour cette raison qu'Elijah m'avait convié à le rejoindre au manoir Mikaelson. Pour une fois, il ne semblait pas avoir envie de m'égorger pour avoir eu l'affront de m'opposer à lui dans une guerre qu'il pensait gagner d'avance.

C'est pourquoi, je me rendais chez lui en cette matinée ensoleillée. Il devait être 10h00 du matin et la ville était déjà vivante, les gens affluaient dans le Vieux-Carré et les trompettes retentissaient déjà aux quatre coins du quartier. C'était plaisant de pouvoir marcher sans avoir à garder un œil sur ses arrières, priant pour qu'un hybride un peu mal luné ne nous étripe par simple ennuie.

Après quelques minutes de marche, j'arrivais enfin au lieu de rendez-vous. Je frappais à la grande porte de bois et entrais à l'intérieur avant que l'on m'y invite. Une fois entrée dans la demeure, je l'inspectais d'un air presque intéressé, mes yeux se posèrent sur quelques œuvres peintent par Niklaus sans aucun doute, c'en était presque glauque comme vision, on se croirait dans un cimetière, dans un musée aux souvenirs morbides d'un monstre qui a péri salement, comme avait été sa vie entière.

Je sors de mes pensées grotesques à l'entente de mon prénom sortant de la bouche d'Elijah, un large sourire étire alors mes lèvres rosées et je m'avance en faisant claquer mes talons sur le sol de la pièce à vivre. Une fois que l'Originel est dans mon champ de vision, je place ma main que mon cœur en fermant les yeux comme si j'appréciais le moment.

« Elijah, si tu savais comme j'aime la résonance de mon prénom dans ta bouche, tu pourrais me provoquer un orgasme sans même me toucher. » Disais-je ironiquement.

Je souriais tout de même à sa provocation concernant le verre de bourbon et mon regard passait de sa silhouette au verre vide posé sur la table et je saisis la bouteille pour remplir ce verre de ce liquide ambré si apprécié par les vampires. Je prends le verre dans une de mes mains tandis que l'autre se pose sur le dossier d'une chaise avant que je ne me retourne pour faire face au seul Mikaelson qui mérite que j'écoute ce qu'il a à me dire.

« Affaires, je t'écoute Elijah qu'as-tu à me dire ? » je lève mon verre à mes lèvres pour en boire une gorgée. « Des chasseurs, je présume ? C'est une menace solide pour la Nouvelle-Orléans, ils semblent vraiment plus puissants que ce que j'ai pu voir, même la confrérie des cinq n'était pas du même niveau. »

Je buvais à nouveau une gorgée et réfléchissais légèrement. Durant ces mois à me battre pour un but que je n'avais pas encore défini au début, j'avais fini par m'attacher à cette ville et à ce qu'elle représentait, bien malgré moi. Je n'avais pas plus envie qu'Elijah de voir la ville sombrer aux mains de ces chasseurs de pacotille.

« J'ai entendu dire que ta belle-sœur les avait rejoints ? La trahison, c'est de famille décidément. J'espère que tu es au courant que si je croise cette chevelure d'or, elle recevra le même sort que celui que je réserve à tous les autres ? »
©️ ASHLING POUR EPICODE




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Elijah Mikaelson
Originel
Morsures : 154

MessageSujet: Re: What a theatrical Pierce  Mar 7 Aoû - 16:45

What a theatrical Pierce

Katherine & Elijah

Tout conte de fée commence par l’emblématique phrase « Il était une fois », mais toute fin tragique débute également avec ces quatre mots anodins. Il était une fois, dans une contrée lointaine où toute trace de conflit s’avérait être inexistante, Elijah et Katherine s’étaient rencontrés. Rapidement, alors que la Pierce s’amusait à prendre l’apparence d’une jeune Elena Gilbert pour manipuler à sa guise les Salvatore, l’originel avait succombé à son charme bien enchanteur mais également profiteur. Il ne fallait pas être surdoué pour comprendre que l’intransigeante Petrova séduisait le plus souvent pour arriver à ses fins. Cependant, Elijah avait été assez intelligent pour accorder une infime part de sa confiance à Katherine, et pour pouvoir, par la même occasion, tomber amoureux d’elle.

Et voici qu’aujourd’hui, les deux amoureux aussi élégants qu’entreprenants se faisaient une guerre sans merci, comme des parfaits ennemis le ferait. Oui, Elijah pourrait très facilement réduire Katherine en cendres, mais, le voulait-il vraiment ? Sous ses airs autoritaires et froids, son cœur très affaibli et aussi fragile qu’une boule de cristal pourrait très bien être un élément décisif dans cette lutte pour obtenir complètement la Nouvelle-Orléans. Ainsi, peut-être que leur précédence romance fera ralentir Katherine dans sa machination démoniaque.

Les talons de la Petrova qui claquaient sèchement sur le vieux parquet au vécu douloureux lui rappelèrent un tantinet sa sœur, Rebekah, qui adorait également faire des entrées remarquables au manoir. Il se reprit rapidement en main face au commentaire complètement déplacé et particulièrement vulgaire de Katherine.

-Je pense que tous les hommes excepté Niklaus peuvent te faire ressentir de l’excitation tant ton désir est conciliant et malléable. Reprit-il en regardant la Petrova du coin de l’œil. Tu m’excuseras si je ne me sens pas flatté par ta remarque dans ce cas. Finit-il en relevant son sourcil.

A vue d’œil, Elijah paraissait naturel, normal, et presque humoristique. Si l’information de la mort de Klaus n’avait pas été révélée au grand publique, personne n’aurait pu croire qu’un tragique événement s’était passé au sein de la fratrie Mikaelson. Là était la force d’Elijah. Faire croire qu’il avait repris une vie banale alors qu’il n’arrivait pas à oublier Niklaus. Cependant, comme l’originel l’avait dit, il fallait se concentrer sur les affaires en cours et cacher son deuil pendant le temps nécessaire.

-La Nouvelle-Orléans a connu des menaces diverses et variés mais je dois avouer que j’ai vu bien pire que des simples chasseurs sachant manier leurs armes à la perfection. Lorsque je voulais parler affaire Katherine, je voulais parler de ta mémorial impolitesse pour avoir engendré une reprise de la ville lorsque mon frère s’est éteint.
Il marquait une pause pour boire son verre avant de le poser sur la table. La moindre des choses, Katherine, était d’attendre quelques jours avant de te lancer dans une bataille déjà condamnée à l’avance. Il plissait les yeux, passant son doigt sur sa lèvre inférieure en durcissant son regard. J’ai connu de nombreuses profiteuses dans mon existence, mais je dois dire que je n’ai rien vu de plus sournois qu’utiliser la mort d’une personne pour arriver à ses fins et se faire remarquer.

Bien qu’il eût aimé Katherine, il avait très amèrement entendu la proposition de la Pierce pour reprendre la Nouvelle-Orléans. Il ne pensait pas qu’elle aurait été capable de faire un tel geste, du moins, vis-à-vis de leur passé commun. Encore une fois, l’amour qu’Elijah portait à une femme le rendait naïf et très stupide. Il était temps qu’il arrête ces romances sans intérêt pour devenir un réel homme d’affaire.

Alors qu’il était reparti à la fenêtre, tournant le dos à Katherine pour lui prouver toute sa négligence envers elle, il sentit un frisson parcourir sa colonne vertébrale. Les dernières paroles de la Petrova étaient plus qu’explicites. Elle allait tuer Camille si elle croisait son chemin, chose que Niklaus n’aurait absolument, et évidemment pas voulu. C’était sa responsabilité à lui de veiller sur la jeune humaine, malgré cette trahison qui ne passait toujours pas pour Elijah. Cependant, il devait la protéger, pour satisfaire Niklaus qui voyait sans doute cette scène d’un œil lointain.

Elijah se retourna donc doucement vers Katherine, gardant ses mains dans ses poches. Il n’exprimait aucune émotion durant quelques secondes, avant de s’avancer vers la jeune vampire. Soudainement, il prit le visage de Katherine dans sa main et exerça une pression conséquente.

-Dans quel conte de fée penses-tu que je vais te laisser faire cet acte Katerina ? Si tu la touches, ne serait-ce que légèrement, je te promets, avec toute la haine que j’éprouve pour toi, de te faire subir les pires tortures que Niklaus n’a jamais osé faire. Ce n’est pas parce que je suis reconnu comme étant le diplomate de cette fratrie que je ne sais pas me salir les mains Katherine. Je m'occuperais de Camille personnellement, est-ce clair ?Demanda-t-il, sans enlever sa main.

Code Hesa #9a2d2d


“Family means no one gets left behind or forgotten".
When everything goes to hell, the people who stand by you without flinching, are your family. Always and forever
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Katherine Pierce
Vampire
Morsures : 110

MessageSujet: Re: What a theatrical Pierce  Mar 7 Aoû - 22:52
Deal with a Noble
"I don't even remembrer who I was when we first met, and... I wanna find out."

Katherine trouvait les réactions d'Elijah assez cocasses, toujours égal à lui-même, dans la noblesse à chacun de ses pas, il respirait la bonté, une chose que ses frères et sœurs n'avaient pas vraiment. Katherine avait toujours eu une sorte d'admiration pour Elijah, pour sa maturité et sa manière de voir le monde. Il était surprenant, brillant, et pendant de longues années elle lui avait voué une admiration qu'elle taisait. Il n'avait rien à voir avec le reste de sa famille, son incorrigible frère, violent, imbu de sa personne ou encore son hystérique de sœur, rêvant d'une humanité qu'elle n'obtiendra jamais. L'âme des Mikaelson avait été souillée, et là leur « pour toujours et à jamais » prenait tout son sens.

Cependant et au-delà de toutes les atrocités commises par Katherine, elle était capable de comprendre la peine qu'il avait lorsque son frère est mort. Elle ne s'était elle-même jamais vraiment remise de l’assassinat de toute sa famille, de sa mère particulièrement. Elle avait retrouvé ses frères et sœurs, ses cousins, ses tantes et oncles, tous baignant dans un sang qui macérait depuis des jours, une atroce vision pour une jeune femme de 19 ans. La seule personne qu'elle n'avait jamais regrettée était son père, violent, cruel, égoïste et atroce avec elle lorsqu'elle avait annoncé une grossesse à 17 ans à peine à une époque pour l'enfantement hors mariage était totalement proscrit des mœurs. Pour son père, elle avait sali les Petrova. Elle avait donc toujours compris Elijah et la haine qu'il éprouvait pour son paternel, elle arrivait aussi à comprendre Niklaus, même si elle ne l'admettrait jamais.

Elle avait ressenti de la peine pour le Noble Mikaelson à la mort de son frère, parce qu'au delà de toutes les divergences d'opinions qu'ils pouvaient avoir, elle avait toujours une forme de respect pour lui, quelque chose d'indéniable et de probablement partagé, au fond.

Les premières paroles d'Elijah lui décrochèrent un léger rire cristallin qui émanaient de ses lèvres alors qu'elle regardait le liquide ambrée qui trônait encore au fond de son verre.

« Mon désir n'est pas malléable, il est universel. Il n'y a pas de mal à se faire du bien. » Elle relève ses prunelles pour tourner son visage vers Elijah et le pointer avec son verre. « Tu devrais essayer parfois, je suis sûre que ça te détendrait. »

Son sourire disparaît après les paroles d'Elijah concernant la mort de son frère et sa prise de pouvoir pendant le deuil des Mikaelson. Il était bien entendu qu'elle avait choisi ce moment précis pour subtiliser ce qu'ils avaient mis des années à bâtir. Elle était loin d'être idiote, même si elle s'aimait à le faire croire aux autres. Elle finissait par rouler des yeux.

« Oh, je t'en prie Elijah. » Dit la Petrova en se tournant pour poser ses avants bras sur le dossier d'une grande chaise en bois. « Dans quel monde tu vis ? Bien sûr que la mort de ton frère était une aubaine pour moi ! Et bien sûr que j'ai profité de ça pour en tirer mes épingles du jeu. À quoi t'attendais-tu venant de ma part ? Je n'allais pas te demander la permission de mettre ce que j'avais mis 500 ans à penser à exécution. »

Elle poussa un long soupire qui en disait long sur les idées qui traversaient ses pensées actuellement. Katherine passe sa langue sur ses lèvres pour les humecter en secouant la tête.

« J'ai fui cet homme pendant 500 longues années. J'ai fait le tour du monde au moins 6 fois, je connais toutes les villes de ce monde quasiment par cœur. J'ai appris à saisir une opportunité quand elle se présente. Je fonctionne comme ça. »

Elle roulait des yeux à nouveau des yeux et écartait les bras après avoir bu l'intégralité de son verre.

« Que veux-tu que je te dise Elijah ? Ta peine n'est pas quelque chose que j'apprécie, parce qu'au-delà de toutes nos querelles, je t'ai toujours apprécié... J'ai appris à saisir une opportunité quand elle se présente. Mais je ne vais pas m'excuser d'avoir profité de la mort d'un homme que je détestais juste parce que ce n'est pas dans tes principes, bien rangés dans les poches de tes costumes hors de prix. Et puis une petite guerre ne t'a pas fait de mal, ça t'a permis de te concentrer sur autre chose que la mort de ton crétin de frère. »

Elle se sépare de la chaise sur laquelle reposaient ses avant-bras pour venir se rapprocher de l'aîné Mikaelson d'assez près pour que son souffle caresse celui de son rival.

« Je me fiche de savoir que Cami fait parti de ta famille, que tu l'apprécies ou peu importe ce que tu lui voues, si elle tente quoi que ce soit contre moi, tout le respect que j'ai pour toi ne servira à rien quant à la fin tragique qui l'attend. Je ne la toucherai pas, du moment qu'elle, ne me touche pas. C'est aussi simple que ça. »

Elle restait dans sa position en posant le verre sur la table.

« Tu devrais te soucier des chasseurs dont je te parle, au lieu de continuer de m'en vouloir pour quelque chose qui n'aurait de toute façon rien changé. Un jour, un mois, huit mois, peu importe le temps que j'aurais attendu, tu aurais pris ça pour un manque de respect, alors, ne ressasse pas, et concentre toi sur ce qui est vraiment important. »
©️ ASHLING POUR EPICODE




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Elijah Mikaelson
Originel
Morsures : 154

MessageSujet: Re: What a theatrical Pierce  Mer 8 Aoû - 15:45

What a theatrical Pierce

Katherine & Elijah


Elijah devait bien s’avouer que Katherine était d’une intelligence hors pair. Se faire oublier pendant un certain temps, ne plus faire parler d’elle, pour revenir afin de frapper un grand coup, et atteindre ses objectifs les plus prestigieux. C’était des actes dignes d’une future grande reine non respectée par son peuple pour des manques de respects conséquents. Certes, les Mikaelson avaient déjà commis de nombreux coups bas, mais jamais auparavant, Elijah ne s’était servi de la mort d’une personne pour monter en puissance. La toute première fois qu’il a entendu cette nouvelle, Elijah avait ressenti une extrême déception envers l’une de ses premières conquêtes amoureuses. Il n’aurait jamais cru que Katherine puisse faire ceci…comme il n’aurait jamais cru que Camille trahisse tous les Mikaelson en rejoignant les chasseurs…Cependant, il devait continuer à protéger la jeune humaine, car, si Niklaus revenait un jour, il ne pardonnerait jamais son frère pour avoir laissé périr la femme qu’il aime pour l’éternité. Il ne faisait plus confiance à Camille, mais il devait continuer à veiller sur elle pour accomplir la demande de son frère.

Pour en revenir à Katherine, il préférait ignorer le commentaire sexuel qu’elle venait d’exprimer, étant bien trop élégant et poli pour répondre à ce genre de propos. Il préférait la laisser s’expliquer sur ses ambitions malveillantes pour la Nouvelle-Orléans, comme pour Camille. Durant la totalité de son discours, Elijah l’avait laissé parler, déboutonnant sa veste de costume pour poser ses deux mains sur ses hanches. Si Niklaus avait été à sa place, le corps de Katherine serait déjà éparpillé aux quatre coins de la pièce, ses veines et artères servants de futures guirlandes de Noël pour le manoir. Elijah demeurait beaucoup plus modeste et diplomate, bien qu’il eût décidé de ne plus paraître le gentil des Mikaelson. Sa gentillesse avait conduit à la mort de son frère bien aimé, alors, pour éviter un autre deuil ravageur, il durcissait ses propos et ses actes. Lorsque la Pierce se tut enfin, Elijah laissa planer un silence morbide dans la pièce, repensant à l’insulte que la vampire avait prononcé envers Niklaus. L’originel se retournait vers elle, venant prendre la même chaise sur laquelle elle venait de retirer ses avant-bras. Il posait son pied droit sur le siège de celle-ci, remontant légèrement son pantalon pour révéler ses chaussettes noires.

-Katherine, connais-tu l’hypocrisie ? Il plissait les yeux, dessinant un sourire amer sur ses lèvres. Je pense que oui, car tu es la reine de ceci. Je suis d’autant plus étonné et déçu que tu te sois servi de la mort de mon frère pour affaiblir davantage ma famille en deuil, alors que, il pointait Katherine de son index, tu as toi-même connu le décès de ta famille entière.
Il enlevait son pied de la chaise pour se rapprocher de Katherine, laissant, comme elle venait de le faire, son souffle flotter près de son visage.

-Tu as donc connu une tristesse infinie Katherine. Tu t’es senti seule, loin de tes proches, loin de tout contact avec eux. Tu as versé un nombre incalculable de larmes, rappelle-toi à quel point tes yeux s’avéraient être fatigués car tu avais pleuré une nuit entière. Il replaçait avec une gentillesse fausse, une mèche de cheveux derrière son oreille. Alors Katerina, tu es complètement insalubre et irrespectueuse de te servir du deuil de ma famille entière pour atteindre tes fins. Tu sais exactement par quoi ils sont en train de passer, bien que certains se soient sorti la tête de l’eau.

Il lançait un regard meurtrier à Katherine, enlevant sa veste de costume pour la poser délicatement sur le canapé. Elijah n’était pas dupe, et avait parfaitement conscience que Katherine se fichait royalement de sa propre impolitesse. Elle voulait la ville et écraser les Mikaelson, se fichant des bonnes manières.

-Pour en revenir à Madame O’Connell Mikaelson, reprit-il, sifflant les quelques syllabes en observant les longs rideaux noirs accrochés aux fenêtres, c’est la dernière fois que je me répète. Je m’occuperais de cette femme après notre entrevue. Crois moi Katherine, j’éprouve une haine envers elle, comparable à ma haine envers toi. Elle ne sera plus un problème pour nous deux.

Une seule partie de sa réponse était en réalité, vraie. Il détestait Camille bien qu’elle eût été d’une extrême gentillesse avec lui lorsque Niklaus était encore en vie. Ce n’est pas pour ceci qu’il allait venir arracher son frêle cœur…quoi que…dans un élan de folie, tout était possible. Le Mikaelson ouvrit la vitrine du salon pour en sortir une bouteille de whisky toute neuve, qui aurait dû servir pour la nuit de noces des jeunes mariés. Il lit l’étiquette en s’approchant de Katherine, avant de relever le regard sur cette saleté.

-Concernant Niklaus, Katerina…Si tu exprimes une certaine peine pour moi, que, d’ailleurs, je trouve entièrement fausse, il lui donnait soudainement un coup de poing à l’aide de la bouteille, qui se brisa en plusieurs morceaux une fois que le choc eut lieu, tu me feras un plaisir de ne plus prononcer d’insulte sur mon petit frère sous ce toit. Je n’ai strictement jamais insulté ta famille décédée, alors garde tes propos disgracieux pour toi. Suis-je assez clair ?

Il sortit son mouchoir en soie pour retirer les quelques morceaux de verre qui s’étaient incrusté dans sa peau avant de joindre ses mains dans son dos.

-Je m’occuperais de ces chasseurs en temps et en heure, ne t’en fais pas, mon emploi du temps est mis à jour très régulièrement.


Code Hesa #9a2d2d


“Family means no one gets left behind or forgotten".
When everything goes to hell, the people who stand by you without flinching, are your family. Always and forever
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Katherine Pierce
Vampire
Morsures : 110

MessageSujet: Re: What a theatrical Pierce  Mer 8 Aoû - 21:29
Deal with a Noble
"I don't even remembrer who I was when we first met, and... I wanna find out."

Katherine était loin d'être parfaite, à dire vrai, elle ne l'avait jamais été. Elle avait toujours été considérée comme un problème par la plupart des gens qui la rencontraient lorsqu'elle était plus jeune, jusqu'à être reniée par sa propre famille lorsqu'elle avait mis au monde un enfant illégitime. Elle ne pouvait comprendre qu'une infime partie de la douleur qu'éprouvait actuellement Elijah, parce qu'elle avait toujours fait en sorte d'avoir assez de distance avec les gens pour ne jamais souffrir en cas de perte, de disparition ou encore d'abandon, et abandonnée, elle l'avait été.

On connaît tous Katherine sous les traits de la garce superficielle, provocante, perverse à ses heures, vulgaire, aguicheuse, directe et toutes ces qualifications que les gens aiment lui donner. Elle avait souffert de tout cela, pendant un temps. Mais elle avait appris à faire avec, parce que dans la vie, il n'y a que cela qui marche, faire avec. Elle préférait la femme qu'elle était aujourd’hui, elle était peut-être tous les adjectifs cités précédemment, mais au moins, elle n'avait plus peur. Peur de ce qui arriverait demain, ou peur de ce que sa vie pourrait advenir. Elle pouvait imaginer la douleur d'Elijah, pas la comprendre. Elle ne l'avait jamais vécu et elle ne la vivrait probablement jamais, car elle n'avait plus rien ni personne à perdre.

Elle écoutait premièrement les paroles d'Elijah concernant la peine qu'elle avait pu ressentir lors de la mort de sa famille. Elle ne pipait pas mot, le laissant finir son petit speech, s'il pensait une seconde qu'elle ne voyait pas clair dans son jeu, il se fourvoyait grandement. Elle allait rétorquer quelques paroles quand une bouteille de whisky heurte son visage violemment, la faisant reculer de quelques pas alors que ses deux mains se plaquent sur son visage pour toucher son nez endolori qui commençait à saigner. Le visage dure, les traits tirés et la colère dans le regard, elle relève ses prunelles pour les plonger dans celles de l'Originel qui n'avait visiblement pas apprécié sa remarque sur son frère et qui s'était emporté. Il ne fallait pas avoir de beaux diplômes en psychologie du comportement humain pour comprendre qu'il ne s'était toujours pas fait à la mort de l'hybride.

Elle regarde une de ses mains recouverte du sang qui coulait de son nez, elle devait avoir quelques morceaux de verre dans le visage, elle en saisit quelques-uns pour les retirer sans plus accorder de regard à l'Originel, elle était devenue calme. Elle regardait les morceaux de verre qu'elle faisait tomber au sol un à un avant de tousser pour s'éclaircir la voix, sans pour autant décrocher un regard à Elijah.

« Que veux-tu que je te dise Elijah ? Que perdre ma famille était compliqué ? Que j'en ai souffert ? Que j'ai pleuré ? Peut-être. Sauf que je m'en suis vite remise. Je n'étais pas aimée par ma famille comme toi, tu peux l'être, je n'avais pas une relation fraternelle comme celle que tu avais avec Niklaus. Alors tu peux remballer tes petits discours futiles qui ont pour objectif de me piquer là où ça fait mal. Parce que je suis au regret de t'annoncer que ça ne prend pas. »
Elle remontait enfin son regard vers le Noble avec un sourire mutin au coin des lèvres. « Désolée. »

Elle s'avançait un peu plus dans la pièce, d'un calme déconcertant, comme lorsqu'un enfant prépare une bêtise à faire. Elle inspecte les morceaux de verre au sol, l'alcool répandu et elle passe sa langue sur ses lèvres pour goûter ce nectar si tristement gâché.

« C'est dommage, tu aurais dû prendre une autre bouteille, cet alcool est bon. C'est le genre de truc qu'on garde pour des événement... un mariage... un anniversaire... » Elle remonte à nouveau son regard dans celui de l'homme. « Un enterrement. »

Après avoir pris une serviette pour tenter de s'essuyer le sang qui coulait elle la repose sur la table et use subitement de sa vitesse vampirique pour venir plaquer Elijah contre un des murs de sa si belle demeure, morbide, vide, triste.

« Maintenant, tu vas la fermer et m'écouter. Il suffit de ta démonstration d'autorité parce que j'ai osé insulter ton frère de crétin. Ce n'était pas l'insulte du siècle et toi comme moi savons que pires insultes ont été dites à son encontre. Alors calme toi, Elijah. »

Elle restait un instant à lui maintenir le col de sa veste hors de prix pour qu'il ne bouge pas du mur, puis elle fait pression pour le pousser un peu plus en arrière et se recule en le regardant.

« La mort de ton frère, c'est tragique, du moins pour toi, ça l'est. Ce que je ressens par rapport à ton état est sincère, tu peux y voir de l'hypocrisie si tu veux. Tu te voiles encore la face Elijah, je me demande lequel de nous deux est hypocrite là. Je ne suis pas là pour t'apporter mon soutien, que tu ne prendras de toute façon pas. Je ne suis pas venue ici pour te provoquer non plus initialement. Tu voulais me faire venir pour me parler de ma prise pouvoir que tu n'as pas apprécié alors qu'une menace bien plus importante rode aux abords de cette ville que tu prétends vouloir sauver, et toi, tu es là avec tes belles leçons de moral de Noble de mon cul. »
Elle laisse échapper un rire défensif et poursuit. « Tu crois que j'ai besoin que tu me le dises pour savoir que tu n'as pas apprécié ma petite rébellion ? Je ne m'attendais pas à des félicitations de ta part... ne sois pas stupide. »

Elle se reculait encore un peu plus et marquait un arrêt avant de soupirer fortement puis finie par poser ses deux mains en vas de son chemisier qu'elle soulève afin de le retirer et se retrouver en simple débardeur noir, elle jette son chemisier sur une chaise et s'approche un peu. Sur son bras gauche, une blessure qui semblait dater de quelques jours était encore présente, une coupure qui s'allongeait que plus de sept centimètres. Elle tourne son visage pour la regarder puis le ramène dans celui de l'homme qui semblait la détester.

« Tu vois ça ? C'est une blessure infligée par les copains de ta belle-sœur. J'ai rencontré l'un d'eux, il y a quelques jours, trois ou quatre. Je ne te fais pas de dessin, ça ne s'est pas très bien passé. Avant que je ne lui fasse avaler sa flèche par l'arrière de son corps, il a réussi à me blesser en me tirant avec une sorte d’arbalète. Et la plaie ne cicatrise pas aussi vite qu'elle le devrait, comme si j'étais humaine, elle reste sur moi. Les plaies doivent cicatriser plus rapidement sur un originel, mais le fait est qu'ils sont dangereux. Alors tu veux bien ranger un peu ta rancœur ? Tu auras tout le temps de me détester le restant de ta pathétique éternité à te morfondre sur la mort d'un proche, qui ne t'a de toute façon pas demandé ton avis, et te concentrer sur autre chose un peu ? »

©️ ASHLING POUR EPICODE




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Elijah Mikaelson
Originel
Morsures : 154

MessageSujet: Re: What a theatrical Pierce  Jeu 9 Aoû - 18:06

What a theatrical Pierce

Katherine & Elijah


C’était l’une des rares fois qu’Elijah usait de sa violence pour frapper une femme. Avec tout le respect qu’il avait pour celles-ci, il se contentait bien trop souvent d’utiliser ses mots pour blesser, et non son corps. Cependant, en temps normal, l’originel n’avait jamais apprécié que l’on parle mal de Niklaus, et ce sentiment s’était accentué depuis son départ vers les cieux. Katherine avait déjà dépassé les limites, et Elijah voulait lui faire comprendre qu’elle ne fera pas sa petite garce sous le toit du manoir Mikaelson.

Les mains jointes derrière son dos, Elijah analysait chaque geste de son ennemie actuelle, s’attendant à une réplique immédiate. Katherine ressemblait légèrement à Kol de part sa provocation redondante et réagissait impulsivement lorsqu’elle se trouvait attaquer. Néanmoins, la Petrova préféra prendre un temps précieux à retirer lentement les morceaux de verre incrustés dans sa peau sans imperfections, ce qui, en général, ne présageait rien de bon. Une Katherine Pierce silencieuse et calme s’avérait être deux fois plus dangereuse. Il est vrai qu’Elijah avait voulu psychologiquement blesser Katherine en lui remémorant le souvenir de sa famille, et sourit légèrement face à son échec grandiose. Malgré tout, ce ne signifiait pas la fin de cette bataille, et Elijah s’apprêtait à être pleinement hypocrite pour remonter légèrement dans le match. Il rangeait son mouchoir en soie dans la poche prévue, puis s’approchait d’elle pour retirer l’un des derniers morceaux de verre solidement accroché dans sa chair.

-C’est vrai, j’ai voulu te blesser Katherine. Mais j’ai également exprimé ces paroles pour te faire prendre conscience que toi et moi sommes passés par le même chemin. Nous avons connu le deuil, et nous l’avons surmonté. Comme tu me l’as dit, je n’accepterais jamais l’idée de prendre la ville à un tel moment, mais je te demande de respecter le deuil des autres Mikaelson. Ils n’ont pas besoin d’une femme sournoise comme toi qui répète haut et fort que Niklaus n’est plus là.

Il posait le morceau sur la table avant de reculer de quelques pas, faisant claquer ses souliers noirs sur le parquet en bois massif. Il marchait le long de la table du salon, faisant glisser son index et son majeur sur celle-ci, avant de s’arrêter pour lever sa tête vers le plafond, soupirant face à une énième provocation de Katherine concernant l’enterrement. Encore une fois, il voulait lui arracher son précieux cœur, mais encore une fois, il s’interdisait de le faire. Peut-être, qu’encore une fois, sa gentillesse entraînerait le décès d’un proche…

Il fut soudainement plaqué contre l’un des murs du manoir par la surprenante Katherine Pierce. Cela ne faisait qu’à peine dix minutes qu’elle était arrivée, et pourtant, les deux protagonistes pour la couronne de la Nouvelle-Orléans utilisaient d’ores et déjà leur force surhumaine pour asseoir, chacun à leur tour, leur autorité respective. Il laissait s’exprimer Katherine, en ne tentant pas de se débattre. Cependant, dès qu’elle fit marche arrière, il se décolla du mur pour se diriger vers elle, le regard meurtrier. Il haussait nettement sa voix, criant presque dans le manoir.

-Que tu sois sincère ou non Katherine ce n’est pas dans mes problèmes. Je ne suis pas stupide, je sais pertinemment que tu as descendu trois bouteilles de champagne lorsque tu as entendu le dernier battement de cœur de mon frère, afin de célébrer sa mort. Il se calmait doucement, faisant descendre le volume sonore pour pimenter sa voix d’un dégoût précoce. Tu n’es qu’une opportuniste qui a voulu prendre une ville que tu connais à peine pour flatter ton égo surdimensionné.

Il fronçait soudainement les sourcils en voyant que la Petrova retira son chemisier devant lui, sans aucune gêne, pour se retrouver en débardeur. Il se recula légèrement, écoutant si personne n’était aux alentours. Il ne voulait pas que sa fratrie pense qu’il s’amuse un peu trop librement avec son ennemie de toujours. Toutefois, ses pensées s’évaporèrent en voyant la longue et profonde cicatrice sur le bras droit de Katherine. Il était conscient de la dangerosité des chasseurs, mais n’avait jamais pensé qu’ils pouvaient être si redoutables. Dans un geste délicat, il attrapait le bras blessé de la femme pour analyser plus profondément la blessure de celle-ci.

-Je ne me morfonds pas. J’ai fait mon deuil Katerina, répondit-il en appuyant volontaire sur sa cicatrice avant de relâcher la pression.

Il gardait son bras dans sa main pendant encore quelques secondes avant de le lâcher doucement. Une vague d’inquiétude parcourait son corps. Sa première pensée ? Facile. Sa fratrie. Il voyait déjà Kol grièvement blessé à cause de son impulsivité insouciante, il s’imaginait Freya dans le coma car son corps n’avait pas assez d’énergie pour cicatriser. Puis, il pensait à Camille, en simple humaine. Si, pour une raison ou un autre, les chasseurs se retournaient vers elle, la jeune barmaid ne survivrait pas cinq minutes.

Elijah préféra tourner le dos à Katherine pour fermer les yeux, essayant de garder un minimum de sang-froid. Il éprouvait beaucoup de difficultés à gérer les affaires familiales seules, car, tout logiquement, c’était lui qui s’occupait de chaque « dossier » personnellement.

-Pourquoi as-tu décidé de me montrer ta blessure et de me parler d’eux ? Tu pouvais ne rien dire et me laisser me faire tuer pour avoir plus facilement le trône. Je dois t’avouer que j’ai du mal à te suivre. Tu me mènes une guerre depuis près d’un an, mais pourtant, tu me donnes des informations essentielles pour…me protéger ? Demanda-t-il à l’aide d’un regard confus.



Code Hesa #9a2d2d


“Family means no one gets left behind or forgotten".
When everything goes to hell, the people who stand by you without flinching, are your family. Always and forever
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Katherine Pierce
Vampire
Morsures : 110

MessageSujet: Re: What a theatrical Pierce  Jeu 9 Aoû - 23:06
Deal with a Noble
"I don't even remembrer who I was when we first met, and... I wanna find out."

Elijah et Katherine n'étaient pas si différents que cela dans la finalité des choses. En dehors de leur caractère qui faisaient d'eux de véritables opposés, ils avaient tous les deux connu des atrocité durant leur vie de mortel. De la cruauté d'un père stricte, violent, colérique, d'une mère parfois trop passive et de longues périodes de deuil pour des personnes qui ne méritaient pas toujours de payer pour les fautes qu'ils avaient commises. Elle pouvait donc plus facilement comprendre la peine qui le traversait et la douleur qui serrait un peu plus son cœur à chaque pensée pour son frère, pensées sauvagement douloureuses comme des poignards que l'on nous planterait dans le thorax.
Ils n'avaient pas les mêmes idéaux. Elijah s'encarotte encore trop à avoir de l'espoir pour la nature humaine, en agissant avec toute la noblesse qu'on lui connaît. Katherine, elle, a vite compris qu'elle était moisie, elle est juste bonne pour finir cramée et répandue dans le grand canyon. Elle était là, la véritable différence entre eux.

Elle ne bougeait plus de sa place, respirant avec une sorte de latence, comme si le souffle lui manquait par moment. C'est alors qu'il vient saisir son bras pour inspecter cette plaie qui ne semblait pas vouloir cicatriser comme elle aurait dû le faire. Ricanant à ses paroles sur la fête qu'elle avait dû faire lorsque sonna le glas de l'existence de son frère.

« En réalité, c'était du bourbon que je gardais pour les grandes occasions. » Murmurait-elle avec ironie.

Elle n'avait pas fêté la mort de l'hybride, même si elle n'avait pas montré une once de tristesse pour ce dernier. Elle ne pouvait pas avoir de l'empathie pour le décès d'un homme qu'elle méprisait au plus haut point. Cependant, elle n'en avait pas fait une beuverie pour autant. Elle avait fui, encore une fois, dans le but d'échapper à d'éventuelles suites. Elle le savait, une soirée chez les Mikaelson ne se termine qu'avec la mort de quelqu'un, il s'agissait de Klaus cette fois-ci et elle avait peur que cela ne touche d'autres personnes que lui, alors dans la précipitation, elle était vite partie.


Son poing vient s'écraser sur l'épaule de l'Originel lorsque celui-ci prend un plaisir malsain à appuyer sur l'ouverture de sa chaire. Finalement, il avait fini par réussir à appuyer là où ça fait mal.
Elle se recule légèrement et l'écoute encore geindre sur cette guerre qu'il n'appréciait guère, il n'allait pas tarder à reparler de l'affront qu'elle lui avait fait en voulant s'emparer d'une ville qui n'était pas la sienne, qu'il lui vouait une haine incommensurable et qu'elle avait de la chance qu'ils aient encore quelques principes nobles, car son frère, lui n'aurait pas hésité à se faire un manteau pour l'hiver avec la peau de son dos... et bla... bla... bla.

Elle se recule et se met à ricaner.

« Elijah... Elijah... Elijah... Mon cher et tendre Elijah... » Elle finissait par rouler des yeux, coupant net son ironie qui faisait retrousser le bout de son nez. « Je n'ai jamais voulu te faire la guerre. Je te rappelle que j'avais dans l'idée de m'emparer de ta précieuse ville avant que tu ne décides de monter au pouvoir. Je n'ai jamais voulu faire de toi mon ennemi, bien que je savais que mon envie de ravir le trône si durement obtenu par ton frère n'allait que très peu te réjouir. C'est toi qui m'as déclaré la guerre, je te ferais remarquer. J'ai toujours aimé l'adrénaline, tu sais. Comment refuser quand l'homme le plus convoité de cette ville te déclare la guerre. C'était tentant. Mais moi, je ne te déteste pas Elijah et mon but n'était pas de t'enfoncer. Regarde, grâce à cette querelle, tu as trouvé un but à ta vie et tu ne te levais plus en pensant à feu Niklaus, mais aux différentes manières que tu avais de me la mettre à l'envers. »

Elle s'avançait vers la bouteille de bourbon la plus proche qu'elle attrape et qu'elle ouvre avant de déchirer un bout de tissus de ton chemisier qu'elle enduit de bourbon pour le passer sur sa plaie qui s'était rouverte après la démonstration de provocation d'Elijah. Elle grimace légèrement et repose le chiffon sur la table en relevant son regard vers l'Originel.

« Ça va, je sais, je suis une garce. Arriviste, manipulatrice, mauvaise, vulgaire, prétentieuse, j'avais bien compris que j'étais une personne abjecte à tes yeux, particulièrement depuis cette histoire de guéguerre pour la régence de la ville. » Elle roulait des yeux pour accentuer la lassitude qu'elle éprouvait. Entendre tous les adjectifs qu'elle avait cité pour la décrire était devenue une habitude. « Tu as le droit de me détester, mais ce n'est pas mon cas. Je ne t'ai jamais détesté même si je ne suis pas toujours d'accord. Tu sais que je te porte une certaine admiration. Alors oui, on peut dire que je t'avertis pour te protéger. Parce que je crois que c'est une menace qu'il ne faut pas prendre à la légère. Et je crois que leur flèche était empoisonnée. En soit, je ne sais pas combien de temps, il me reste, donc il faut que quelqu'un puisse sauver cette ville. »

Elle fermait les yeux légèrement, prenant conscience qu'elle admettait se sentir vulnérable et qu'elle allait certainement bientôt mourir. Elle secoue la tête en soupirant longuement avant de relever son regard vers Elijah après s'être appuyé au dossier d'une chaise.

« Et Elijah... Je n'ai confiance qu'en toi. »
©️ ASHLING POUR EPICODE




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Elijah Mikaelson
Originel
Morsures : 154

MessageSujet: Re: What a theatrical Pierce  Ven 10 Aoû - 11:56

What a theatrical Pierce

Katherine & Elijah



S’il avait effectivement décidé de mener la vie dure à Katherine, concernant la reprise de la ville qui symbolisait l’un des joyaux les plus précieux des Mikaelson, ce n’était pas pour agacer Katherine ou pour lui montrer qu’il était le plus fort. En réalité, il aurait bien voulu rayer cette préoccupation de sa liste pour s’occuper pleinement du dossier « chasseur ». S’il avait rejoint cette conquête sauvage de la Nouvelle-Orléans, c’était pour honorer son frère décédé. Elijah ne consacrait pas autant d’importance à la ville que Niklaus. Néanmoins, l’originel savait que si son frère reviendrait, il serait doté d’une colère extrême en voyant son propre bijou aux mains d’une Piece, et reprocherait certainement à Elijah de ne pas avoir levé le petit doigt pour se battre. Alors il avait pris les commandes des opérations, ne faisant pas assez confiance à Marcel pour mener la bataille. Certes, il aurait pu être aidé de Freya, mais refusait toute sorte d’aide pour ne pas ajouter des inquiétudes supplémentaires sur la conscience de sa fratrie.

« Tu ne te levais plus en pensant à Niklaus » Elijah dû se contenir pour ne pas révéler un rire affreusement triste. Katherine avait tout faux. Le noble cerf pensait à Niklaus, matin, midi, et soir. Outre Hope, c’était sans doute le seul Mikaelson à avoir autant de mal à tourner la page. Il se trouvait faible, pathétique, larmoyant, mais pourtant, cette douleur constante enveloppait son cœur empêchait des battements de cœur fluides. Il pensait également à Niklaus pour une toute autre raison. En effet, Elijah, comme auparavant, se donnait à 100% pour sauver sa famille, pour éviter d’annoncer à Niklaus, au cas où d’un possible retour, un autre décès. C’est pourquoi l’originel se mettait une pression considérable sur ses épaules, mais il avait réussi à tenir sa famille en sécurité depuis un an.

-Katherina, s’il te plaît. Laisse-moi être honnête avec toi. Il ouvrit les fenêtres de son salon d’un geste raffiné, pour faire rentrer la frénésie des rues de la Big Easy à l’intérieur du manoir. Je me fiche de l’avenir de la Nouvelle-Orléans Katherine. Si cela ne tenait qu’à moi, je serais même ravie de te mettre la couronne sur ta sublime chevelure. Il soupira, laissant la tristesse envahir son visage. Je veux juste protéger ma fratrie, mais inconsciemment, Niklaus m’oblige à me battre pour cette ville. J’aimerais ne pas être en conflit avec toi Katherine, car, il vient poser sa main sur la joue de la Petrova, pour plonger son regard dans le sien, il m’est strictement impossible pour moi de te détester entièrement. Je suppose qu’une partie de moi a encore un cœur.

Il s’éloignait pour partir se servir un autre verre, d’un autre alcool, et pensait à ses propres paroles. Lui qui s’était promis d’être impitoyable, d’effacer sa gentillesse, retombait dans ses travers nobles et diplomates. Cependant, Elijah savait parfaitement où il allait. Il pouvait prétendre être sympathique mais s’il le fallait, il utiliserait les faiblesses de Katherine pour l’anéantir complètement et définitivement. Si elle venait, pour une raison quelconque, mettre en danger sa fratrie, Elijah saura très facilement enlever ce masque de civisme qu’il portait quotidiennement.

Il s’amusait à faire tourner le liquide dans son verre, maitrisant parfaitement les ondulations du bourbon en écoutant les nouveaux propos de Katherine. Il s’arrêtait soudain, sentant un ouragan d’inquiétude l’envahir. « Flèche empoisonnée ». Etrangement, alors que cela n’avait pas beaucoup de rapport, Elijah revit la trahison de Marcel, dont la morsure était également empoisonnée et avait bien failli tuer Kol. Était-ce le même poison ? Pouvait-il tuer un originel ? Comment trouver un remède rapidement ? Toutes ces questions se chamboulaient chaotiquement dans l’esprit d’Elijah, qui craignait revivre les mêmes scènes qu’avec Marcel. C’en était trop, il craquait, et lançait son verre sur l’un des murs en hurlant, exotérisant sa rage ainsi que sa peur. Il attendit ensuite quelques secondes pour prendre une grande inspiration, et se retourner vers Katherine.

-Katherine, ne dis pas de telles idioties. Il s’approchait d’elle pour reprendre son bras, sans appuyer sur sa blessure, cette fois-ci. Que veux-tu dire par empoisonnée ? Je peux demander à Freya d’essayer de trouver une solution pour te guérir.

Il ne s’attendait pas à une nouvelle aussi inconvenante et la surprise pouvait se lire sur son visage. Lui qui, avant que Katherine n’arrive, avait un plan parfaitement élaboré pour l’anéantir, se voyait maintenant en train d’aider la femme qu’il a aimé une fois. Oui, elle pouvait le faire marcher, oui, elle pouvait lui mentir et le trahir, mais il ne pouvait pas ne pas réagir. Elijah fermait les yeux, espérant ne pas regretter ce choix.

-Si tu as confiance en moi alors, faisons une alliance. Tu veux t’emparer de la ville, je veux m’emparer de la ville, alors gouvernons-là ensemble. Ne me fais pas regretter ce geste car si je sens que quelque chose ne tourne pas rond, je n'hésiterais pas à t'injecter beaucoup plus de poison.




Code Hesa #9a2d2d


“Family means no one gets left behind or forgotten".
When everything goes to hell, the people who stand by you without flinching, are your family. Always and forever
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Katherine Pierce
Vampire
Morsures : 110

MessageSujet: Re: What a theatrical Pierce  Ven 10 Aoû - 18:48
Deal with a Noble
"I don't even remembrer who I was when we first met, and... I wanna find out."

Rien ne s'était vraiment passé comme ça l'aurait dû. Dans une scène parfaitement normale, élaborée par les scénaristes de leur vie, Katherine aurait provoqué Elijah jusqu'à ce que la folie s'empare de son être, le rendant rouge de colère pour cette femme qu'il avait jadis aimé. Ils se seraient peut-être cherchés, provoqués. Elijah aurait perdu son sang-froid et ils auraient emporté avec eux leurs rancœurs dans un combat duquel Katherine ne serait pas sortie indemne. Mais les choses étaient bien différentes sous le ciel de la Nouvelle-Orléans qui réservait à ses habitants plus de rebondissements qu'ils ne pouvaient l'imaginer.

Katherine écouta les paroles d'Elijah et remontait lentement son regard vers l'Originel lorsque ce dernier vient prendre son visage dans ses mains. Le regard de la belle brune est plus adouci, démuni de cette provocation qu'elle aimait arborer habituellement pour faire comprendre à ses ennemis comme assaillants qu'elle les prenait de haut. Elle ne prenait pas Elijah de haut, elle se sentait même toute petite face à ces quelques mots prononcés avec calme. Elle non plus n'arriverait pas à détester Elijah, ce même avec toute la volonté du monde. Il devait d'ailleurs être la seule personne pour qui elle se sentait ainsi. Habituellement cruelle, elle n'aimait personne en dehors des fois où ils criaient leur agonie pour qu'elle veuille bien épargner leur triste vie. Katerina n'était pas invincible, elle n'avait pas les capacités physiques qu'Elijah, Rebekah ou Kol pouvaient avoir et elle savait qu'un pieu bien placé ou une main dans l'abdomen pouvaient lui ôter cette vie qu'elle avait si durement tenté de garder.

Elle prend une grande inspiration, il est vrai qu'Elijah n'était pas trop du genre à s'attarder sur l'obtention d'une ville qui ne souhaitait pas gouverner. Elle savait donc qu'il faisait cela pour son frère. À dire vrai, su début sa rébellion était simplement pour se venger de Niklaus qui devait se retourner dans sa tombe... ou dans son cas : dans son urne. Elle s'était simplement prise au jeu du chat et la souris avec Elijah et elle avait réellement voulu exterminer la menace des chasseurs quand Illiana lui avait expliqué à quel point ils pouvaient être une menace corrosive avant de ne devenir l'une de leurs premières victimes. Elle expire enfin, relâchant la bouffée d'air qu'elle venait de prendre.

Un léger sursaut fait bougé la chaise sur laquelle elle s'appuyait puis elle jeter un coup d’œil à la pièce pour s'assurer que le hurlement d'Elijah n'avait alerté personne. Elle ne parlait pas encore, pas même quand il vient lui saisir le bras. Elle remonte simplement la joue d'Elijah main sur sa joue puis retire un bout de verre qui s'était logé discrètement entre son cuir chevelu et son oreille.

« Oui... bon... »

Elle abaisse sa main et incline le visage en grimaçant légèrement.

« Je suis loin d'être une personne de confiance et tu peux totalement croire que je te mène en bateau... Après tout, ce ne serait pas la première fois. »
Disait-elle avec un brin de fausses ironies dans la voix. « Mais pas cette fois, je ne sais pas combien de temps ma blessure va me garder en vie alors je n'ai foutrement aucun intérêt à me moquer de toi. Sauf si voir ta colère est la dernière chose que je veux voir avant de... enfin tu vois. Et ce n'est pas ce que je veux. »

Elle se recule légèrement et hausse les épaules en posant ses fesses sur le haut de la table de la salle à manger en passant une main nerveuse sur son visage laissant ses yeux se fermer face à cette situation qui était en train de lui échapper.

« Je pense que... » Elle rouvre ses yeux et les ramène dans ceux de son interlocuteur. « Je pense que d'une manière ou d'une autre, si on veut comprendre comment ils fonctionnent et ce qu'ils on mis dans leur poison, il faut les observer. Ils logent dans le bayou, on devrait aller y faire un tour. Parce que je ne suis pas sûre que ta sœur pourra faire quelque chose si elle n'a pas toutes les informations. Et si tu veux essayer de sauver ta famille, c'est la meilleure chose à faire. »

Elle le regardait et haussait les sourcils avant de grimacer et gémir légèrement de douleur. Son bras commençait à lui faire ressentir une douleur semblable à celle d'une brûlure. Instantanément, elle plaque sa main sur la plaie et baisse le regard sur cette dernière qu'elle laisse quelques secondes, le temps que la douleur s'atténue puis elle retire lentement sa main qui était recouverte d'une épaisse couche de sang, un sang anormalement noir foncé. Son visage semble se décomposer à cette vue et elle relève le regard emplit d'incompréhension vers Elijah.
©️ ASHLING POUR EPICODE




Revenir en haut Aller en bas
 
What a theatrical Pierce
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Darkness Will Rise Again  :: Dynasty of Shadows :: | Votre destin est entre nos mains. :: Habitations :: Manoir Mikaelson-
Sauter vers: