AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Partagez | 
 

 How dare you Camille O'Connell ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Elijah Mikaelson
Originel
Morsures : 154

MessageSujet: How dare you Camille O'Connell ?  Mer 8 Aoû - 18:52

How dare you Camille O'Connell ?
Elijah Mikaelson & Camille O'Connell



La confiance est bien connue pour être difficile à acquérir et à donner. C’est avec elle, qu’une personne peut se livrer complètement à un autre, sans avoir une peur constante d’être constamment jugé. Elle est une valeur noble, rare, et précieuse comme la soie, alors vaut mieux ne pas en abuser. Cette confiance sera mise à rude épreuve dans un couple ou une amitié à cause de son pire ennemi : La trahison. Certaines personnes sont assez fourbes pour révéler tous les secrets très confidentiels d’une personne à son pire ennemi. Parfois, une trahison pouvait être vue dans le bon sens du terme, pour « protéger » un peuple, mais, cela reste une trahison.

Elijah avait expérimenté des centaines de trahison durant son existence, particulièrement par ses frères Kol et Klaus. L’hybride avait déjà tué plusieurs petites amies d’Elijah, et, quant à Kol, il s’était amusé à trahir sa famille entière plusieurs fois, malgré la menace d’une dague dans son cœur. Il avait toujours remonté la pente d’une certaine manière, mais aujourd’hui, il n’était pas sûr de pouvoir le faire de nouveau. Il n’aurait jamais pensé que Camille O’Connell, à présent veuve, puisse le trahir, malgré tout le soutient qui lui avait donné pour faire face à la mort de son mari. Il avait toujours été là pour elle, il avait toujours été une oreille attentive pour la jeune barmaid, et pourtant…elle avait préféré rejoindre le clan des chasseurs, le clan qui voulait profondément abattre les Mikaelson. Malgré toutes les réflexions qu’il a pu faire, Elijah n’arrivait pas à comprendre un tel choix.

Ainsi, il avait décidé de rendre une visite quelque peu surprise à Camille pour lui faire prendre conscience que ce choix ne lui plaisait guère. Il allait essayer d’être le plus diplomate possible, bien que l’envie de tuer Camille était étrangement grande. S’il commettait l’irréparable, il savait que Niklaus allait lui mener la vie dure en le daguant, le torturant d’une manière dont lui seul avait le secret. Cependant, pour sa propre défense, Elijah craignait que cette alliance plus que surprenante entraîne un décès d’un de ses proches. Il avait assez pleuré, et il ferait absolument tout pour sauver sa fratrie.

Vêtu de son costume noir sur lequel sa cravate bleue foncée ressortait légèrement, Elijah parcourait les rues de la ville de son frère pour aller rejoindre l'appartement de Camille. Sur le chemin, de nombreux regards insistants se posèrent sur sa personne, sans doute pour essayer de décrypter ses émotions derrière son masque de fer. L'originel préféra les ignorer et continua sa route jusqu'au lieu souhaité.

En arrivant devant la porte d'entrée, il gardait sa main gauche dans sa poche de pantalon et toquait à l'aide de l'autre main. Il attendit quelques secondes et put apercevoir que personne ne lui ouvrait. Il pinçait alors ses lèvres pour donner un coup de pied sec dans la porte, afin qu'elle s'ouvre complètement, révélant l'appartement parfaitement décoré de Camille. Il rentrait dedans, observant tout autour de lui dans un calme olympien, avant d'aller se positionner devant la fenêtre du salon, pour observer l'activité à travers les rues de la Nouvelle-Orléans.

Après quelques longues minutes de solitude, il sentit une présence féminine rentrer dans la pièce. Baissant légèrement les yeux, il se retourna pour faire face à Camille, ne lui adressant aucun geste de sympathie.

-Nous avons besoin de parler Camille, immédiatement. Je n'ai pas de temps à perdre, et ma patience ne va certainement pas excéder les cinq minutes. Alors dis-moi,
il s'avançait vers elle, le regard remplit d'une haine peu commune. Que trouves-tu amusant dans le fait de mettre MA propre famille en danger en t'alliant avec ces ignobles chasseurs, qui, je te rappelle, profitent du deuil des Mikaelson pour préparer leur descente en Enfer. Je te pensais l'une des nôtres Camille O'Connell.



egotrip





“Family means no one gets left behind or forgotten".
When everything goes to hell, the people who stand by you without flinching, are your family. Always and forever
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Cami O'Connell-Mikaelson
Humain
Morsures : 236

MessageSujet: Re: How dare you Camille O'Connell ?  Mer 8 Aoû - 23:14
I want to save my familyDans la vie, il faut savoir faire des choix pour protéger les siens. Je n'avais pas rejoint les chasseurs de gaieté de cœur. Je l'avais fait parce qu'il fallait que quelqu'un soit infiltré chez eux pour pouvoir voir de plus prêt les pratiques douteuses qu'ils mettaient en place pour venir à bout des créatures si monstrueuses qu'étaient les vampires, les loups, les sorciers et tous les autres. Il fallait que quelqu'un soit apte à mettre fin à la guerre qu'ils voulaient déclencher avant même qu'elle n'explose. Je n'avais jamais vraiment été la recrue idéale, moi et mes idées si ouvertes sur le bien ou le mal. J'avais toujours été si douce avec tout le monde, je voulais toujours voir le bon côté même chez la pire crapule, une des raisons qui m'avaient fait tomber amoureuse de Klaus sans aucun doute.

Je pensais qu'en rejoignant les chasseurs, cela paraîtrait plausible aux yeux de tous. La mort de Klaus m'avait fait péter les plombs et c'est cette raison qui m'avait poussée à agir de la sorte, ça semblait crédible dit comme ça. Et jusque-là, tout le monde semblait être tombé dans mon subterfuge, pour combien de temps ?

J'avais eu peur de la réaction de ma famille à qui je n'avais évidemment pas parlé de ce choix, hormis à Hope, pour qu'elle couvre mes arrières. Je m'étais largement rapproché de la jeune femme depuis la mort de son père, je crois que c'est avec elle que j'ai eu le plus de facilité à m'ouvrir. Avec Elijah c'était toujours compliqué, je savais à quel point il était détruit et j'avais peur que les paroles que je pourrais avoir n’aggrave la situation un peu plus qu'elle ne l'était déjà, alors je ne parlais pas. Je ne lui avais pas dit ce que je comptais faire pour la simple et bonne raison que je savais qu'il allait m'en empêcher d'une manière ou d'une autre, en me disant que c'est trop dangereux et Niklaus n'aurait pas voulu que je fasse. Sauf que voilà, Niklaus n'était plus, et il fallait que quelqu'un vienne en aide aux Mikaelson qui allaient bientôt heurter un immense mur que l'on appelle les chasseurs de l'ombre. Il était évident que personne ne semblait comprendre ma décision et c'était bien mieux comme ça de toute façon, parce que je ne voulais pas avoir à revenir en arrière. Je n'avais plus rien )à perdre. J'avais déjà perdu beaucoup, alors je jouais mon dernier coup de poker.

J'évitais Elijah depuis quelque temps maintenant, parce que s'il y avait bien un Mikaelson qui devait voir mon changement de champ d'un mauvais œil, c'était bien lui ? J’appréhendais notre entrevue, mais je savais qu'elle finirait par arriver un jour ou l'autre. Je ne voulais pas lui avouer les réelles motivations, parce que je voulais le laisser en dehors de tout ça. Il pouvait me détester encore quelques mois, je sais que si je parvenais à sauver ce que je pouvais sauver avec ma petite ampleur, il finirait par me pardonner.

En ce début de soirée, le ciel était orangé et le jazz raisonnait dans les rues du Big Easy, une des rares choses que j'avais encore le droit d'apprécier ici. En arrivant chez moi, je remarque que la porte d'entrée semble défoncée. Instinctivement, je sors l'arme que je gardais toujours sur moi pour entrer à l'intérieur. Quelque chose que les chasseurs nous apprenaient lorsqu'on rentrait dans leur cercle privatisé.

Une fois que je tombe sur Elijah je soupire, soulagée que ce ne soit pas quelqu'un venu pour me tuer... Quoi qu'après tout, il pouvait être venu pour faire la même chose, il devait me haïr. Je range mon arme et tousse légèrement, faussement détachée et je pars pour poser ma veste sur le dossier de ma chaise.

« Je n'ai rien à te dire, Elijah. Tu peux rentrer chez toi. »


©️ 2981 12289 0


       

   
« I'm the wall beetween your reality and mine. »
I'm touched, I'm touching and sensitive. People destroy me and people soothe me. I'm the one that I want you to see.
I have feelings. I'm not a robot. I'm in the shadow and the light. I'm Cami and me too, I'm human. © .bizzle
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Elijah Mikaelson
Originel
Morsures : 154

MessageSujet: Re: How dare you Camille O'Connell ?  Jeu 9 Aoû - 13:14

How dare you Camille O'Connell ?
Elijah Mikaelson & Camille O'Connell


Malgré la mort de son frère, Elijah n’avait pas arrêté de se remettre continuellement en question. Sachant pertinemment qu’il était très loin d’être parfait, il élaborait un travail personnel sur sa propre personne quand l’un de ses proches devenait froid avec lui, quand sa petite amie actuelle n’était plus aussi romantique qu’avant, ou quand quelqu’un voulait prendre ses distances avec lui. En l’occurrence, c’était Camille qui le repoussait depuis ce tragique jour de mariage. A chaque fois que l’originel avait voulu prendre de ses nouvelles, la jeune humaine le repoussait, lui disant droit dans les yeux qu’elle n’avait pas besoin de son aide et qu’il pouvait partir.

Ce comportement avait logiquement inquiété Elijah. Niklaus lui avait confié le devoir de veiller sur sa fille, mais également sur sa femme, et voilà qu’il était incapable de faire parler la barmaid sur ses certaines blessures émotionnelles. Alors pendant de nombreux jours, et même encore aujourd’hui, Elijah se demandait s’il n’avait pas vexé Camille, ou blessé à cause d’une parole anodine. Pourtant, avec sa famille, l’originel demeurait bien plus à l’écoute qu’avant la mort de Niklaus, pour essayer d’apaiser les souffrances de sa fratrie. Oui, au fil des mois, il accumulait, les témoignages troublants et poignants de ses sœurs, il s’emparait de leur tristesse pour qu’elles soient un brin plus heureuses et pour qu’elles voient un mince filet de lumière dans cet océan de noirceur. Malgré cette quantité incalculable de tristesse qui stagnait à l’intérieur de son âme détruite, il était encore prêt à écouter les propos de Camille sur la mort de son mari.

Elijah était comme un journal intime ouvert au grand publique. Chacun, s’il le souhaitait, pouvait venir se confier à lui pour enlever une surcharge émotionnelle de leur propre corps afin de respirer plus librement. C’était notamment grâce à ça, qu’il pût voir sa fratrie complètement dévastée après la disparition de Niklaus mais qu’il pût également la voir retrouver un meilleur moral au fil des jours, tandis que lui, s’enfonçait dans son propre deuil. Pour Elijah, le plus important était la santé de sa fratrie, pas de sa propre personne. Il se fichait de son état, il se fichait d’être abattu, il voulait juste tenir la main à Kol, Freya, Rebekah, Hope, et bien sûr, Camille, pour les aider à atteindre le sommet de la pente qui représentait un bonheur, fragile, mais un bonheur tout de même.

Lorsqu’il avait vu Camille rentrer dans la pièce avec son arme, il comprit qu’elle avait définitivement rejoint les chasseurs, et que tout ceci ne s’avérait pas être du bluff. Il passait sa main sur sa nuque en fermant les yeux, se disant pour lui-même qu’il avait vraiment loupé une étape dans l’évolution de l’humaine. Il s’assit dans l’un de ses fauteuils, en posant son coude gauche sur l’accoudoir, pour pouvoir se frotter les yeux. Il ne cachait pas son profond soupir en réouvrant enfin ses yeux pour les poser sur Camille.

-Camille, quand vas-tu arrêter de me repousser ? Ais-je fait quelque chose de mal ? Ais-je dit une parole qui t’as vexée Camille ? Il se leva pour s’approcher d’elle. J’ai besoin de savoir ce qu’il se passe chez toi, j’ai besoin de comprendre, il prit l’arme de la chasseuse pour la claquer sur la table, cette grotesque bêtise que tu viens de faire. Tu préfères aller voir ces abominations plutôt que moi ?!

Il s’éloignait de la chasseuse pour poser sa main sur sa hanche, et l’autre sur son visage, repensant à la discussion qu’il avait eut avec Katherine.

-Je viens à l’instant de finir mon rendez-vous avec Katherine, et elle m’a annoncé très explicitement qu’elle te tuerait si elle te voyait.
Il relevait son regard, passant son pouce sur sa lèvre inférieure. Camille, Niklaus m’a demandé de veiller sur toi, mais en t’alliant avec ces monstres, tu rends la tâche très difficile. Il haussait subitement sa voix. J’essaie de protéger absolument TOUT LE MONDE depuis le départ de Niklaus, et tu viens de magnifiquement réduire tous mes efforts à néant Camille O’Connell.

Il regardait un bref instant l'arme sur la table avant d'aller observer la vue à la fenêtre.

-Comment peux-tu me trahir ? Comment peut-tu te moquer ouvertement de moi alors que j'ai tenté le tout pour le tout pour t'apaiser de ta souffrance Camille, et je m'excuse si mes efforts n'étaient pas suffisants pour que tu te livres.

egotrip





“Family means no one gets left behind or forgotten".
When everything goes to hell, the people who stand by you without flinching, are your family. Always and forever
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Cami O'Connell-Mikaelson
Humain
Morsures : 236

MessageSujet: Re: How dare you Camille O'Connell ?  Ven 10 Aoû - 0:26
I want to save my familyJe ne m'attendais pas à ce qu'Elijah accepte mon changement de clan après l'avoir repoussé prendant près d'un an. À dire vrai, je m'attendais à ce genre de scène, un face-à-face musclé où il m'exprimerait la déception que j'avais causé en son sein pour l'avoir trahi comme je l'avais fait. Je n'étais pas Niklaus ou encore Rebekah, il n'allait pas me pardonner parce que je lui aurais sorti de jolis discours sur la famille incassable en finissant par un très solennel « Pour toujours et à jamais ». Je n'avais pas le même sang que lui et par conséquent, je ne ferai sûrement jamais réellement partie de sa famille, et je n'en étais de toute façon pas digne. La haute trahison que j'avais faite allait me valoir de gros ennuis et probablement leur mépris pendant des années, jusqu'à ce que la menace des chasseurs soit complètement effacée du tableau, cela prendrait un an, trois, peut-être vingt, mais je ne lâcherai pas, je me devais d'honorer le nom que je portais même si la personne qui m'avait passé la bague au doigt pour me le donner n'était plus là.

Elijah me serrait le cœur, il me faisait de la peine, je sentais mon cœur se serrer un peu plus dans ma poitrine alors que je lui tournais le dos pour qu'il n'ait pas à voir toute la culpabilité dessiner les traits tirés de mon visage. Je l'avais écarté de ma vie pendant un an alors qu'il cherchait à aider tout le monde, mais personne ne l'avait aidé et je m'en voulais énormément. J'aimais cet homme plus qu'il ne le pensait. Il était comme un meilleur ami, comme un frère que je n'avais plus et j'avais agi en parfaite idiote, si lui allait finir par me pardonner un jour, je n'étais pas sûre d'être capable d'en faire autant à mon sujet. Je pensais que l'encombrer des méandres qui m'habitaient n'était pas nécessaire, il avait déjà bien à faire avec son propre deuil et celui de ses sœurs qu'il devait porter à bout de bras. Sans parler de Hope, qui devait sans doute être la plus inconsolable de tous. Du moins, lorsque nous avions échangé, c'est ce que j'avais cru comprendre.

« C'est peut-être mieux comme ça. » Disais-je froidement après l'annonce d'une potentielle mort des mains de son ennemie.

Je n'avais pas envie de mourir, ni même de m'éloigner d'Elijah, mais c'était malheureusement la meilleure solution que j'avais à faire si je voulais mener mon plan au bout. Il ne devait pas savoir que je faisais ça pour essayer de comprendre comment les chasseurs fonctionnaient afin de leur retourner le cerveau pour contrer leurs plans machiavéliques. C'était sûrement l'idée la plus stupide que j'avais prise de ma vie, mais avais-je seulement quelque chose d'autre à perdre ? Je ne pouvais pas revenir en arrière et changer ce qui avait été fait et je me retrouvais maintenant dans de beaux draps. Tant pis pour moi.

« Écoute Elijah... » Soufflais-je avant de me retourner pour lui faire face. « On fait tous notre deuil comme on peut. Je n'avais pas envie de te parler parce que je ne voulais pas que ma peine pèse sur la tienne. Tu avais déjà bien à faire avec ta famille. Je ne voulais rien avoir à rajouter. »

Je sors pose ma veste sur le canapé et m'adosse à l'arrière de ce dernier en croisant mes bras sur ma poitrine.

« Tu ne peux pas comprendre les raisons qui m'ont poussée à faire ce que j'ai fait. Tu les comprendras un jour je n'en doute pas. Mais pour l'heure, je n'ai pas envie de discuter de ça avec toi, continue de me voir en traître et de me détester, crois-moi, c'est la meilleure chose que tu puisses faire. » Je jette un coup d'œil à l'extérieur à travers ma fenêtre. « Pars, s'il te plaît. Si quelqu'un voit que tu es ici, ils risqueraient de se poser des questions. Je n'ai plus rien à voir avec la douce Cami. Elle est morte en même temps que son mari. »


©️ 2981 12289 0


       

   
« I'm the wall beetween your reality and mine. »
I'm touched, I'm touching and sensitive. People destroy me and people soothe me. I'm the one that I want you to see.
I have feelings. I'm not a robot. I'm in the shadow and the light. I'm Cami and me too, I'm human. © .bizzle
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Elijah Mikaelson
Originel
Morsures : 154

MessageSujet: Re: How dare you Camille O'Connell ?  Ven 10 Aoû - 15:13

How dare you Camille O'Connell ?
Elijah Mikaelson & Camille O'Connell


Il avait la désagréable impression d'entendre son frère dans les périodes les plus dépressives de son immortalité. Les périodes dans lesquelles Niklaus avait cette fâcheuse tendance à se laisser aller, à ne plus vouloir combattre, et à ignorer tout le monde. Dans ces périodes, Elijah avait toujours montré un soutient loyal à son frère, ce qui, la plupart du temps, l'aidait à sortir de cette boucle infernale. En revanche, l'originel n'était pas sûr d'avoir la même patience avec sa belle-sœur...

« Non, ce n’est pas mieux comme ça Camille ! » Dit-il soudainement en tapant littéralement du poing sur la table. Il se relevait rapidement, faisant tomber sa chaise en arrière, et pointait du doigt Camille. Je ne laisserais pas Katherine lever la main sur toi, est-ce que tu me comprends ? Niklaus m’a demandé de veiller sur toi, et c’est ce que je fais. Je n’arrive pas à te faire parler, je n’arrive pas à te soulager, qu’est-ce qui va penser de moi à ton avis ? Il plissait les yeux, secouant sa tête en signe de dégoût. Que je suis incapable de rendre heureuse sa femme ? Que je n’ai pas accompli la seule tâche qu’il m’a demandé ? Que j’ai été incapable de te sauver si tu venais à périr ? Il se frottait doucement  le front. Je ne veux plus entendre de telles paroles de toi Camille.

Son agacement montait petit à petit, titillant dangereusement ses nerfs qui s’avéraient être armés d’une électricité explosive. Il avait envie de se jeter sur elle, de retirer chaque organe de son corps pour sentir le sang submerger sa main habituellement propre, de la faire infiniment souffrir pour cette trahison injustifiée. Mais non, il n’allait pas montrer ce côté sombre de sa personnalité, du moins…pas de suite. Pas tant ses nerfs n’avaient pas cédé face au poids de sa rage. Pour l’instant, il se contentait de remettre Camille à sa place.

-Mon rôle dans cette famille est de contribuer au bonheur de tous en écoutant les songes de ma fratrie. J’aurais pu supporter ta tristesse et ton deuil Camille, et si tu as envie de te livrer, fais-le maintenant, pendant que je suis là. Je préfère entièrement t’écouter et te soulager que de te voir à ce point détruite au point de vouloir mourir. Il tapotait ses doigts sur la table centrale. J’ai passé plus de mille ans à écouter les inquiétudes, les colères, les tristesses de Niklaus et Rebekah, j’ai accumulé des milliers de confessions alors je peux en accueillir encore une autre Camille. Il fronçait les sourcils, souriant hypocritement. Mais j’avais oublié que tu préfères te confier à des parfaits inconnus qui veulent tuer la famille de ton ex-mari.

Il fit le tour de la table en durcissant son regard pour venir se planter devant la jeune humaine. Il contractait sa mâchoire sentant l’énervement pomper dans ses muscles.

-Je te préviens d’avance. Si, de part ton alliance, quelque chose de grave ou de fatal arrive à l’un de mes frères ou l’une de mes sœurs, à Hope, à Hayley ou à l’un de mes proches, je te fais la promesse d’accomplir ton souhait de mourir ; et je ne vais pas être clément. Tu as dit au revoir à la douce Camille, j’ai dit au revoir au diplomate Elijah. Tu veux jouer ? Il haussait un sourcil, baissant le volume sonore pour paraître bien plus sombre. Alors jouons. J’avais tort au mariage, il secouait sa tête, tu ne mérites pas de porter le nom Mikaelson, tu ne mérites pas l’amour que Niklaus t’as montré, malgré sa grande difficulté à exprimer des sentiments, il s’est battu pour toi, il s’est inquiété pour toi, il s’est sacrifié pour que tu puisses quitter Blacktown et qu’est-ce ton remerciement ? Vendre sa propre famille aux mains des chasseurs. Je pense que, même dans mes souvenirs les plus lointains, Kol n’a jamais commis une telle trahison.

Son intonation avait été plus que glaciale, aussi glaciale que lorsqu’il s’exprimait avec ses pires ennemis comme Aurora ou Esther. Elijah était sans doute l’originel qui détestait le plus une trahison, c’est pourquoi Kol était loin d’être son frère « préféré » bien qu’il protégeât absolument tout le monde dans sa fratrie. Camille était redescendu dans son estime, et, à présent, elle n’était qu’une simple « connaissance » qu’il allait abattre rapidement s’il ne se calmait pas. Il préférait donc s’éloigner de Camille mais se retournait subitement en se rappelant ses dernières paroles. Son intonation s’était élevée et il s’était presque mis à crier.

-Alors qu’ils se posent des questions et qu’ils viennent ici ! Il est temps que je rencontre tes collègues. Qu’ils viennent négocier ou me tuer qu’importe. Je préfère me prendre une flèche plutôt que de voir ma fratrie souffrir à cause d’eux, et à cause de toi ! Alors si ma mort peut leur faire gagner du temps pour que mes sœurs s’organisent et survivent, je serais ravi de me jeter la tête la première vers les chasseurs.

Oui, il s'agaçait, et il s'apprêtait à commettre la plus grosse erreur de sa vie s'il n'arrivait pas à reprendre le dessus rapidement.


egotrip





“Family means no one gets left behind or forgotten".
When everything goes to hell, the people who stand by you without flinching, are your family. Always and forever
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Cami O'Connell-Mikaelson
Humain
Morsures : 236

MessageSujet: Re: How dare you Camille O'Connell ?  Sam 11 Aoû - 21:13
I want to save my familyJe ne comprenais pas l'intérêt qu'avait trouvé Elijah à venir me rendre une petite visite de discourtoise en cette si belle matinée. Je savais que mon retournement de veste allait lui faire de la peine, certainement lui faire penser à son frère et à la honte qu'il devait ressentir face à toutes les choses que Klaus et moi avions traversées. Il devait aimer se faire du mal, venir appuyer à la source même d'un des nombreux maux qui le rongeaient. C'était maso et un peu idiot. Parce qu'il nous faisait mal à tous les deux, même s'il ne voyait pas le mien. Je comprenais cependant qu'il ait l'envie de comprendre mes motivations, les raisons qui avaient fait que j'avais trahi la confiance d'un homme qui la confie pourtant si durement. De plus, agir comme je l'avais fait n'était pas du tout mon genre, je n'avais jamais changé de camp pour me liguer avec les ennemis des gens que j'aimais. J'avais même peur qu'il comprenne la supercherie de lui-même et qu'il vienne me voir pour me dire que ça ne servait à rien de continuer, qu'il avait compris et qu'il n'était pas d'accord. Heureusement pour mon plan, il n'avait rien remarqué.

Les paroles qu'il venait d'avoir à mon égard me brisaient littéralement, mais en même temps, je m'y attendais un peu, je n'aurais pas pensé qu'elles auraient été dites avec autant d'intensité et de haine dans l'intonation, mais il se sentait trahi et délaissé, c'était normal qu'il me déteste. Je me retenais pour ne pas craquer, me mettre à pleurer et lui révéler l'intégralité de ce plan que j'avais mis des mois à consolider.

Depuis la mort de Klaus et la perte de notre enfant, j'avais tendance à me laisser submerger bien trop facilement par mes émotions et à avoir de plus en plus de mal à les contrôler. En entrant dans le cercle des chasseurs, j'avais appris à reprendre le contrôle sur mes émotions et à moins laisser ces dernières prendre le dessus sur ma raison. C'est d'ailleurs l'une des rares choses positives que les chasseurs m'avaient apportée, après l'art du corps-à-corps. Mais cette fois, c'était plus compliqué que je ne le pensais, je ne savais pas si j'allais avoir la force de maintenir mes nerfs face aux paroles cruelles que tenais mon ancien beau-frère à mon égard. Je n'avais pas beaucoup de portes qui s'ouvraient à moi face à une situation pareille. Alors j'avais choisi la plus compliquée pour moi : lui donner raison. Il avait raison après tout, je n'avais rien d'une Mikaelson, je n'avais plus rien de la femme qu'il avait connu et qu'il avait apprécié comme l'une de ses plus proches amis, et ça ne serait peut-être plus jamais le cas. J'avais déjà un pied dans le mensonge et la trahison, j'allais mettre le deuxième.

Je le regardais froidement, croisant mes bras sur ma poitrine et relevais la tête.

« Tu as raison Elijah, je ne suis pas digne de porter le nom de Mikaelson. Pourtant les papiers son signés et on ne divorce pas d'un mort. » Je souriais faussement en le toisant du regard. « Je ne suis pas une Mikaelson, je ne l'ai jamais vraiment été que dans le cœur de ton frère et je ne le serai jamais. J'ai fait mes choix et je ne regrette pas ce que j'ai fait. »

Je ne savais pas encore si je le regretterais ou pas, pour le moment je m'efforçais juste d'essayer de garder ce mensonge crédible et il ne m'aidait vraiment pas.

« Tu n'iras rien demander aux chasseurs, Elijah. Parce qu'ils n'ont rien à te dire. Et d'ailleurs moi non plus, je n'ai plus rien à te dire. Tu as fait une erreur en venant ici, exactement comme ton frère en tombant amoureux d'un abject personnage tel que moi. » Je donnais un coup de tête en direction de la porte d'entrée pour la lui indiquer. « J'imagine que tu connais la sortie. »

©️ 2981 12289 0


       

   
« I'm the wall beetween your reality and mine. »
I'm touched, I'm touching and sensitive. People destroy me and people soothe me. I'm the one that I want you to see.
I have feelings. I'm not a robot. I'm in the shadow and the light. I'm Cami and me too, I'm human. © .bizzle
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Elijah Mikaelson
Originel
Morsures : 154

MessageSujet: Re: How dare you Camille O'Connell ?  Dim 12 Aoû - 11:34

How dare you Camille O'Connell ?
Elijah Mikaelson & Camille O'Connell


Ses paroles étaient devenues méchantes, arrogantes, radicales et spécifiquement haineuses pour la simple et bonne raison qu’Elijah avait l’impression que Camille lui enfonçait un couteau sans fin dans son dos. Ses artères, ses nerfs, mais aussi son cerveau était bombardé par sa détermination à assumer son choix inacceptable et individualiste. La barmaid au passé tumultueux avait l’air d’avoir trouvé une famille beaucoup plus accueillante et protectrice que les Mikaelson, puisqu’elle défendait ses collègues avec une force ostentatoire. Le caractère rancunier d’Elijah ne lui permettait pas de réfléchir correctement, et de prendre du recul sur cette situation anecdotique. S’il n’avait pas réagi au quart de tour, peut-être aurait-il vu le sens caché de cette alliance, bien qu’il n’aurait pas accepté ce choix.

Sa froideur était aussi tranchante qu’une lame de rasoir. Sans âme, sans cœur, sans bonté, et sans gentillesse, il n’y avait aucun doute que Camille soit dans le clan des chasseurs. La fragile et timide étudiante en psychologie était décédée pour laisser place à une machine de guerre qui avait volontairement effacé ses souvenirs de sa vie passée. Il ne savait pas comment Niklaus aurait réagi face à cette alliance, mais une chose est sûre, Elijah vivait très mal cette trahison, et en perdrait même ses valeurs diplomates.

-Non, coupa-t-il en secouant sa tête. Tu n’étais pas une Mikaelson qu’aux yeux de mon frère, tu l’étais pour moi aussi. Tu as su guider mon frère, le comprendre quand je n’arrivais pas à entendre ses choix, tu as su apaiser les tensions qui sont survenus entre Niklaus et moi, alors Camille, tu étais une Mikaelson pour moi aussi. Il émit une grimace de dégoût sur son visage avant de reprendre, balayant l’air à l’aide de sa main. Maintenant, quand je vois avec quelle détermination et quelle lucidité tu assumes de planter un couteau dans le dos de ma fratrie, j’ai honte que ton nom de famille comporte le mien.

D’un geste brusque et soudain, il vient attraper le col de la veste de la chasseuse pour la soulever légèrement, veillant à ce que ses pieds touchent subtilement le sol. Il laissait petit à petit sortir sa haine qui stagnait à l’intérieur de son corps, et qui ne demandait qu’à être déversée.

-Niklaus avait trouvé la femme de sa vie car je ne l’avais jamais vu autant heureux qu’avec toi. Il t’aimait malgré sa difficulté à le montrer. Je ne l’ai jamais vu s’inquiéter autant pour une femme, je ne l’ai jamais vu autant douter à chaque fois qu’il devait t’annoncer quelque chose. La moindre des choses, était de le remercier pour tous ses efforts et son sacrifice à Blacktown. Est-ce ceci ton remerciement ? Anéantir sa famille qu’il aimait énormément une fois les cieux rejoints ?! Imagine à quel point sa douleur doit être grande s’il voit tes actes, et imagine à quel point il doit souffrir de voir son plus grand amour rire avec ses ennemis, mes ennemis. Je me répète une nouvelle fois, mais Niklaus ne te méritais absolument pas.


Il lâchait Camille au sol, sans adoucir ses gestes, se fichant si elle avait pu se rattraper à la table ou non. Il était conscient d’être cru, dur à travers ses mots, mais face à une Camille aussi glaciale, mieux valait être sans pitié. Le pire était qu’il n’avait pas fini dans ses explications. Il fallait qu’il dise encore des milliers de choses à Camille, notamment quelque chose qui l’anéantissait encore aujourd’hui…
Il arquait un sourcil en regardant l’encadrement de la porte, puis transcrit un sourire hypocrite à Camille, ne bougeant pas d’un centimètre.

-Je partirais, quand je l’aurais décidé Mlle O’Connell.
Reprit-il très lentement, faisant volontairement exprès de ne pas dire son titre complet. Je n’ai encore jamais eu la chance d’exprimer des paroles sur l’enfant que tu as perdu. Il vient poser sa main sur la nuque de Camille, lui souriant une nouvelle fois, cette fois, beaucoup plus sincèrement. Il plongeait ses prunelles dans ceux de la jeune femme avant de reprendre. Avec mon plus grand respect, et ma plus grande sincérité, je suis euphoriquement heureux que tu aies perdu cet enfant, car cela aurait été un malheur pour moi de voir cet être innocent se faire élever par une hypocrite et idiote mère. Maintenant…

Sans attendre de réaction de la part de Camille, et se moquant si ses paroles l’avaient fortement blessé, il plaquait la barmaid au mur, serrant très franchement sa gorge pour bloquer petit à petit sa respiration. Il ne savait plus ce qu’il faisait, il ne savait plus qui il était, il ne savait plus qui était Camille. Il savait juste qu’il pensait faire le bon choix pour protéger sa famille…Il ne s’imaginait même pas à quel point la colère de Niklaus serait dévastatrice s’il tuait Camille…

-Je quitterais seulement les lieux lorsque ton corps sans vie reposera sur le sol Camille.




egotrip





“Family means no one gets left behind or forgotten".
When everything goes to hell, the people who stand by you without flinching, are your family. Always and forever
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Cami O'Connell-Mikaelson
Humain
Morsures : 236

MessageSujet: Re: How dare you Camille O'Connell ?  Dim 12 Aoû - 22:23
I want to save my familyJ'avais tout envisagé comme entrevu. Des paroles assassines aux portes qui claquent... Mais jamais, jamais je n'aurais pensé Elijah capable de lever la main sur moi, sur quiconque qu'il avait un minimum estimé. J'avais dû vraiment le pousser à bout pour qu'il en arrive là. Il ressemblait de plus en plus à son frère, vouloir prendre le trône de la ville pour lui rendre hommage devait commencer à lui bouffer l'humanité qu'il avait. Je n'aimais pas spécialement cette version-là d'Elijah, mais en même temps je ne pouvais pas lui en vouloir de me considérer comme une ennemie et de me détester, parce que je me détestais aussi des paroles que j'avais pu avoir à son égard.

Lorsque sa main attrape mon col, je ne préfère pas bouger, le laissant extérioriser sa haine. Ses paroles étaient comme mille couteaux qu'on me plantait dans la poitrine, qu'on retirait pour mieux me les remettre. Que penserait Klaus s'il nous voyait ? Les deux personnes qu'il aime le plus en train de se déchirer, à cause de moi, sans doute. La honte parcourait tous les pores de mon visage ainsi que la peine qu'il pouvait clairement voir dans mes prunelles azures qui rougissaient à mesure que ses mains se déplaçaient sur mon cou qu'il commençait à serrer un peu trop fort.

J'hésitais à me défendre dans un premier temps, je réfléchissais à ce qu'il ferait si je me laissais faire. Il aurait peut-être une prise de conscience et relâcherait sa prise pour partir de cette maison qui ne voulait plus de lui, tout comme moi. Ou alors il irait au bout de ce qu'il avait commencé en serrant jusqu'à mon dernier souffle soit extirpé de ma cage thoracique.

Puis finalement, ces dernières paroles sur la joie qu'il avait que je n'ai pas eu cet enfant me firent bondir dans une rage qui montait en moi comme un flot incontrôlable, comme un tsunami qui engloutirait toute une ville. Mon tsunami avait englouti ma raison. J'essaie de bouger une de mes mains pour attraper une seringue de veine de vénus de ma poche et rapidement, je relève mon genou pour donner un coup dans ses parties génitales, il pouvait bien être castré, de toute façon elles ne lui servait à rien. Une fois, cela fait, je plante la seringue dans son cou, mais ne vide pas tout le contenu de cette dernière, juste de quoi l'affaiblir. Je bougeais pour qu'il me lâche et attrapais sa tête une fois les pieds au sol pour lui frapper contre le coin de la table. Je pleurais des larmes mélangées à la haine que j'éprouvais pour lui à cet instant. Je jetais la seringue un peu plus loin et m'accroupissais pour être à sa hauteur.

« Tu parles avec autant de cruauté que ton père. J'espère que ça te plaît de lui ressembler. »

Je riais avec une amertume qui se sentait jusque dans la manière que j'avais de bouger mes membres.

« Mais tu crois que ça m'amuse de faire parti des chasseurs, Elijah ? Tu crois vraiment que j'ai fait ça pour trahir ma famille, famille que j'aime au plus profond de mon cœur. Si je fais ça, c'est parce qu'ils veulent s'en prendre à vous et qu'il est hors de question qu'une chose pareille se produise. Voilà pourquoi je suis rentrée dans le clan. Voilà pourquoi je t'ai trahi. Parce que je t'aime. Je t'aime comme un frère, parce que tu as toujours été là pour moi et je voulais faire ça pour vous remercier de votre amour. Alors j'aurais peut-être dû te le dire, mais tu m'en aurais empêché et je n'avais ni le temps ni l'envie de marchander avec toi. Alors j'ai pris la décision toute seule. »


Je me reculais et le regardais avec dégoût.

« Tu as le droit de m'en vouloir, de me détester, mais parler de mon enfant, c'est petit Elijah, aussi petit que l'estime que j'ai pour toi actuellement. Tu peux avoir l'avis que tu veux de moi, je ne veux plus que tu restes ici plus longtemps. Alors tu prends tes paroles assassines et ton air noble à deux balles, et tu te casses. »



©️ 2981 12289 0


       

   
« I'm the wall beetween your reality and mine. »
I'm touched, I'm touching and sensitive. People destroy me and people soothe me. I'm the one that I want you to see.
I have feelings. I'm not a robot. I'm in the shadow and the light. I'm Cami and me too, I'm human. © .bizzle
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Elijah Mikaelson
Originel
Morsures : 154

MessageSujet: Re: How dare you Camille O'Connell ?  Lun 13 Aoû - 12:01

How dare you Camille O'Connell ?
Elijah Mikaelson & Camille O'Connell


Il s’était déjà battu avec des milliers d’êtres durant son immortalité, dont plusieurs fois avec sa propre fratrie. Malgré sa nature au bonnement diplomate, Elijah n’arrivait pas à esquiver de telles confrontations qui finissaient le plus souvent, dans une mare de sang entourée de mobilier vétuste et détruits par la violence surhumaine des coups des adversaires. Bien souvent, il réussissait à faire la paix avec ceux qui étaient en conflit avec lui, autour d’un verre de sang frais, ou parfois, d’une bouteille de champagne. Mais aujourd’hui, tout était différent. Malgré les apparences, Elijah n’avait pas la même lucidité et intelligence que Niklaus. S’il avait été là, il aurait calmement expliqué à son grand frère le sens possiblement caché de l’alliance de Camille avec les chasseurs, afin d’éviter…ce qu’il se passait là maintenant. Encore une fois, cela prouvait bien que les deux Mikaelson avaient respectivement besoin de l’autre pour éviter de commettre des erreurs monstres.

Le noble cerf auparavant toujours juste et équitable pour tous avait laissé ses bois tomber pour prendre l’apparence d’un lion ou d’un tigre enragé à l’idée d’attraper sa gazelle dans la savane primitive et agreste. Plus rien n’arrêterait la bête excepté un coup de griffe de sa proie ou la balle d’un chasseur. Elijah aurait très bien pu briser la nuque de Camille, pour en finir au plus vite, mais, sadiquement, il voulait voir la vie quitter les prunelles bleues de la barmaid et entendre son sang cesser d’alimenter le précieux organe vital. Il était pourtant si prêt du but lorsque Camille répliqua durement à son attaque.

Un coup dans les parties, une seringue de veine de vénus à moitié vidée dans son organisme qui criait déjà au secours face aux brûlures que causait ce poison disgracieux, et pour finir en beauté, le coin de la table qui fit saigner sa tempe. Voici l’indomptable lion lamentablement à terre, face à une proie très heureuse d’avoir accomplit un exploit. Faible, il restait allongé au sol en se tenant la tempe, tout en écoutant, avec horreur et un certain dégoût pour lui-même, l’explication de Camille. Elle avait donc fait tout ceci pour protéger les Mikaelson…Car elle les aime ? Non, tout se bousculait soudainement dans l’esprit d’Elijah. Avait-il été aussi stupide pour déverser sa haine sur Camille alors qu’elle essayait de le protéger le plus possible.

Il se relevait alors, s’asseyant disgracieusement sur la première chaise qu’il voyait, tant sa tête tournait face à l’impact brutal. Il posait sa main sur son front pour tenir sa tête, puis claquait soudainement du poing sur la table, sentant son sang descendre jusqu’à sa joue.

-N’ose strictement pas dire que tu protèges, il grimaçait, face aux différentes brûlures de son organisme, puis reprit plus doucement, n’ose strictement pas dire que tu protèges ma famille devant moi Camille O’Connell. Si tu m’aimais, si tu nous aimais, tu serais venu me parler de ta décision avant de, il exprimait une nouvelle fois une grimace de dégoût, te lancer dangereusement dans l’inconnu. Il haussait davantage la voix, en revenant vers Camille, retrouvant un semblant d’équilibre. Oui j’aurais refusé cette stupide alliance, tout comme Niklaus l’aurait fait à ma place, mais au moins…au moins je n’aurais pas essayé de te tuer lamentablement comme je viens de le faire et notre relation d’amitié ne serait pas à jamais brisée.

Il remarquait soudainement son reflet dans un miroir accroché au mur et contournait la barmaid pour aller se voir de plus près afin de retirer le plus de sang possible à l’aide de son mouchoir en soie. Il soupirait après avoir fini, puis posait sa main à plat sur le mur près du miroir.

-Tu essaies de protéger cette fratrie mais pourtant, en t’alliant avec les chasseurs, tu mets absolument tout le monde sur un piédestal. En te suivant, ces microbes peuvent très facilement arriver en face d’un Mikaelson et je ne serais pas forcément là pour aider mon frère, ma sœur, ou ma nièce car je ne peux pas me diviser en plusieurs parties.  Il donnait un grand coup dans quelques bibelots qui reposaient paisiblement sur une étagère. Le bruit des éclats de verre ajoutait un peu plus à l’ambiance chaotique. Il haussait encore un peu plus sa voix, se retournant vers Camille. -Tu crois que je n’en ai pas eu assez avec la mort de Niklaus ?! Un an après et je n’arrive toujours pas à accepter son départ, et maintenant quoi ? Tu veux m’amener un autre corps d’un de mes proches devant ma porte d’entrée ?

C’était la première fois qu’il exposait son incapacité à faire son deuil à un membre de sa famille. Il avait fait bonne figure pour éviter d’attrister un peu plus Camille ou Freya qui restait marqué par ce départ de son petit frère. Il se livrait à cœur ouvert car c’était tout bonnement impossible de garder tout ceci pour lui dans cette situation. Il préféra faire les cents pas dans la pièce pour éviter de sauter de nouveau sur Camille.

-Très honnêtement, je n’arriverais pas à remonter la pente si l’un de mes proches venaient à mourir. Alors si ces chasseurs veulent tuer un Mikaelson pour asseoir leur autorité, je te prierais de les diriger vers moi. Je gagnerais du temps pour que les autres originels puissent s’organiser à répliquer.

Sans un regard pour la barmaid, il se dirigeait vers la sortie de l’appartement, mais s’arrêta de nouveau, fermant les yeux en expirant. Il tournait son regard vers Camille, voyant d’ores et déjà l’effet de la marque de sa main sur le cou de sa victime.

-Concernant ton enfant…Je te présente mes plus sincères excuses. Ce que j’ai dit était lamentable, faible. Une femme, ainsi qu’une mère ne devrait jamais entendre de telles atrocités. Je te prie également de m’excuser pour cet acte de violence qui ne me ressemble guère. En revanche Camille, mes excuses ne signifient pas que je pardonne ton alliance.




egotrip





“Family means no one gets left behind or forgotten".
When everything goes to hell, the people who stand by you without flinching, are your family. Always and forever
Revenir en haut Aller en bas
 
How dare you Camille O'Connell ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Darkness Will Rise Again  :: Dynasty of Shadows :: | Votre destin est entre nos mains. :: Habitations :: Appart - Cami O'Connell-
Sauter vers: