AccueilPortailRechercherMembresS'enregistrerConnexion
Partagez|
Malachai Parker
avatar
Morsures : 71

Mar 4 Déc - 3:55
Kai jubilait. Son plan se déroulait bien mieux que ce qu’il avait espéré. Enfin… la première partie de son plan qui consistait à se rapprocher de Lizzie pour ensuite atteindre Josie et toutes les personnes qui lui avaient fait du mal par le passé, toutes les personnes que cette maudite école abritait. Il jouait parfaitement la comédie à chaque fois qu’ils se voyaient, car oui, ils s’étaient revus plusieurs fois, ils échangeaient même des messages régulièrement. D’un point de vue extérieur, tout laissait croire qu’ils étaient amis et qu’ils s’appréciaient alors que c’était à sens unique. Il savait que Lizzie l’appréciait, elle le lui avait déjà dit. Peut-être même que cette idiote était en train de tomber sous son charme. Bon sang, ça l’amusait tellement. Il avait hâte de voir sa tête en découvrant que Caleb n’existait pas, qu’il n’était qu’un rôle que son cher oncle s’était inventé. Oh, il était certain que ça ne lui plairait pas du tout. Peut-être qu’elle péterait littéralement un câble. Ce serait si drôle à voir. Néanmoins, il commençait à se lasser. Le petit jeu durait depuis trop longtemps à son goût et il avait parfois du mal à garder cette façade, ce masque du mec parfait, gentil et sympathique. Il ne voulait plus voir le sourire de Lizzie, il voulait voir ses traits déformés par la terreur et la douleur lorsqu’il passerait enfin à l’acte. La tuer serait tellement jouissif. Cette seule pensée le fit sourire, même si tout au fond de lui, il y avait quelque chose de perturbant, quelque chose qu’il se refusait à voir depuis un moment.

Avait-il été sincère envers Lizzie ne serait-ce qu’une fois ? Peut-être, oui. Indirectement. En lâchant quelques informations sur son passé et sur sa famille par ci par là, sans jamais entrer dans les détails, ne voulant évidemment pas éveiller les soupçons. D’ailleurs, lors de leur première « rencontre », Lizzie avait commencé à douter et elle l’avait pris de court en lui attrapant la main contre son gré. Tout aurait pu se terminer ce jour-là, mais pour une raison inconnue, rien ne s’était passé. Elle n’avait pas eu de flash, elle ne s’était pas rendu compte de qui il était. Ça semblait l’avoir rassurée et depuis, elle semblait totalement insouciante en sa compagnie. Oh, si seulement elle savait.
Aujourd’hui, il avait à nouveau rendez-vous avec elle. Il s’était évidemment préparé au préalable en siphonnant assez de magie pour continuer à lui faire croire qu’il était un sorcier on ne peut plus normal et aussi pour être préparé à toute éventualité. Plus jamais il ne sortirait de sa tanière sans magie. Ils s’étaient donné rendez-vous dans un bar pour boire un petit verre et discuter un peu. C’était du moins la version officielle. Personne ne savait comment ça se passerait vraiment car Kai avait pleinement conscience que, même si Lizzie semblait lui faire confiance et ne plus se méfier le moins du monde, ce n’était pas quelque chose d’acquis non plus. Et il voulait lui révéler sa véritable identité selon ses plans, selon ce qu’il avait imaginé. Quoiqu’il en soit, il finit par arriver au bar en question et après un rapide coup d’œil, il prit place à une table libre, ayant bien vu que Lizzie n’était pas encore arrivée.

Il commanda déjà un verre en attendant et sortit son portable. Il s’était mis à fixer l’écran sans vraiment réaliser qu’il était en train de regarder les quelques selfies qu’ils avaient pris ensemble. C’était quoi, ça ? Pourquoi regardait-il ça ? Pourquoi gardait-il ces clichés ? Pour maintenir le rôle, bien sûr. N’y avait-il vraiment que ça ? Il essayait vraiment de s’en convaincre. Il ignorait combien de temps avait passé avant qu’il ne voie la blonde passer la porte de l’établissement. Il lui fit un signe de la main, accompagné par un charmant sourire, et attendit qu’elle le rejoigne. « Hey. Content de te voir. » Ce n’était même pas un mensonge. Même s’il était surtout content de bientôt en finir avec cette comédie. Il ignorait encore à quel point il avait raison. « Alors ? Quoi de neuf depuis la dernière fois ? T’as encore tué personne ? » Il lâcha un petit rire, voulant ainsi montrer à Lizzie qu’il plaisantait, même si au fond, il aurait trouvé ça si drôle si elle avait réellement tué quelqu’un. Il y avait songé. Attirer sa nièce du côté obscur de la Force aurait été un bon moyen de se venger aussi. Mais c’était trop long. Encore plus long que ce qu’il faisait actuellement.



(c)ambrose
Lizzie Saltzman
avatar
Morsures : 58

Jeu 6 Déc - 15:50
- - - - - -
.
crédit/ blindnessLizzie & Kai.


Un long sourire vient naitre sur le visage de la blonde. Une élection ? Voilà un rôle qui était pour elle. Présidente des sorcières. Les élèves de cette école l’aimaient et l’admiraient -du moins c’est ce qu’elle pensait- c'était une évidence qu'elle serait élue. Qui d’autre serait mieux placer qu’elle pour jouer ce rôle ? Personne, et surement pas Penelope Park. Non c’était évident, elle serait la grande gagnante. Lizzie est tout excité rien qu’à cette idée. Elle avait déjà trouvé la tenue parfaite pour ça. Elle s’imaginait déjà monter sur l’estrade et faire un élogieux discours de remerciement émouvant. Elle serait sous les projecteurs, comme elle l’aime. Mais elle allait devoir attendre avant de savourer sa victoire, car pour elle ça ne faisait aucun doute. Elle était déjà gagnante. Actuellement, la blonde se trouvait en cours de magie avancé. Lizzie n’était pas l’élève modèle, mais elle savait se faire apprécier par les professeurs pour obtenir leurs faveurs. Et leur montrer qu’elle est la meilleure. Bien que certains avaient un peu de mal avec ses allures de princesse pourri gâtée. Ceux-là, elle ne les aimait pas. Dans les nuages ce matin, assise à côté de sa jumelle, la siphonneuse enroule une de ses mèches blondes autour de son doigt alors qu’elle rêvasse les yeux levés vers le ciel. Elle pense à Caleb. Ce garcon qu’elle avait rencontré par hasard au Rousseau et qui était maintenant devenu un ami. Il avait toujours les mots qu’il faut avec elle, puis il était craquant. Ils s’étaient vus plusieurs fois encore. Elle rigolait bien avec lui, il avait un humour assez spécial mais qui faisait rire la blonde. D’ailleurs, ils avaient rendez-vous tout à l’heure au même endroit de leur rencontre : au Rousseau. Mais cette fois pour discuter autour d’un verre et non pas gérer une crise de l’adolescente dans l’arrière-cour. Elle était heureuse à l’idée de le voir tout à l’heure. Elle en avait parlé à Josie, d’ailleurs, elle comptait bien lui présenter un jour. C’est important pour elle. Le cours s’éternise en longueur, Lizzie souffle et lève les yeux au ciel agacé alors que le prof décide de les retenir quelques minutes de plus pour finir son discours. Chiant, trop chiant. Le cours se termine enfin, Lizzie se lève de sa chaise et part. Elle fait un dernier calin rapide à Josie sensé couvrir son absence. Parce que oui, papa ne serait surement pas d’accord pour qu’elle quitte l’école sans prévenir. Puis, connaissant son père, il n’aurait surement pas aimé savoir qu’elle fréquentait un inconnu en dehors de l’école. Donc, elle n’avait rien dit. La seule au courant était sa sœur, parce qu’elle ne pouvait rien lui cacher. De plus, elle était celle en qui elle avait le plus confiance.

La voilà qui arrive au Rousseau. Elle entre dans le bar et aperçoit Caleb au fond qui lui fait signe. La blonde lui offre un grand sourire. Contente de le voir. Puis se dirige rapidement vers la table où elle ne tarde pas à s’installer en face de lui.   « Désolée pour le retard mais mon prof est un véritable moulin à parole. Impossible de l’arrêter quand il est lancé. C’est tout un art la magie avancée » finit-elle avec une pointe de dérision. Elle secoue la tête à sa question. « Non. Pas encore. Pour l’instant j’arrive à me controler. Je me concentre, je ferme les yeux, et j’inspire » . dit-elle en imitant ce qu’elle vient de dire. Elle inspire, puis expire calmement. Ca marchait, parfois, pas tout le temps en réalité. Elle devait être fortement concentré mais en prenant un peu sur elle, elle arrivait un peu près à se canaliser. De longues années de pratique. Gérer ses crises devenait une partie de son quotidien avec le temps. Elle rouvre rapidement les yeux de nouveau pour casser ce calme superficiel dont elle faisait part, s’exprimant alors avec fermeté « Mais j’aurai bien arraché la langue de l’ex démoniaque de ma soeur. Cette fille est insupportable. Je dois puiser dans mon self-control pour ne pas l’étrangler »  Penelope Park était un véritable démon. Elle avait brisé le cœur de sa sœur et s’efforçait à pourrir la vie des jumelles. Un jour, oh oui un jour, Lizzie finirait par étouffer cette pétasse dans son sommeil. « Heureusement, je vais bientôt pouvoir lui montrer qui est la meilleure en devenant la première représentante des sorcières de l’école »  lance alors la blondinette dans un sourire radieux, montrant alors son enthousiasme et sa confiance en elle. « Il va y avoir des élections, et évidemment, je suis la mieux placé pour ce poste. Je dois me préparer pour ma victoire, c’est dommage que tu ne puisses pas voir ça, j’ai même déjà prévu ma tenue il me manque plus que le discours. J’hésite entre quelque chose comme… »  une vraie pipelette. Egocentrique jusqu’au bout des ongles. Heureusement pour Caleb -ou pas- un détail vint attirer le regard de la semi-sorcière qui s’arrêta instantanément de parler. Etait-ce du sang qu’elle voyait sur son t-shirt ? Ses yeux vinrent s’écarquiller de surprise, un mélange entre inquiétude et choc. « Oh mon dieu Caleb ! C’est du sang que je vois sur ton t-shirt ? » s’écrie-t-elle tout d’un coup. Elle rapproche rapidement son visage de celui-ci pour examiner le t-shirt en question. Oui ca avait tout l’air d’être du sang, en tout cas ce n’était pas du Ketchup. Elle fut tout d’abord inquiète pour lui, mais si on en croyait sa forme physique ce n’était surement pas le siens, ce qui dans un sens devrait l’inquiéter deux fois plus, nan ? Pourtant elle restait dans la surprise, attendant une réponse de la part de celui qu’elle considère et qu’elle croit être son ami.





Malachai Parker
avatar
Morsures : 71

Jeu 6 Déc - 16:50
Jouer la comédie, c’était drôle au début, mais plus ça s’éternisait et plus Kai en avait marre. C’était épuisant de faire semblant d’être quelqu’un de bien, de faire semblant de s’intéresser aux problèmes d’ado de Lizzie, de faire semblant d’apprécier quelqu’un. Mais tout serait bientôt terminé. Il devait juste avoir encore un peu de patience, juste assez pour que Lizzie lui présente sa sœur et le tour serait joué. Deux pour le prix d’une. Il n’aurait qu’à les tuer ensemble et il aurait enfin assouvi sa vengeance envers cette maudite congrégation. Du moins, si tout se passait comme prévu. Et ça, ce n’était pas certain, surtout avec quelqu’un d’aussi instable que Lizzie. Oui, elle était instable et quelque part, elle ressemblait à son oncle, c’était indéniable. Quoiqu’il en soit, Kai l’attendait donc au bar où ils s’étaient « rencontrés ». Il avait vraiment eu de la chance que la jeune fille ne se souvienne pas de son visage, sans quoi, les choses auraient été bien plus compliquées. Alors pour elle, ça avait été leur première rencontre, alors qu’évidemment, ça ne l’était pas pour Kai. Même si on ne pouvait pas vraiment appeler sa première tentative de meurtre une rencontre. Lorsqu’il la vit arriver, il se remit à jouer la comédie, à coups de grands sourires et de gestes de la main. Bon, en soi, il faisait souvent ça en temps normal aussi, surtout quand il croisait Damon. Rien que pour l’emmerder.
Bref, Lizzie venait donc de le rejoindre en s’excusant pour son léger retard. Elle parlait de son prof et de son cours. Kai ne savait pas trop ce que c’était, mais ça devait être bien chiant de devoir rester des heures sur une chaise, à écouter quelqu’un déblatérer des trucs même pas intéressants.

Il avait à moitié blagué en lui demandant si elle n’avait encore tué personne. Bien sûr qu’elle ne l’avait pas fait. Il l’aurait su, il en était sûr. Quelque chose lui disait que si elle avait franchi le pas, elle l’aurait appelé en catastrophe. Oui, il avait réussi à instaurer une vraie confiance entre eux, mais une confiance à sens unique, ça allait de soi.
Et puis, elle enchaîna en se plaignant de l’ex de Josie et en parlant d’une espèce d’élection à venir. Bon sang, ce qu’elle était bavarde. Il avait failli oublier depuis leur dernière entrevue. Il fit semblant de s’y intéresser un minimum, hochant la tête à ses dires, mais intérieurement, il n’en pouvait plus. En quoi son élection pourrie l’intéresserait ? En quoi les déboires amoureux de sa sœur l’intéresseraient ? Tais-toi. Tais-toi. Je vais te tuer si tu dis un mot de plus. « Je suis sûr que tu vas gagner. Je connais pas les autres, mais il est évident que tu es faite pour ça. » Il lui adressa un petit sourire. Ses paroles contrastaient évidemment avec ses véritables pensées. Il but une gorgée de son verre avant de prendre un air faussement gêné. « Je t’ai même pas proposé quelque chose à boire ! Je suis impardonnable ! Prends ce que tu veux, c’est pour moi. » Faussement gentleman aussi. Et puis, ce n’était même pas son argent. Comme la plupart du temps. C’était bien plus facile de voler leur argent à ses victimes plutôt que d’essayer de le gagner de façon honnête.

Alors qu’il crut qu’elle n’allait jamais arrêter de parler, elle le fit. Mais l’expression qu’il put lire sur son visage ne le rassurait pas. Qu’est-ce qu’elle racontait ? Du sang ? Merde ! Il ne pouvait évidemment pas lui dire qu’il avait eu un petit creux avant de venir. « Ah ! J’ai dû me couper en me rasant, ce matin… j’ai pas fait gaffe ensuite. » Le coup du rasage fonctionnait toujours, non ? Il poussa un petit soupir. « Sérieux, fait chier. Je l’aimais bien, ce t-shirt ! » Généralement, quand il se retrouvait avec du sang sur les vêtements, il les brûlait, tout simplement. C’était bien trop chiant d’essayer de tout nettoyer. Bon, en l’occurrence, il n’y avait que deux petites gouttes de sang, mais c’était pareil au fond. « Désolé de t’avoir fait peur. C’est rien, vraiment. » Sauf que Lizzie était loin d’être idiote et s’il s’était vraiment coupé, on le verrait encore sur son visage. Or, il n’y avait rien. Mais avec un peu de chance, elle ne relèverait pas cette légère incohérence. En même temps, il n’avait rien trouvé d’autre sur le coup. Quelle plaie. Peut-être devrait-il en finir ici et maintenant.



(c)ambrose
Lizzie Saltzman
avatar
Morsures : 58

Lun 10 Déc - 13:59
- - - - - -
.
crédit/ blindnessLizzie & Kai.




Lizzie est une vrais pipelette. Sur ce coup, elle tient plus de sa mère, Caroline. Bien que ce ne soit pas sa mère biologique pour elle c'est tout comme. C'est elle qui les a porté dans son ventre, elle qui les a élevé. C'est Caroline sa vrais mère, et elle lui ressemble beaucoup. Du moins, c'est ce qu'on lui a dit. Elle est le portrait de sa mère à son âge. Petite pimbêche qui aspire à être la reine et à sortir avec des garcons. Une caroline junior en soit. Mais le pire c'est qu'elle ne s'en rend pas compte. Quand elle parle, pour elle, tout ce qu'elle dit est interessant. En même temps, quand ca la concerne elle, ca ne peut qu'être interessant. Egoïste et égocentrique voilà ce qu'est la blondinette. Alors elle parle de cette compétition qu'elle va gagner à Caleb, elle est contente de pouvoir partager ca avec lui. Elle aurait tout de même aimé qu'il assiste à sa victoire. Parce que dans sa tête, elle est déjà gagnante évidemment. Quand Caleb dit qu'il est sur qu'elle va gagner, elle élargie un long sourire et soupire. Ce mec est parfait. Evidemment qu'elle va gagner, il a l'oeil pour reconnaitre les gagnantes. Puis, qu'on lui dise ce qu'elle veut entendre est encore mieux. Lizzie s'extasie imaginant déjà sa victoire. « C'est sur, oh, tu me connais si bien ! C'est vrais que je suis faite pour ca depuis le jour où je sais marcher » elle lui sourie avec excessivité tellement elle est heureuse. Heureuse de voir qu'il croit en elle. Même si elle, elle croit en elle de toute façon. Caleb l'a toujours soutenu dans tout ce qu'elle disait, un peu comme Josie quand on y pense. Il devenait vraiment l'image du copain idéal aux yeux de Lizzie. Bien que le coeur d'une adolescente est un véritable manège à sensation. Elle savait pas trop, mais en tout ca, elle l'adorait.

En plus il lui paye un verre. Magnifique, ce mec est fantastique. Un véritable gentlemen. Lizzie n'allait pas se faire prier pour accepter et pris un petit ponche à la serveuse. Bah quoi ? Elle était bien sortie en douce de l'école alors pourquoi pas boire de l'alcool ? Lizzie est beaucoup plus fêtarde que Josie, ce n'est pas la première fois et surement pas la dernière fois qu'elle en boira. Puis, elle n'allait surement pas commander un jus de fruit en présence de Caleb. Pour qui la prendrait-il ? Pour une gamine. Alors non. Lizzie se considère comme une femme, alors elle agit comme tel. Puis viens le moment où elle découvre du sang sur son t-shirt, surprise, inquiète. Mais il affirme que ce n'est du qu'à la mal utilisation pour se raser. Mmh ? Pourtant, elle ne voyait aucune coupure sur son menton. Et au dernière nouvelle, les sorciers ne cicatrisaient pas comme les vampires. Une drole de sensation vient s'éprendre d'elle alors. Comme la dernière fois où elle avait douté de lui, l'impression qu'il ment. Pourtant, la dernière fois elle c'était trompé. Alors pourquoi ressent-elle encore ca ? « Pourtant tu n'as aucune trace de coupure. Si tu voulais me mentir tu aurais pu trouver quelque chose de plus crédible… C'est tellement cliché que ca en devient trop gros. J'ai déjà assez de mon père qui me cache des choses, alors dis moi la vrais raison de ce sang sur ton t-shirt tout moche » c'est bien connu, Lizzie déteste les secrets. Elle en a déjà assez avec son père qui garde des trucs entre lui et Hope alors qu'elle se retrouve sur la touche. Caleb avait intérêt à avoir une bonne explication sinon, la blondinette risquerait de lui faire une colère. Elle tire son t-shirt pour regarder le sang de plus prêt. Aucune gêne mais Lizzie est comme ca. Etrangement elle sent que quelque chose ne va pas. Un truc cloche mais quoi ? Elle a l'impression qu'il lui manque un élément. Un tout petit élément qui l'aiderait à comprendre cette sensation qu'elle a eu plusieurs fois « De toute facon ce t-shirt est complètement démodé, tu t'habilles où sérieusement ? à Jardiland ? Va falloir remédier à ca » aucun tact, comme d'habitude, les remarques de petite pétasse sortent toute seule de sa bouche. Elle fait une grimace en regardant le t-shirt qu'elle tient toujours en main par l'extrémité. C'est vrais, le t-shirt n'était pas top. Si elle l'emmenait faire les magasins elle pourrait lui trouver beaucoup mieux. Mais pour autant, par dessus sa remarque, cette drôle de sensation ne la quittait pas. Elle lache donc le t-shirt et se tortille quelque peu sur sa chaise, son cerveau fulmine et son trouble peut se lire sur son visage. Pourquoi il lui ment ? Pourquoi elle a l'impression que quelque chose ne va pas tout à coup ? Alors que tout se passait si bien avant. Cette connexion, elle la ressent toujours et elle ne l'a toujours pas compris. Par un moment, elle c'est dit que c'était surement parce qu'il lui plaisait, mais en fait non. Il y a autre chose. Et c'est frustrant de pas savoir.





Malachai Parker
avatar
Morsures : 71

Lun 10 Déc - 16:19
Lizzie était totalement sous son charme, il le savait, il le voyait et le sentait. En même temps, il fallait être aveugle pour ne pas se rendre compte comment elle le regardait et comment elle se comportait en sa présence. C’était tellement jouissif. Et ça le serait encore plus une fois qu’il lui aurait enfin dévoilé son identité. Pour l’heure, il continuait sa petite comédie, faisant semblant de s’intéresser à la vie de Lizzie. Une vie tout sauf intéressante avec des problèmes de pimbêche adolescente tout aussi intéressants. Il avait beau dire qu’il était sûr qu’elle gagnerait, au fond de lui, ça le ferait bien rire si ce n’était pas le cas. Avec une telle attitude, est-ce qu’on était apprécié des autres ? Quelque chose lui disait que non. « Et c’est que la première étape. Je suis sûr que tu vas devenir célèbre plus tard. Je te vois bien Miss… ou égérie d’une grande marque. » Il lui adressa un sourire tout à fait charmant. Il savait qu’elle aimait qu’on la flatte, alors il s’en donnait à cœur-joie, alors qu’il n’en pensait pas un mot. En plus, elle n’avait plus remis cette connexion entre eux sur le tapis, elle n’avait plus cherché à le mettre au pied du mur depuis la seule et unique fois où ils étaient entrés en contact. Néanmoins, il ne fallait jamais parler trop vite car un simple petit incident pouvait tout remettre en question. Comme à cet instant, lorsqu’elle découvrit les taches de sang sur son t-shirt. Il lui sortit l’excuse du rasage, sans songer au fait qu’il n’avait pourtant aucune trace de coupure sur le visage. Et forcément, cela éveilla les soupçons de Lizzie. Quel crétin il avait été.

« Tu te poses trop de questions. » Il haussa les épaules et esquissa un petit sourire. « La vérité ? Peut-être que je suis un vilain tueur en série et que j’ai tué quelqu’un juste avant de te rejoindre. » Il lui adressa un clin d’œil, prenant un air parfaitement innocent. Il voulait lui faire croire qu’il plaisantait. Alors que, pour une fois, il disait bel et bien la vérité. « Tu sais, si tu voulais une excuse pour me peloter…pas besoin de t’en prendre à mon t-shirt. » Grand sourire totalement idiot. Son naturel reprenait le dessus. En même temps, il en avait assez de jouer la comédie et la méfiance de Lizzie grandissait de plus en plus. Avait-il envie d’essayer de la convaincre qu’il était sincère et qu’elle n’avait rien à craindre, comme lors de leur première rencontre ? Pas vraiment. C’était fatiguant au fond et terriblement chiant. Peut-être que la comédie avait assez duré. Peut-être le moment de lâcher la bombe était-il arrivé. « Ah, Lizzie. Pourquoi tu poses toutes ces questions ? Ça aurait pu être parfait. Mais il fallait que tu joues les fouines. Même si tu es moins futée que tu le penses. » Ils étaient dans un lieu public, il savait qu’il ne pouvait pas faire ce qu’il voulait, à moins de tuer toutes les personnes présentes ensuite. Ce serait drôle, mais il voulait se concentrer uniquement sur Lizzie, aujourd’hui. Il avait fait trop d’efforts pour risquer de tout gâcher. Alors, il se leva et attrapa fortement le poignet de Lizzie, sans se soucier d’une éventuelle vision que la jeune fille pourrait avoir. « Suis-moi ! » Il ne lui demandait pas son avis, de toute façon.

Il l’entraîna jusqu’à l’arrière-cour du bar, là où tout avait commencé. C’était la fin parfaite, non ? Avant de la lâcher, il lui siphonna un peu de sa magie, histoire de lui faire comprendre qui il était. Ou du moins, histoire de lui donner un indice. Puis, il la lâcha et éclata de rire. « Tu croyais vraiment que je t’appréciais ? Que j’aimais passer du temps avec toi ? Tu es CHIANTE, Lizzie ! » Il poussa un long soupir bien audible. « Bon sang ! Ça fait du bien d’enfin le dire ! » Alors qu’il s’apprêtait à reprendre la parole, il fut interrompu par un serveur du bar qui eut la bonne idée de passer la porte de la cour à ce moment précis. N’ayant plus besoin de jouer les gentils garçons, Kai lui brisa simplement la nuque à l’aide de sa magie, puis il se tourna à nouveau vers Lizzie comme si de rien n’était. « Sérieux. On peut jamais être tranquille ici ! Où en étions-nous ? » Il fit mine de réfléchir. « Ah oui. Je disais que tu étais chiante. Et tu sais ce que je fais aux gens chiants ? » Un sourire sadique se dessina sur ses lèvres. Plus rien à voir avec le gentil Caleb.



(c)ambrose
Lizzie Saltzman
avatar
Morsures : 58

Lun 10 Déc - 23:02
- - - - - -
.
crédit/ blindnessLizzie & Kai.




Miss ou égérie d'une grande marque ? Tout à fait. Elle se projetait très bien là-dedans. Caleb avait du flair. Il avait raison, totalement raison même. En même temps du moment qu'il flattait son égo et ses rêves de grandeur, il ne pouvait qu'avoir raison. « Tu as totalement raison. Tu lis dans mes pensées » dit-elle avec un grand sourire. Elle se sent si bien à ce moment même. Elle ne se doute pas une seule seconde que la descente aux enfer approche à grand pas. Naïve ? Inconsciente ? Stupide ? Il y a bien des mots qui pourrait la qualifier en ce moment même. Imprudente peut-être. Lizzie a bien trop confiance en elle parfois pour son propre bien. Elle pense tout savoir et être au dessus de tout, mais quand la vérité éclate la chute est deux fois plus brutale. Le sang qu'elle avait remarqué sur son t-shirt avait éveillé en elle des soupçons. Mais elle ne voulait pas croire que son parfait petit Caleb était un tueur en série comme il venait de le suggérer. Pourtant elle ne savait pas si elle devait rire ou grimacer. Parce que ca se trouve c'était vrais. Non, elle n'allait pas recommencer à redevenir paranoïaque ? Pourtant, il ne lui avait encore donné aucune explication logique à ce sang. Ou justement si, il venait de le faire. Elle se crispe, et une sueur froide lui traverse l'échine. Non, non, non. Tu délires Lizzie, tu te fais des idées, comme la dernière fois. Caleb ne peut pas être un tueur. Celui que tu considère comme ton ami ne peut pas être un tueur. Quand il fait une remarque sur son t-shirt et une potentiel excuse, Lizzie n'arrive même pas à rire naturellement. Elle est anormalement tendu. Parce qu'elle est peut-être blonde mais pas complètement stupide. Quelque chose ne va pas. Et Caleb semble le remarquer, vu qu'il opta pour changer d'attitude tout d'un coup.

Une fouine ? Quoi ? Attendez qu'est-ce qu'il raconte ? Qu'est-ce qui aurait pu être parfait. Le visage de Lizzie affiche une mine surprise et anxieuse. Elle comprend rien à ce qu'il se passe. Qu'est-ce qu'il est en train de dire ? « Quoi ? Qu'est-ce que... » elle n'a le temps d'ajouter quoi que ce soit, que la main de Caleb vient saisir son poignet. Son coeur fait un bond dans sa poitrine. Un flash. Une voix. Trop rapide. Qu'est-ce que c'est ? Où est-ce qu'il la tire ? Pourquoi il fait ca ? Bon sang c'est quoi ce délire ? Elle commence à perdre ses moyens, elle est complètement perdu. Mais elle comprend qu'il n'est pas gentil. Non Caleb n'est pas celui qu'elle croit. Elle c'est fait avoir. Elle tente en vain de retirer son poignet mais sa prise est trop forte. Lizzie sent l'énervement de la frustration monter alors qu'elle commence à s'écrier « Lâche moi ! » elle gigote mais rien à faire, elle se fait quand même trainer dehors. Une fois dehors, il se met à la siphonner. Un siphon ? Elle grimace. Son souffle se coupe, les souvenirs reviennent en bombe dans sa tête et tout devient logique. Parfaitement logique. Cette connexion, cette sensation, tous ces comportements bizarre. Kai. Malachai. Son oncle. Haletante elle a du mal à respirer. C'est pas possible, non ca peut pas être possible. Elle c'est fait avoir. Et dire qu'elle avait même craqué sur lui. Complètement désemparé, son coeur rate un battement puis accélère. Tous ses muscles se tendent. Elle reste un moment ainsi, le visage en décomposition, le dévisageant. « Non c'est pas possible… Ca ne peut pas être toi… Tu ne devrais pas être là… Tu devrais être… » en prison. Là où elle et sa soeur l'avaient envoyé il y a longtemps. Tout ca, elle le dit dans un murmure qui révèle à quel point elle est sous le choc. L'implosion est bientot sur le point d'arriver. Pour l'instant, elle doit sortir du choc qu'elle vient de prendre en pleine face tandis que la peur et la colère commencent à lui monter à la gorge.

Tout d'abord prise de terreur à l'évocation des souvenirs, de colère à l'idée de s'être fait trahir, de tristesse de s'être attaché à la mauvaise personne. Une tornade d'émotion envahit son être tel une bombe à retardement elle va bientot exploser. La cocotte minute est en marche. D'extérieur elle est complètement désemparé et perdu, à l'intèrieur c'est l'implosion, a tel point qu'elle ne remarque pas le serveur qui arrive trop positionné dans son choc intèrieur. Ses yeux s'écarquillent en voyant le cadavre du serveur qu'il venait de tuer sous ses yeux. Son coeur se déchire, les larmes lui montent et elle explose. Un cri strident sort de sa bouche faisant exploser tous les lampadaires à extrémité par magie. Car elle avait encore un peu de magie en réserve grâce au cours de magie avancé. Un autre cri de frustration et de rage sort d'entre ses lèvres alors qu'elle marche en se tenant le crâne à s'en tirer les cheveux. Un sanglot s'éprend d'elle alors qu'elle se met à trembler. Elle était en pleine crise actuellement. Elle peine à respirer normalement tellement sa respiration est irrégulière. Elle retourne son regard vers celui qui est en réalité son oncle. Dans un autre cri déchirant elle tend ses bras et l'envoie s'écraser contre le mur du Rousseau « Motus ! » de nouveaux sanglot viennent s'échapper d'entre ses lèvres, impossible de gérer ses émotions correctement. « Sale pourriture ! tu t'es moqué de moi ! » elle lui crie dessus. Elle sert les points. Elle va le tuer, c'est ce qu'elle se répète en boucle. Elle est en train de péter un câble, littéralement. Elle se sent trahis, humilié, elle a envie de crier et de tout casser. Cette fois-ci c'est une grimace de haine et de colère qui déforme son visage. Il c'était moqué d'elle, et elle avait ce besoin irrépressible de se défouler sur lui. Puisant dans ses dernières ressource de magie elle envoie les couvercles de poubelles s'écraser sur Kai, ainsi que tout objet à sa proximité. Elle prend tout ce qui lui vient sous la main, le saisit par magie et le balance sur son oncle qui est au mur. La colère déforme son visage alors qu'elle se défoule ainsi et ca jusqu'à ce qu'elle ne puisse plus. Tendant la main vers un vieux bout de métal, impossible de le soulever pour l'envoyer à son tour. Elle venait de vider ses derniers ressources de magie. Avec ce que Kai lui avait siphonné, l'explosion des lampadaires et maintenant ca. Elle aurait su elle aurait siphonné bien plus de magie avant de venir. Son visage affiche toujours une expression de colère, mais la peur remonte petit à petit alors qu'elle commence à faire un pas en arrière le regardant craintivement. Elle le déteste, elle le déteste tellement. Comment a t-elle pu être aussi stupide et ne rien voir ?






Malachai Parker
avatar
Morsures : 71

Mar 11 Déc - 4:42
Son expression était exquise. Le choc et l’incompréhension pouvaient se lire sur le visage de la blonde au changement évident d’attitude de Kai. La comédie avait assez duré. Jouer les gentils avait été drôle pendant un temps, mais Kai était arrivé à saturation. Bien sûr, il aurait préféré que les choses se passent différemment, que Lizzie lui présente d’abord Josie, histoire qu’il puisse faire d’une pierre deux coups. Néanmoins, rien ne lui garantissait que l’autre jumelle ne se souviendrait pas de son visage. Il l’avait entraînée dehors, ne lui laissant guère le choix, profitant de son état de choc, même si elle tentait de se débattre, il était plus fort qu’elle. Une fois dehors, elle semblait enfin avoir compris qui il était. Elle le dévisageait avec incompréhension et ça fit sourire Kai qui ne se fit pas prier pour terminer sa phrase. « En prison ? Surpriiiise ! Elle était pas si infaillible que ça ! » Il se remit à rire, se délectant du désarroi évident de Lizzie. C’était trop drôle. Vraiment. Il sentait qu’elle était à deux doigts de péter un câble et pas des moindres. Il avait déjà hâte d’assister à ce petit spectacle avant de la briser et de la tuer. Il attendait ce moment depuis si longtemps que, cette fois, il ne comptait pas échouer. Elle se mit à hurler, brisant les lampadaires alentours. Kai ne bougeait pas, parfaitement calme face à cette tempête naissante. C’était vraiment magnifique. Bien entendu, elle finit par s’attaquer à lui, l’envoyant s’écraser contre le mur. Kai ne se défendit pas, il savait que ça ne suffirait pas à vraiment lui faire mal. Et puis, il voulait laisser Lizzie épuiser sa magie avant de finalement en finir avec elle. Il voulait qu’elle soit totalement vulnérable et sans défense face à lui pour qu’il puisse lui montrer sa supériorité. Il se redressa en riant aux paroles de la blonde. « Bien sûr que je me suis moqué de toi. Et c’était vraiment magnifique. Te voir tomber dans le panneau… franchement, c’était tellement drôle. »

Bien sûr, ça n’aida en rien Lizzie à se calmer. Au contraire, elle commença à lui balancer tout et n’importe quoi dessus. Encore une fois, il ne fit rien pour se défendre, se prenant des couvercles de poubelles et autres objets sur la tronche. C’était tout sauf agréable, mais elle n’avait pas encore épuisé toute sa magie. A nouveau libre de ses mouvements, un sourire narquois se dessina sur ses lèvres tandis qu’il fit quelques pas vers la jeune fille. « Tu es pathétique. Tu pensais vraiment pouvoir m’avoir de cette façon ? » Il pouvait lire la peur dans ses yeux, à présent qu’elle s’était un peu calmée et qu’elle ne pouvait plus se défendre. « J’ai tellement attendu ce moment. » Il la souleva grâce à sa magie et la maintint au-dessus du sol alors qu’il arrivait à sa hauteur. « Merci pour ces semaines de divertissement. » Il la lâcha en la projetant contre le mur, puis il attrapa la barre de fer que Lizzie avait voulu lui envoyer tout à l’heure. Il joua avec en la faisant passer d’une main à l’autre avant de la faire traîner au sol alors qu’il s’approchait d’elle. La tuer allait être si facile. Elle était à sa merci, terrorisée. Il s’arrêta à quelques pas d’elle et fit léviter la barre de fer à hauteur de la gorge de sa nièce. Un seul coup et la barre se logerait dans son cou, la tuant presque instantanément. Mais peut-être devrait-il s’amuser un peu avec elle avant, histoire de bien profiter de ce moment ? « J’ai hâte de voir la tête de ta sœur quand je jetterai ton petit corps à ses pieds. » Il lâcha un rire avant de faire un petit signe de la main à l’attention de la blonde. « Adieu, Lizzie. Je dirais bien que ce fut un plaisir de te connaître, mais… » Il haussa les épaules et s’apprêta à lui porter le coup de grâce. Sauf qu’à ce moment précis, il se figea.

Son regard avait croisé celui de Lizzie et il ne savait pas pourquoi, la terreur qu’il put y lire à cet instant provoqua quelque chose en lui. Des images apparurent dans son esprit, des images de toutes les fois où Lizzie et lui s’étaient vus. Il revit le sourire de Lizzie, il la voyait heureuse d’être là, avec lui. Même si tout ce qu’il lui avait raconté avait été un mensonge, elle avait vraiment été heureuse d’être en sa compagnie. Personne n’avait jamais voulu de sa compagnie. Personne. « PAS ENCORE ! » Il ferma les yeux, les rouvrit et tenta une nouvelle fois d’envoyer cette maudite barre de fer sur Lizzie. Il n’y arrivait pas. Il se mit à pousser un cri de frustration, se frappant au niveau du crâne. On aurait dit un fou furieux. C’était le même phénomène que des années plus tôt, lorsqu’il avait tenté de tuer Liv, sa jeune sœur. Mais ça n’avait aucun sens, cette fois. Absolument aucun. « ALLEZ ! » Il avait beau crier ce qu’il voulait, il n’y arrivait pas. Il était incapable de tuer Lizzie. Il avait fini par s’attacher à elle malgré lui et sans s’en apercevoir. Maudits chasseurs ! Ils l’avaient brisé ! Il finit par faire tomber la barre de fer et lâcha Lizzie avant de s’éloigner pour envoyer son poing dans le mur. La frustration et la colère étaient grandes. L’incompréhension aussi. Pourquoi ? Pourquoi n’y arrivait-il pas ? Il refusait d’admettre que, malgré ce qu’il avait dit plus tôt, il se sentait bien trop proche de sa nièce. Toutes ces années à penser à sa vengeance, toutes ces années à se préparer pour ce moment pour…ça ? « Bordel ! Fait chier ! » Il frappait le mur encore et encore, ne se souciant aucunement du sang qui maculait à présent sa main. Une larme s’était mise à couler le long de sa joue. Il était faible. Bordel, ce qu’il était faible.



(c)ambrose
Lizzie Saltzman
avatar
Morsures : 58

Hier à 22:55
- - - - - -
.
crédit/ blindnessLizzie & Kai.




Elle n'arrive plus à respirer correctement tellement elle est sous le choc. Une vague d'émotion la transperce. C'est un cauchemars, un véritable cauchemars. C'est pas possible, ca peut pas être possible. Elle va se réveiller, son coeur tambourine trop lourdement dans sa poitrine. Elle a peur, elle est triste et en colère. Il fini sa phrase ce qui confirme bien ce qu'elle pensait. Comment avait-elle pu ne pas le voir ? C'est trop pour elle, elle fait une crise. Une violente crise, et il continue de se marrer. Il se vante du fait qu'il c'est moqué d'elle, il en rigole. La nargue. Et ca ne fait qu'accentuer sa colère et sa crise actuel. Elle pousse un cri de rage. Elle commence même à sangloter rythmé de tremblement. La colère la gagne et elle lui envoie tout ce qui est à porté d'elle. Bien trop impulsive, sans le vouloir la blonde avait épuisé ses dernières sources de magie. Désemparé, elle se sent soudainement prise au piège. Elle n'a plus de quoi se défendre alors que son oncle s'approche d'elle. Lizzie fait plusieurs pas en arrière, craintive. « T'approche pas de moi ! » hurle la blonde la voix à moitié tremblante. Il veut la tuer, il va la tuer. Non non non. Elle est bien trop jeune pour mourir, bien trop belle. Elle a un avenir qui l'attend et qui lui promet de grande chose. Elle a encore tellement de chose à prouver. Mais elle pense surtout à Josie et à ses parents. Son coeur se serre à leur pensée. Elle prie intérieurement pour que l'un d'eux débarque et la sauve de cette situation.

Elle se fait soulever dans les airs puis ensuite propulsé contre le mur. La blonde s'écrase au sol en grimaçant. Elle pose ses mains à terre pour relever la tête vers son oncle. Cette fois-ci la panique la domine toute entière. Elle a peur, son coeur bat trop vite. Elle est complètement tétanisé, à un point qu'elle n'ose plus bouger. Elle devrait se lever et courir, s'enfuir. A la place ses yeux brille d'une terreur sans nom surtout quand elle le voit approcher avec la barre de fer. Elle secoue frénétiquement de la tête comme pour lui dire : non. Elle regarde avec horreur la barre en fer. Les yeux humide, un nouveau sanglot s'éprend d'elle alors que les larmes vinrent perler ses joues. Surtout à l'évocation de Josie. Sa précieuse Josie, sa jumelle. Il comptait lui faire la même chose après ? Son coeur ce déchire à cette idée. Elle se demandait d'ailleurs si elle pouvait ressentir sa terreur en ce moment même ? Elles étaient si fusionnelles, si connecté. Josie, est-ce que tu me sens ? Sa pensée est pour elle. Ses yeux s'écarquillent de terreur alors qu'il brandit la barre de fer prêt à en découdre avec elle. Mais rien ne se passe. Il reste figé. Lizzie frole la crise cardiaque, son coeur bat tellement vite. Elle est aussi perdu et troublé que lui. Pourquoi est-ce qu'il ne la tue pas ? Est-ce que c'est encore une nouvelle ruse qu'il a inventé pour se moquer d'elle ?

Elle observe le moindre de ses mouvements. Il se met à crier des choses qu'elle ne comprend pas. Quoi : pas encore ? Elle ne peut s'empêcher de pleurer, et laisse échapper des petits gémissement de peur. Elle ferme les yeux. Elle essai de se calmer, mais elle n'arrive pas. Elle n'a jamais eu une crise aussi forte. C'est surement la pire qu'elle ai connu. Elle n'a jamais eu des sensations aussi intense et forte. Incapable de controler ses émotions. Kai lui fait peur. Il est fou, complètement fou. Qu'est-ce qu'il lui prend ? Elle rouvre les yeux quand elle voit la barre de fer tomber par terre elle prend une grande inspiration de soulagement alors que sa respiration est toujours aussi irrégulière. La siphon est complètement déboussolé, elle ne comprend rien à ce qu'il se passe. Alors qu'il se détourne pour cogner contre le mur, elle sursaute. Il est cinglé bordel, son oncle est un véritable psychopathe. Mais c'est le moment ou jamais. Elle doit profiter de l'occasion. Elle se lève prudemment et lentement tentant de controler ses tremblements. Elle profite alors pour se saisir de la barre de fer qu'il avait laissé tombé au sol. Puis elle s'avance en silence, prudemment alors qu'il continue de frapper le mur. Les lèvres pincé pour ne pas exploser une nouvelle fois et se griller. Et alors qu'elle arrive juste derrière lui elle le frappe d'un violent coup à la tête avec la barre de fer. Elle lui donne un second coup, puis un troisième pour le mettre au sol. La barre toujours en main elle la brandit en l'air. Son état émotionnel est toujours aussi fragile. Elle grimace de haine alors que ses joues sont mouillés de larme. « Je te déteste ! Je te déteste ! » répète t-elle. Elle a tellement de haine, de colère et de rancœur à l'intèrieur d'elle.




Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Darkness Will Rise Again :: Dynasty of Shadows :: | L'aventure commence ici :: Nouvelle-Orléans :: Rousseau's Bar-
Sauter vers: